Advertising
04 Février

IDER, le duo qui chante les troubles d'une génération

 

A capella ou renforcée par une batterie aux accents rock, le duo londonnien IDER saisit les doutes de la vingtaine à travers une musique aux paroles angoissées. Sorti en 2019, leur premier album “Emotional Emancipation” se fait le nouveau symbole de toute une génération. 

Par Camille Moulin

Cover IDER - Emotional Education
Cover IDER - Emotional Education

"Can you remind me what I look like? / Now I'm alone in my own place" (“Peux-tu me rappeler de quoi j’ai l’air ? / Maintenant je suis seule dans mon coin”). Deux voix féminines unies dans une harmonie bouleversante chantent en polyphonie l’angoisse existentielle de la sortie de l’enfance, soutenues par quelques accords de synthé et une simple batterie. D’abord lent et intime, le morceau de plus en plus lancinant se précipite et éclate dans un refrain saisissant, comme l’ultime preuve d’une résilience affirmée.

IDER - Mirror

Exprimant la solitude et un sentiment de profonde confusion, surmontées d’une musique douce et nostalgique, ces paroles sont signées d'un nom énigmatique : IDER. Derrière lui, deux femmes – Megan Markwick et Lily Somerville –, dont l'amitié est née à l’université dans un cours de musique populaire. Encouragées par l’union parfaite de leurs timbres, elles composent à quatre mains des mélodies introspectives, plongées dans leurs expériences personnelles. En 2016, une fois leurs études finies, elles emménagent ensemble dans le Nord de Londres et lancent IDER, nom imaginaire qui symboliserait la fusion de leurs deux voix.

 

Leur premier album Emotional Education mêle les phrases introspectives et suppliantes à des rythmes rock plus urgents, expressions d’une angoisse scandée et ainsi défiée. Sorti en 2019, cet opus s'affirme comme un véritable objet polymorphe, produit de l’accomplissement d’un travail de quatre années parsemées d’EP intimes révélant leurs déboires de jeunesse. Empruntant la nostalgie des paroles de Frank Ocean – dont elles arborent fièrement le sweatshirt dans le clip de You've Got Your Whole Life Ahead Of You Baby –, les riffs de Bruce Springsteen et les sonorités soul d’Etta James, l’album évolue comme une mosaïque de beats hip hop et d’une pop alternative aux résonances rock. Cette confusion des genres confirme ainsi l'ambiguïté indécise d’une jeunesse perdue.

IDER - You've Got Your Whole Life Ahead Of You Baby

Lascivement installées dans une piscinette remplie au jet d’eau ou déambulant à vélo dans les rues de Londres, les chanteuses mettent en scène des vidéos qui semblent venir tout droit des années 90. Cheveux blonds décolorés, salopette à carreaux et short Nike, leur style euphorique presque trash est à l’image de leur musique. Le duo façonne autour de lui cette ambiance londonienne, entre touches vintage et imprimés fous, parfaitement dans l’air du temps. Fort de cette énergie rafraichissante, IDER enchaîne les tournées et séduit chaque scène, de San Francisco à Paris.

 

Sur la scène du Point éphémère, ce vendredi 31 janvier, la sincérité de leur voix bouleverse l’auditoire en adressant chaque émotion. Simplement entourées d’un synthé, d’une boîte à rythme et d’une batterie, les deux artistes chantent les yeux dans les yeux dans une profonde alchimie créant une parfaite communion avec la foule. Leurs harmonies chantées à la tierce ou à l’octave, pénètrent par leur justesse saisissante. Balancé entre harmonies mélancoliques et sonorités radieuses, chaque mouvement enveloppe le public dans une bouleversante osmose.

IDER - Body Love

Advertising
Advertising

NuméroNews


Advertising