09 Octobre

“Brillant Basquiat” : l’ouvrage qui décrypte les toiles de Jean-Michel Basquiat

 

Alors qu’une grande exposition est consacrée à Jean-Michel Basquiat à la fondation Louis Vuitton, les éditions Taschen présentent “Brillant Basquiat”, un ouvrage qui revient sur la vie mouvementée de l'artiste et réunit des œuvres et des croquis de ce pionnier de la mouvance underground.

Par Alison Dechandon

1/7
  • Icône de la contre-culture des années 80, l’artiste américain Jean-Michel Basquiat (1960-1988) est sur tous les fronts. Célébré à la Fondation Louis Vuitton jusqu’au 14 janvier 2019, son œuvre abreuve également l’ouvrage Brillant Basquiat édité par Taschen. Ici, c’est sa propre vie qui rythme les chapitres de ce recueil de croquis et d’illustrations décryptant les mystères de ses toiles explosives.

     

    Après avoir publié différents ouvrages consacrés à la photographie et à l’art contemporain – Jeff Koons, Christopher Wool, Albert Oehlen ou encore Neo Rauch – l’éditeur allemand Hans Werner Holzwarth s’empare désormais de la carrière fulgurante de Jean-Michel Basquiat confiant les thèmes de prédilection de la légende new-yorkaise à la curatrice de la Barbican Art Gallery de Londres, Eleanor Naire. Elle avait d’ailleurs organisé l’exposition Basquiat: Boom for Real en septembre 2017.

     

    Pourtant, la première fois que Jean-Michel Basquiat apparait, c’est sous l’acronyme SAMO (Same Old Shit), lorsqu’il taggue les murs de New York et met en avant “l’héroïsme de la rue”. Sa rupture avec le milieu établi de l’époque inspirera alors de grands noms du jazz et du hip-hop. Disparu au cours de sa 28ème année, le peintre fait vendre plus que jamais. En mai 2017, l’un de ses tableaux a même atteint un record, adjugé 110, 5 millions de dollars lors d'une vente aux enchères à New York.

     

     

    Brillant Basquiat, Taschen, format XXL.

  • Icône de la contre-culture des années 80, l’artiste américain Jean-Michel Basquiat (1960-1988) est sur tous les fronts. Célébré à la Fondation Louis Vuitton jusqu’au 14 janvier 2019, son œuvre abreuve également l’ouvrage Brillant Basquiat édité par Taschen. Ici, c’est sa propre vie qui rythme les chapitres de ce recueil de croquis et d’illustrations décryptant les mystères de ses toiles explosives.

     

    Après avoir publié différents ouvrages consacrés à la photographie et à l’art contemporain – Jeff Koons, Christopher Wool, Albert Oehlen ou encore Neo Rauch – l’éditeur allemand Hans Werner Holzwarth s’empare désormais de la carrière fulgurante de Jean-Michel Basquiat confiant les thèmes de prédilection de la légende new-yorkaise à la curatrice de la Barbican Art Gallery de Londres, Eleanor Naire. Elle avait d’ailleurs organisé l’exposition Basquiat: Boom for Real en septembre 2017.

     

    Pourtant, la première fois que Jean-Michel Basquiat apparait, c’est sous l’acronyme SAMO (Same Old Shit), lorsqu’il taggue les murs de New York et met en avant “l’héroïsme de la rue”. Sa rupture avec le milieu établi de l’époque inspirera alors de grands noms du jazz et du hip-hop. Disparu au cours de sa 28ème année, le peintre fait vendre plus que jamais. En mai 2017, l’un de ses tableaux a même atteint un record, adjugé 110, 5 millions de dollars lors d'une vente aux enchères à New York.

     

     

    Brillant Basquiat, Taschen, format XXL.

  • Icône de la contre-culture des années 80, l’artiste américain Jean-Michel Basquiat (1960-1988) est sur tous les fronts. Célébré à la Fondation Louis Vuitton jusqu’au 14 janvier 2019, son œuvre abreuve également l’ouvrage Brillant Basquiat édité par Taschen. Ici, c’est sa propre vie qui rythme les chapitres de ce recueil de croquis et d’illustrations décryptant les mystères de ses toiles explosives.

