91

Avec “Ornementation Brutaliste”, le designer Mathias Kiss illumine la NextLevel Galerie

 

Le designer Mathias Kiss confirme avec son exposition “Ornementation Brutaliste”, du 30 mai au 18 juillet, sa maîtrise virtuose de l'or dans des installations éblouissantes. Rencontre.

Alliant un savoir-faire artisanal – issu de quinze ans au sein des compagnons – et une passion pour l'expérimentation contemporaine, le designer français Mathias Kiss propose des installations iconoclastes époustouflantes. Au point que sa nouvelle exposition à la galerie NextLevel, à Paris, s'est imposée comme l'évènement design du week-end dernier. Rencontre avec un créateur déjà incontournable.

Numéro : Une sculpture en or impressionnante, attachée au plafond comme une stalagmite, accueille le spectateur de votre exposition. De quoi s'agit-il ?

 

Mathias Kiss : La pièce principale de l'exposition est en réalité une corniche que j'ai souhaité décrocher de son cadre traditionnel. Habituellement, cet élément architectural est en périphérie de la pièce, il suit le mur… J'ai voulu le sortir de ce carcan pour l'installer au milieu de la pièce. La corniche devient sculpture. Plissée, ramassée sur elle-même, elle semble dégouliner du mur. On retrouve dans cette pièce l'essence de mon travail : partir d'un élément classique et lui rendre sa liberté. Ce qui correspond à mon parcours personnel. J'ai commencé chez les Compagnons du Devoir, où quinze ans de chantiers sur les monuments historiques m'ont nourri… mais aussi incité aujourd'hui à me libérer de cet académisme. La corniche ne s'efface pas, elle est massive, phallique, assumée. La corniche haussmannienne correspondait à un mode de vie d'il y a plusieurs siècles.  Je ne veux pas tirer un trait sur ce passé, mais l'adapter à notre culture contemporaine. Soulages s'emparait de la peinture à l'huile, la même que celles des peintres de la Renaissance, pour en faire des monochromes. J'ai la même ambition : m'emparer d'un vocabulaire et d'une matière classique pour inventer autre chose.

 

Vous proposez votre version très personnelle du monochrome, en or, comme une porte gigantesque vers le soleil. En quoi l'or est-il un matériau intéressant ?

 

Mathias Kiss : Ce monochrome de presque deux mètres est un rideau d'or, un bain de lumière dans une pièce. Comme un rayon de soleil. Je l'ai conçu telle une porte. C'est un tableau vivant qui évoluera au gré de la lumière du jour, du matin et du soir. J'y vois aussi un miroir brouillé – une fenêtre aveugle – dans lequel nous ne nous voyons jamais totalement. Nous percevons notre silhouette mais jamais tous les détails. Cette abstraction du reflet est fascinante et invite, j'espère, à la rêverie mais aussi à la réflexion. L'or, c'est la lumière, c'est la vie. Ce n'est pas uniquement l'opulence ou le doré un peu kitsch et passéiste. L'or permet aussi d'engager une réflexion sur le pouvoir, celui de la séduction des femmes à l'aide d'accessoires et de bijoux, celui des hommes qui se sont battus depuis toujours pour le posséder.  

Numéro : Quelles sont les autres pièces présentées ?

 

Mathias Kiss : 24 panneaux au format A4 en or, constitués de 24 ors différents. De l'or rose à l'or champagne en passant par l'or Versailles ou l'or Régence… c'est en les présentant les uns à côté des autres que l'on en perçoit toutes les subtilités. L'or n'est pas une couleur, mais une multitude de variations et de nuances. L'or est loin d'être figé, certaines teintes évolueront avec le temps... Vous trouverez également dans l'exposition l'idée du cadre. Un cadre, normalement, ça cadre, c'est au second plan. Avec moi, il se libère de cet académisme, il passe du second au premier plan pour devenir sujet.

Numéro : "Se libérer des académismes", est-ce également ainsi que l'on doit comprendre votre titre d'exposition Ornementation Brutaliste ?

 

Mathias Kiss : Ces deux mouvements ont souvent été opposés et caricaturés. D'un côté, l'ornementation qui serait figée dans au XVIIIe siècle, avec la figure de l'artisan posant sa feuille d'or et le motif de la feuille d'acanthe. De l'autre, le brutalisme issu du modernisme avec ses angles et ses lignes droites, son minimalisme et son rigorisme. J'essaie d'en proposer, dans les deux cas, une approche libérée et contemporaine.

