Advertising
Advertising
24 Mars

Hommage à Albert Uderzo, créateur d'Astérix

 

Père d’Astérix et proche collaborateur de René Goscinny, Albert Uderzo s’est éteint aujourd'hui à l’âge de 92 ans. En hommage au dessinateur iconique du casque gaulois, retour sur cinq de ses célèbres bandes dessinées.

 

Par Camille Moulin

Albert Uderzo dessinant Astérix

La potion magique a cessé de faire son effet et le second père d’Astérix, qui semblait aussi immortel que ses personnages, est décédé aujourd'hui à l’âge de 92 ans. Tombé tout petit dans le dessin, Albert Uderzo se lance à 14 ans avec une première illustration pour le supplément Boom de l’hebdomadaire Junior. De sa rencontre avec Goscinny en 1950 sont nés Astérix et Obélix, deux personnages aux nez épatés, et qui ont largement dépassé les frontières de leur Bretagne natale. Avant ce succès mondial, ce sont des milliers de planches qui ont peu à peu forgé le talent du dessinateur…

1. Oumpah-Pah : le duo loufoque d'un Amérindien et d'un aristocrate français

 

Premier personnage créé par le tandem Uderzo-Goscinny en 1951, Oumpah-Pah est un jeune Amérindien de la tribu des Pieds Plats. Mais, à l’époque, les deux dessinateurs ne trouvent pas d'éditeur, et cette histoire aux aventures farfelues est alors oubliée dans un tiroir. Sept années plus tard, après quelques modifications, le jeune Amérindien voit enfin le jour dans Le Journal de Tintin

 

Au XVIIIe siècle, dans un paysage désertique de l’Amérique du Nord, l’intrigue nous plonge dans une ambiance de Western version BD : Oumpah-Pah est maintenant un membre de la tribu Shavashava, confrontée aux exactions des colons européens. En plein désarroi, il se lie d’amitié avec un gentilhomme français aussi étourdi qu’attachant, Hubert de la Pâte Feuilletée. Duo inséparable, tous deux embarquent leur lecteur dans des histoires des plus rocambolesques.

 

2. Les Aventures de Tanguy et Laverdure : les épopées dangereuses de deux pilotes inséparables

 

Autre grand succès d’Albert Uderzo, Les Aventures de Tanguy et Laverdure voit le jour en 1959 dans le magazine Pilote. Créé la même année par, entre autres, René Goscinny, François Clauteaux, Jean-Michel Charlier et Albert Uderzo lui-même, cet hebdomadaire de bande dessinée marquera le neuvième art, en voyant naître Astérix ou Le Démon des Caraïbes, de Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon. 

 

Inséparables, Michel Tanguy et Ernest Laverdure sont deux amis aux tempéraments opposés : alors que Tanguy est honnête et dévoué, Laverdure est un véritable “pignouf”, à la fois gaffeur et maladroit. Pilotes de ligne, les deux acolytes sont habitués aux missions dangereuses relatives à des secrets d’Etat hautement confidentiels…

 

3. Astérix en Corse : le succès d’un duo iconique

 

Dernier tome à paraître en prépublication dans Pilote, ce volume – imaginé le 29 octobre 1959 dans une HLM de Bobigny – témoigne à lui-seul de la popularité des deux personnages que sont René Goscinny et Albert Uderzo. Frappés par l’originalité du temps des Gaulois, alors jamais illustré en BD, les deux dessinateurs imaginent en quelques heures le village et ses principaux protagonistes. 20 albums plus tard, Astérix se dirige vers la Corse : après 14 années d’existence, il est désormais d’une popularité sans ombre. Chargés d’aider un prisonnier corse résistant à l’envahisseur romain, Astérix et Obélix s’embarquent sur un navire pirate, direction l’Île de Beauté, pour secourir un village allié. 

4. Les chevaux d’Harpagon dans L’Avare : la consécration sur grand écran

 

En 1971, alors qu’on ne le présente plus, Albert Uderzo dessine même pour le cinéma. Pour les décors de son film L’Avare, adaptation de la pièce de Molière, Louis de Funès fait lui-même appel au dessinateur, afin de réaliser, en taille réelle, les chevaux d’Harpagon. 

 

5. L’Odyssée d’Astérix : les aventures reprennent pour le dessinateur esseulé

 

En 1977, René Goscinny meurt d’une crise cardiaque : Albert Uderzo perd son plus proche collaborateur. Après quelques hésitations, le dessinateur décide de poursuivre les aventures d’Astérix, qu’il continuera à signer de leurs deux noms, en hommage à son ami disparu. Après Le Grand Fossé, paru un an plus tôt, Uderzo livre en 1981 le 26e tome : L’Odyssée d’Astérix. Plus téméraire, ce tome se permet quelques audaces : l’histoire débute du point de vue des sangliers, tandis qu’un mystérieux druide espion revêt les traits de Sean Connery.

Advertising
Advertising
Advertising

NuméroNews