403

Inspiré par la nature et l’origami, Hervé Van der Straeten transcende les objets

 

Avec l’exposition “Emergence”, le célèbre designer français Hervé Van der Straeten dévoile un nouvel ensemble exceptionnel et majestueux de mobilier, de luminaires et de miroirs dans sa galerie du Marais.

Le lustre Galatée d’Hervé Van der Straeten est composé d’un ruban de bronze qui enserre et suspend un bloc d’albâtre lumineux.

Pour sa dixième exposition au sein de sa galerie ouverte en 1999, Hervé Van der Straeten fait une nouvelle fois la preuve que son respect des savoir-faire traditionnels n’entrave en rien sa créativité ni l’originalité de ses propositions. S’appuyant sur la dextérité de ses ateliers de bronze et d’ébénisterie, ses pièces uniques ou en éditions limitées marient avec élégance les contrastes de matières (bronze, pierre, daim, bois…) et une géométrie déstructurée avec goût. Si certains meubles ont nécessité des milliers d’heures de travail – à l’image d’une monumentale paire d’armoires –, l’évidence et la clarté des lignes triomphent toujours de la complexité de la réalisation. 

Inspiré cette année par la nature aussi bien minérale, végétale qu’animale, Hervé Van der Straeten s’empare aussi bien du daim, du bois (olivier, bois de violette, ébène, gaïac et palissandre des Indes, bois fossilisés) que de pierres amalgamées ou de parchemins, pour les travailler librement. Le designer les emploie seuls (les bouts de canapé en parchemins antiques), en contraste avec un autre matériau (les meubles en daim et métal), en les faisant se chevaucher (un couple d’armoires) ou en patchwork (l’armoire Kimono dont les portes se rabattent l’une sur l’autre). 

Autres inspirations fortes du créateur, l’origami et l’art du pliage donnent lieu – notamment sur des miroirs époustouflants – à la transformation de cadres plats en volumes asymétriques fascinants. Comme à son habitude, Hervé Van der Straeten laisse toute la place aux matières pour s’exprimer dans une polyphonie très maîtrisée, toujours très juste.

 

“Emergence” de Hervé Van der Straeten, jusqu’au 19 avril 2016, galerie Hervé Van der Straeten, 11, rue Ferdinand-Duval, Paris IIIe.  www.vanderstraeten.fr

 

Par Thibaut Wychowanok

Pourquoi faut-il aller voir l’exposition consacrée à Gio Ponti au musée des Arts décoratifs ?
888

Pourquoi faut-il aller voir l’exposition consacrée à Gio Ponti au musée des Arts décoratifs ?

Design Surnommé “Le Corbusier italien”, l’architecte-designer Gio Ponti (1891-1979) investit le musée des Arts décoratifs pour une première rétrospective en France retraçant six décennies de carrière à travers plus de 400 pièces, dont certaines inédites, magistralement mises en lumière par l’architecte français et académicien Jean-Michel Wilmotte, à l’origine du nouveau Lutetia. À découvrir sans plus attendre jusqu’au 10 février 2019. Surnommé “Le Corbusier italien”, l’architecte-designer Gio Ponti (1891-1979) investit le musée des Arts décoratifs pour une première rétrospective en France retraçant six décennies de carrière à travers plus de 400 pièces, dont certaines inédites, magistralement mises en lumière par l’architecte français et académicien Jean-Michel Wilmotte, à l’origine du nouveau Lutetia. À découvrir sans plus attendre jusqu’au 10 février 2019.

Christofle et Karl Lagerfeld signent le set de couverts “Mood”
978

Christofle et Karl Lagerfeld signent le set de couverts “Mood”

Design En prise avec les plus infimes vibrations du monde contemporain, l’iconique Karl Lagerfeld a prêté son regard à la maison d’orfèvrerie Christofle pour cosigner deux versions de son célèbre Mood, proposées en édition limitée et numérotée. En prise avec les plus infimes vibrations du monde contemporain, l’iconique Karl Lagerfeld a prêté son regard à la maison d’orfèvrerie Christofle pour cosigner deux versions de son célèbre Mood, proposées en édition limitée et numérotée.

L’expo bijoux de l’automne : les 500 bagues d’homme de la collection Yves Gastou
874

L’expo bijoux de l’automne : les 500 bagues d’homme de la collection Yves Gastou

Bijoux Objet souvent occulté, le bijou d’homme révèle dans l’exposition Bagues d’homme à l’École des arts joailliers. Jusqu’au 30 novembre, cette institution soutenue depuis 2012 par la Maison Van Cleef & Arpels pour démocratiser la joaillerie auprès du grand public réunit 500 modèles collectionnés par le galeriste Yves Gastou au fil de sa vie. Objet souvent occulté, le bijou d’homme révèle dans l’exposition Bagues d’homme à l’École des arts joailliers. Jusqu’au 30 novembre, cette institution soutenue depuis 2012 par la Maison Van Cleef & Arpels pour démocratiser la joaillerie auprès du grand public réunit 500 modèles collectionnés par le galeriste Yves Gastou au fil de sa vie.

PAD London : zoom sur 4 galeries de design incontournables à Londres
876

PAD London : zoom sur 4 galeries de design incontournables à Londres

Design Chaque automne, le salon d’art et de design PAD London invite les amateurs d’objets d’exception à s’émerveiller devant les pièces présentées par les galeristes exposants. Numéro vous livre sa sélection. Chaque automne, le salon d’art et de design PAD London invite les amateurs d’objets d’exception à s’émerveiller devant les pièces présentées par les galeristes exposants. Numéro vous livre sa sélection.

Mur sculpté à la tronçonneuse et palais métissé : le meilleur du design vu au Pad London
543

Mur sculpté à la tronçonneuse et palais métissé : le meilleur du design vu au Pad London

Design PAD London, le salon de l'art et du design, ouvre ses portes jusqu’au dimanche 7 octobre à Londres. Au programme : 68 exposants, dont les incontournables galeries de design Fumi, Kreo ou Maria Wettergren. Et comme chaque année, son jury de professionnels a décerné ses prix dont celui du meilleur stand et de la meilleure pièce contemporaine. Décryptage. PAD London, le salon de l'art et du design, ouvre ses portes jusqu’au dimanche 7 octobre à Londres. Au programme : 68 exposants, dont les incontournables galeries de design Fumi, Kreo ou Maria Wettergren. Et comme chaque année, son jury de professionnels a décerné ses prix dont celui du meilleur stand et de la meilleure pièce contemporaine. Décryptage.

Le Badaboum donne carte blanche à HAïKU pour fêter ses 5 ans
826

Le Badaboum donne carte blanche à HAïKU pour fêter ses 5 ans

Soirées Le club du XIe arrondissement de Paris a cinq ans. Pour l’occasion, le Badaboum s’offre un ravalement de façade et une cure de jouvence prématurée grâce à l’agence artistique HAïKU.  Le club du XIe arrondissement de Paris a cinq ans. Pour l’occasion, le Badaboum s’offre un ravalement de façade et une cure de jouvence prématurée grâce à l’agence artistique HAïKU.