     

    Après avoir publié différents ouvrages consacrés à la photographie et à l’art contemporain – Jeff Koons, Christopher Wool, Albert Oehlen ou encore Neo Rauch – l’éditeur allemand Hans Werner Holzwarth s’empare désormais de la carrière fulgurante de Jean-Michel Basquiat confiant les thèmes de prédilection de la légende new-yorkaise à la curatrice de la Barbican Art Gallery de Londres, Eleanor Naire. Elle avait d’ailleurs organisé l’exposition Basquiat: Boom for Real en septembre 2017.

     

    Pourtant, la première fois que Jean-Michel Basquiat apparait, c’est sous l’acronyme SAMO (Same Old Shit), lorsqu’il taggue les murs de New York et met en avant “l’héroïsme de la rue”. Sa rupture avec le milieu établi de l’époque inspirera alors de grands noms du jazz et du hip-hop. Disparu au cours de sa 28ème année, le peintre fait vendre plus que jamais. En mai 2017, l’un de ses tableaux a même atteint un record, adjugé 110, 5 millions de dollars lors d'une vente aux enchères à New York.

     

     

    Brillant Basquiat, Taschen, format XXL.

  • Icône de la contre-culture des années 80, l’artiste américain Jean-Michel Basquiat (1960-1988) est sur tous les fronts. Célébré à la Fondation Louis Vuitton jusqu’au 14 janvier 2019, son œuvre abreuve également l’ouvrage Brillant Basquiat édité par Taschen. Ici, c’est sa propre vie qui rythme les chapitres de ce recueil de croquis et d’illustrations décryptant les mystères de ses toiles explosives.

     

    Après avoir publié différents ouvrages consacrés à la photographie et à l’art contemporain – Jeff Koons, Christopher Wool, Albert Oehlen ou encore Neo Rauch – l’éditeur allemand Hans Werner Holzwarth s’empare désormais de la carrière fulgurante de Jean-Michel Basquiat confiant les thèmes de prédilection de la légende new-yorkaise à la curatrice de la Barbican Art Gallery de Londres, Eleanor Naire. Elle avait d’ailleurs organisé l’exposition Basquiat: Boom for Real en septembre 2017.

     

    Pourtant, la première fois que Jean-Michel Basquiat apparait, c’est sous l’acronyme SAMO (Same Old Shit), lorsqu’il taggue les murs de New York et met en avant “l’héroïsme de la rue”. Sa rupture avec le milieu établi de l’époque inspirera alors de grands noms du jazz et du hip-hop. Disparu au cours de sa 28ème année, le peintre fait vendre plus que jamais. En mai 2017, l’un de ses tableaux a même atteint un record, adjugé 110, 5 millions de dollars lors d'une vente aux enchères à New York.

     

     

    Brillant Basquiat, Taschen, format XXL.

  • Icône de la contre-culture des années 80, l’artiste américain Jean-Michel Basquiat (1960-1988) est sur tous les fronts. Célébré à la Fondation Louis Vuitton jusqu’au 14 janvier 2019, son œuvre abreuve également l’ouvrage Brillant Basquiat édité par Taschen. Ici, c’est sa propre vie qui rythme les chapitres de ce recueil de croquis et d’illustrations décryptant les mystères de ses toiles explosives.

     

    Après avoir publié différents ouvrages consacrés à la photographie et à l’art contemporain – Jeff Koons, Christopher Wool, Albert Oehlen ou encore Neo Rauch – l’éditeur allemand Hans Werner Holzwarth s’empare désormais de la carrière fulgurante de Jean-Michel Basquiat confiant les thèmes de prédilection de la légende new-yorkaise à la curatrice de la Barbican Art Gallery de Londres, Eleanor Naire. Elle avait d’ailleurs organisé l’exposition Basquiat: Boom for Real en septembre 2017.

