Advertising
Advertising
19 Octobre

Avec “Getting Lite”, la photographe Martine Barrat nous embarque dans le South Bronx des années 70

 

Jusqu’au 24 novembre, le centre culturel La Place (Paris Ier) donne carte blanche à la photographe et vidéaste Martine Barrat pour une plongée au cœur du South Bronx de la fin des années 70. Gros plan sur le hip-hop du métro new-yorkais. 

Par Alison Dechandon

"Ma première photo dans le South Bronx : les enfants jouent dans la rue, il faisait très chaud et la rue était comme une rivière, 1976, South Bronx" ©Martine Barrat
1/9
Aujourd’hui il y a presque 3 millions de gens en prison aux États-Unis. On voit qu’encore aujourd’hui il est difficile de trouver un travail quand on est noir ©Martine Barrat
2/9
Des jeunes gens qui dansent pendant une Block Party dans le South Bronx ©Martine Barrat
3/9
Des jeunes qui dansent dans l’entrée d’un HLM. Ils avaient cousu eux-mêmes leurs costumes ©Martine Barrat
4/9
Les Roman Kings : Baba et son frère Louis. Ils sont jumeaux, 1976, South Bronx © Martine Barrat
5/9
C’est les vacances en août dans le South Bronx, tout près de la station de métro Freeman ©Martine Barrat
6/9
La communiante, 1976, South Bronx © Martine Barrat
7/9
Les enfants essayaient d’allumer un feu avec le bois qu’ils trouvaient dans la rue, car il n’y avait pas de chauffage chez eux, 1976, South Bronx © Martine Barrat
8/9
Des jeunes jouant dans la cage d’escalier d’un HLM ©Martine Barrat
9/9
Aujourd’hui il y a presque 3 millions de gens en prison aux États-Unis. On voit qu’encore aujourd’hui il est difficile de trouver un travail quand on est noir ©Martine Barrat
Des jeunes gens qui dansent pendant une Block Party dans le South Bronx ©Martine Barrat
Des jeunes qui dansent dans l’entrée d’un HLM. Ils avaient cousu eux-mêmes leurs costumes ©Martine Barrat
Les Roman Kings : Baba et son frère Louis. Ils sont jumeaux, 1976, South Bronx © Martine Barrat
C’est les vacances en août dans le South Bronx, tout près de la station de métro Freeman ©Martine Barrat
La communiante, 1976, South Bronx © Martine Barrat
Les enfants essayaient d’allumer un feu avec le bois qu’ils trouvaient dans la rue, car il n’y avait pas de chauffage chez eux, 1976, South Bronx © Martine Barrat
Des jeunes jouant dans la cage d’escalier d’un HLM ©Martine Barrat

Vêtue d’une jupe noire Xuly Bët, d’une veste sobre et d’une banane rose achetée aux puces de New York, Martine Barrat raconte l’histoire de son projet "Getting Lite". En 1971, la photographe excentrique décide de passer huit ans auprès de deux gangs majeurs du South Bronx [un quartier sud de la ville de New York] : les Roman Kings et les Ghetto Brothers. Par hasard, elle rencontre un jeune membre du gang qui l’infiltre dans cet univers qui ne l’effraiera jamais. Ses souvenirs, elle a souhaité les partager dans une exposition au centre culturel La Place (Paris Ier). Au programme : des hommes, de femmes et des enfants photographiés à l’argentique dans les quartiers délabrés du New York des années 1970. Avec sa caméra, Martine Barrat capture, enregistre, documente et, finalement, survit avec ce besoin permanent de dépeindre la réalité. Dans cet environnement précaire, les habitants dansent, chantent, travaillent dans des business souterrains, s’amusent et combattent l’ennui : “On me demande ce que je veux faire. Moi ? Rien. Ce n’est pas à moi de le faire. Je suis quelqu’un qui a écouté ces gens. Quelqu’un qui a vu où pissaient les junkies et à quel point les blessures du désespoir apparaisent vite, raconte-t-elle. Dans cette atrocité où les gens devaient vivre, entourés de familles de rats, d’espaces non chauffés, le hip-hop est né”.

 

 

“Ce que j’aime, c’est photographier la mode et les projets artistiques qui émanent de la rue.”

 

 

C’est aussi en tant que membre du jury de l’Urban Films Festival – le premier festival du film consacré à la ville, aux pratiques et aux modes de vie qui en émanent – que la photographe de 85 ans a présenté son documentaire “Getting Lite”, lancé comme un “Regardez-moi danser !” : entre 2017 et 2018, elle a suivi de jeunes danseurs de rue dans les wagons du métro new-yorkais. Sur une musique propre au mouvement hip-hop, torses nus, tee-shirts sur la tête et shorts en bas des genoux, les danseurs afro-américains effectuent des figures à l’aide des barres du métro ou jonglent avec leurs casquettes entre deux banquettes. “On danse pour s’en sortir ou pour le plaisir, racontent ces acrobates, danser nous équilibre et nous sort de la rue. Au moins on ne vend pas de drogue.” Des profils lumineux et parfois plus opaques d’une jeunesse défavorisée qui inspire Martine Barrat : “Ce que j’aime, c’est photographier la mode et les projets artistiques émanant de l'esprit de la rue.”

Martine Barrat a suivi un des jeunes danseurs du métro new-yorkais pour une démonstration de freestyle qui reflète l'esprit du documentaire "Getting Lite".

La photographe a longtemps navigué entre deux mondes. Logée au mythique Chelsea Hotel à New York, lieu de séjour de  l’écrivain Jean-Paul Sartre, du réalisateur Stanley Kubrick, des actrices Uma Thurman et Jane Fonda ou encore de la chanteuse Patti Smith. Elle côtoyait aussi bien l’univers misérable de certaines zones new-yorkaises délaissées que le microcosme luxueux en travaillant pour les plus grands : un film pour Yves Saint Laurent intitulé Woman is sweeter ou des photographies réalisées pour l’ouvrage My friends publié par le créateur Yohji Yamamoto en 1987. En 1993, elle sort son livre sur les enfants boxeurs intitulé Do or Die préfacé par le réalisateur Martin Scorsese. Depuis, la photographe travaille tous les jours à Harlem sur plusieurs projets de livres : La Goutte-d’Or à Paris, le quartier de Harlem et le Japon. 

Advertising
Advertising

NuméroNews


Advertising