Pour son sixième long-métrage, le réalisateur et peintre néo-impressionniste américain Julian SchnabelBasquiat, Le Scaphandre et le papillon – signe At Eternity’s Gate, hommage à l’un des peintres les plus sulfureux du XIXe siècle : Vincent van Gogh. Et c’est l’acteur américain Willem Dafoe qui prend les traits de l’artiste aussi perturbé que talentueux. De Paris à Arles (Sud de la France), où le peintre cherche une lumière différente pour ses tableaux, en passant par sa rencontre avec le peintre Paul Gauguin (Oscar Isaac) et ses internements en hôpital psychiatrique, l’artiste qui se serait mutilé l’oreille avec une lame de rasoir en 1888, est interprété avec justesse par un Willem Dafoe transcendé.

 

Ses allers-retours au confessionnal (Mads Mikkelsen), le diagnostic de son médecin… le peintre néerlandais mi-incompris, mi-névrotique oscille entre génie et folie. Lui, qui n’a vendu qu’un tableau de son vivant, La Vigne Rouge, est devenu un des artistes les plus côtés du marché de l’art.