     

    Pourtant, la première fois que Jean-Michel Basquiat apparait, c’est sous l’acronyme SAMO (Same Old Shit), lorsqu’il taggue les murs de New York et met en avant “l’héroïsme de la rue”. Sa rupture avec le milieu établi de l’époque inspirera alors de grands noms du jazz et du hip-hop. Disparu au cours de sa 28ème année, le peintre fait vendre plus que jamais. En mai 2017, l’un de ses tableaux a même atteint un record, adjugé 110, 5 millions de dollars lors d'une vente aux enchères à New York.

     

     

    Brillant Basquiat, Taschen, format XXL.

  • Icône de la contre-culture des années 80, l’artiste américain Jean-Michel Basquiat (1960-1988) est sur tous les fronts. Célébré à la Fondation Louis Vuitton jusqu’au 14 janvier 2019, son œuvre abreuve également l’ouvrage Brillant Basquiat édité par Taschen. Ici, c’est sa propre vie qui rythme les chapitres de ce recueil de croquis et d’illustrations décryptant les mystères de ses toiles explosives.

     

    Après avoir publié différents ouvrages consacrés à la photographie et à l’art contemporain – Jeff Koons, Christopher Wool, Albert Oehlen ou encore Neo Rauch – l’éditeur allemand Hans Werner Holzwarth s’empare désormais de la carrière fulgurante de Jean-Michel Basquiat confiant les thèmes de prédilection de la légende new-yorkaise à la curatrice de la Barbican Art Gallery de Londres, Eleanor Naire. Elle avait d’ailleurs organisé l’exposition Basquiat: Boom for Real en septembre 2017.

     

    Pourtant, la première fois que Jean-Michel Basquiat apparait, c’est sous l’acronyme SAMO (Same Old Shit), lorsqu’il taggue les murs de New York et met en avant “l’héroïsme de la rue”. Sa rupture avec le milieu établi de l’époque inspirera alors de grands noms du jazz et du hip-hop. Disparu au cours de sa 28ème année, le peintre fait vendre plus que jamais. En mai 2017, l’un de ses tableaux a même atteint un record, adjugé 110, 5 millions de dollars lors d'une vente aux enchères à New York.

     

     

    Brillant Basquiat, Taschen, format XXL.

  • Icône de la contre-culture des années 80, l’artiste américain Jean-Michel Basquiat (1960-1988) est sur tous les fronts. Célébré à la Fondation Louis Vuitton jusqu’au 14 janvier 2019, son œuvre abreuve également l’ouvrage Brillant Basquiat édité par Taschen. Ici, c’est sa propre vie qui rythme les chapitres de ce recueil de croquis et d’illustrations décryptant les mystères de ses toiles explosives.

     

    Après avoir publié différents ouvrages consacrés à la photographie et à l’art contemporain – Jeff Koons, Christopher Wool, Albert Oehlen ou encore Neo Rauch – l’éditeur allemand Hans Werner Holzwarth s’empare désormais de la carrière fulgurante de Jean-Michel Basquiat confiant les thèmes de prédilection de la légende new-yorkaise à la curatrice de la Barbican Art Gallery de Londres, Eleanor Naire. Elle avait d’ailleurs organisé l’exposition Basquiat: Boom for Real en septembre 2017.

     

    Pourtant, la première fois que Jean-Michel Basquiat apparait, c’est sous l’acronyme SAMO (Same Old Shit), lorsqu’il taggue les murs de New York et met en avant “l’héroïsme de la rue”. Sa rupture avec le milieu établi de l’époque inspirera alors de grands noms du jazz et du hip-hop. Disparu au cours de sa 28ème année, le peintre fait vendre plus que jamais. En mai 2017, l’un de ses tableaux a même atteint un record, adjugé 110, 5 millions de dollars lors d'une vente aux enchères à New York.

     

     

    Brillant Basquiat, Taschen, format XXL.

NuméroNews