Advertising
Advertising
14 Février

Willem Dafoe en 5 rôles improbables

 

Bientôt à l'affiche du film "Siberia" d'Abel Ferrara qui sortira en mars prochain, Willem Dafoe est l'un des acteurs les plus étonnants du cinéma contemporain. Habitué des films de Lars Von Trier, Paul Schrader et Wes Anderson, il incarne le plus souvent des personnages à glacer le sang, tout en sourires angoissants et regards pénétrants. Retour sur cinq de ses rôles les plus improbables.

Par Margaux Coratte

Willem Dafoe dans "Tommaso" d'Abel Ferrara (2019)

Avec ses yeux perçants et son sourire carnassier, Willem Dafoe est abonné aux personnages atypiques. En véritable incarnation de la folie et de la perversion, l’acteur de 64 ans est un diamant brut pour les cinéastes en mal de noirceur. Du bouffon vert de Spider-man à ses délires horrifiques pour le dérangeant Antichrist de Lars Von Trier, en passant par le déjanté Bobby Peru dans Sailor et Lula de David Lynch, Willem Dafoe s’illustre par sa capacité à endosser des rôles de marginaux à la personnalité hallucinée.

 

 

1. Un maton dans Cry Baby de John Waters (1990)

Willem Dafoe et Johnny Depp dans "Cry Baby" de John Waters (1990)

Moins célèbre que son apparition aux côtés de Laura Dern et Nicolas Cage dans Sailor et Lula la même année, la participation de Willem Dafoe au film de John Waters reste toutefois culte. En garde-chiourme patriote, il prend un malin plaisir à menacer Wade-Walker (joué par Johnny Depp) de… lui couper les cheveux en brosse. "God bless Dwight Eisenhower" l’entend-on rugir avant qu’il ne sussurre doucereusement un "bonne nuit" à l'oreille des prisonniers qu’il garde. Courte mais mythique, cette performance illustre à elle seule le talent de Willem Dafoe, qui parvient à marquer les esprits même lorsqu'il n'apparaît que quelques minutes à l’écran. 

 

 

2. Un baron de la drogue dans Il était une fois au Mexique de Robert Rodriguez (2003)

Willem Dafoe dans "Il était une fois au Mexique" de Robert Rodriguez (2003)

Après avoir incarné John Carpenter dans le film de Paul Schrader Auto Focus en 2002, Willem Dafoe fait de rapides apparitions dans l’univers délirant de Robert Rodriguez. Partageant l’affiche avec Johnny Depp, Antonio Banderas et Salma Hayek, il incarne Armando Barillo, un baron de la drogue fou de la gâchette. Si la plupart des cinéastes mettent en lumière le visage si singulier de l’acteur, Robert Rodriguez lui, a préféré le recouvrir d’un bandage pour la majeure partie de ses scènes. Ainsi, Willem Dafoe est à peine visible dans le déluge d’hémoglobine qui fait suite au premier volet de Desperado (1995).

 

 

3. Un poisson récalcitrant dans Le Monde de Nemo d'Andrew Stanton et Lee Unkrich (2003)

"Le Monde de Nemo" d'Andrew Stanton et Lee Unkrich (2003)

Bonne pêche pour Walt Disney. Le film d’animation des studios Pixar a réuni plusieurs célébrités pour doubler les voix de la ribambelle d’animaux marins qui entourent le désormais célèbre poisson-clown Nemo. Parmi elles, Willem Dafoe donne la sienne à Gill, un zancle cornu qui rêve de retrouver l’océan après avoir passé des années dans un aquarium. Sa voix grâve et profonde participe grandement à renforcer le caractère réfractaire du poisson rayé. 

 

 

4. Un mentor marin dans Aquaman de James Wan (2018

Amber Heard et Willem Dafoe dans "Aquaman" de James Wan (2018)

Willem Dafoe n’a pas tourné que dans des bons films. Pour la dernière adaptation de DC Comics, qui n’en finit plus de dénicher des héros oubliés à porter au grand écran, l'acteur américain n’échappe pas au naufrage. Embarqué dans cette superproduction à l’esthétique hideuse, l’acteur livre peut-être ici sa performance la plus improbable : chevauchant un hippocampe ou un requin, il est affublé de combinaisons écailleuses et de coiffures samouraï.  Épique. 

 

 

5. Un gardien de phare pétomane dans The Lighthouse de Robert Eggers (2019)

Willem Dafoe dans "The Lighthouse" de Robert Eggers (2019)

Le personnage de Thomas Wake est certainement l’un des plus beaux rôles qui ait été donné à Willem Dafoe. Dans l’enfer d’une tempête et de visions chimériques, l’acteur forme un duo magnifique avec Robert Pattinson, qui joue Ephraim Winslow, son second. Entre alcool, stupre et mouettes mangeuses d’hommes, The Lighthouse pousse à l’extrême la folie de deux compères alcooliques confinés dans un phare. Sur un fond d’accent canadien prononcé, les longues élucubrations de Willem Dafoe font revivre toute la mythologie d’un monde marin fantastique. Son personnage de vieux loup de mer rustre et malpropre trompe le spectateur, qui ne sait s’il s’agit du lard ou du cochon. Illuminé par la photographie époustoufllante du film, il s'affirme une fois de plus comme un maître fou. 

Advertising

NuméroNews