 

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

 

Ornementation Brutaliste à la NextLevel Galerie de Paris, jusqu'au 18 juillet, 8 rue Charlot, 75003 Paris. www.mathiaskiss.com

Photos © David Zagdoun

La maison Ruinart donne carte blanche à l’artiste Vik Muniz
700

La maison Ruinart donne carte blanche à l’artiste Vik Muniz

Art & Design Fidèle à son attachement aux arts et à la création, la maison de champagne Ruinart dévoile cette année une collaboration avec l’artiste contemporain Vik Muniz. À cette occasion, le Brésilien a conçu une œuvre qui s’inspire de la nature et du patrimoine des illustres établissements rémois.    Fidèle à son attachement aux arts et à la création, la maison de champagne Ruinart dévoile cette année une collaboration avec l’artiste contemporain Vik Muniz. À cette occasion, le Brésilien a conçu une œuvre qui s’inspire de la nature et du patrimoine des illustres établissements rémois.   

Bonny Poon, la galerie-appartement du XIIIe arrondissement
874

Bonny Poon, la galerie-appartement du XIIIe arrondissement

Art Installée dans les hauteurs d’une tour des années 70, place d’Italie, la galerie Bonny Poon incarne, avec une petite poignée d’espaces parisiens, un certain esprit du temps, un renouveau francilien qui n’aurait rien de nouveau dans la plupart des grandes capitales mais qui, dans une ville bourgeoise et conservatrice, tient du tour de force. Installée dans les hauteurs d’une tour des années 70, place d’Italie, la galerie Bonny Poon incarne, avec une petite poignée d’espaces parisiens, un certain esprit du temps, un renouveau francilien qui n’aurait rien de nouveau dans la plupart des grandes capitales mais qui, dans une ville bourgeoise et conservatrice, tient du tour de force.

Rencontre avec Loucia Carlier, l’artiste qui mêle science-fiction et références médiévales
874

Rencontre avec Loucia Carlier, l’artiste qui mêle science-fiction et références médiévales

Art L’oscillation entre passé et futur est permanente dans le travail de Loucia Carlier, ancienne étudiante des Arts-Déco et de L’École cantonale d’art de Lausanne [ÉCAL]. Les matières qu’elle utilise pour ses sculptures sont marquées par la technique de l’empreinte, procédé quasi préhistorique qui est la plus vieille manière au monde de fabriquer des images. Rencontre L’oscillation entre passé et futur est permanente dans le travail de Loucia Carlier, ancienne étudiante des Arts-Déco et de L’École cantonale d’art de Lausanne [ÉCAL]. Les matières qu’elle utilise pour ses sculptures sont marquées par la technique de l’empreinte, procédé quasi préhistorique qui est la plus vieille manière au monde de fabriquer des images. Rencontre

Radicalisme black et iPhone brisés, qui est American Artist ?
874

Radicalisme black et iPhone brisés, qui est American Artist ?

Art Nouvelles technologies, monde virtuel, identité, culture pop, refus de considérer l’être humain comme un produit... American Artist défend un art qui nous projette dans le futur. Nouvelles technologies, monde virtuel, identité, culture pop, refus de considérer l’être humain comme un produit... American Artist défend un art qui nous projette dans le futur.

Les mangas dark de Julien Ceccaldi
874

Les mangas dark de Julien Ceccaldi

Art Imprégné par le style des mangas, dont il est passionné, ce trentenaire installé à New York signe des toiles hantées par les thèmes du désir et du malaise. Imprégné par le style des mangas, dont il est passionné, ce trentenaire installé à New York signe des toiles hantées par les thèmes du désir et du malaise.

Snøhetta, les architectes qui vous emmènent sous l'eau
670

Snøhetta, les architectes qui vous emmènent sous l'eau

Architecture D’un restaurant sous la mer en Norvège à la nouvelle Manufaktur Swarovski en Autriche, l’agence Snøhetta déploie sa vision écologique et collaborative de l’architecture dans le monde entier. Rencontre avec son cofondateur. D’un restaurant sous la mer en Norvège à la nouvelle Manufaktur Swarovski en Autriche, l’agence Snøhetta déploie sa vision écologique et collaborative de l’architecture dans le monde entier. Rencontre avec son cofondateur.