Advertising
91

Avec “Ornementation Brutaliste”, le designer Mathias Kiss illumine la NextLevel Galerie

 

Le designer Mathias Kiss confirme avec son exposition “Ornementation Brutaliste”, du 30 mai au 18 juillet, sa maîtrise virtuose de l'or dans des installations éblouissantes. Rencontre.

Alliant un savoir-faire artisanal – issu de quinze ans au sein des compagnons – et une passion pour l'expérimentation contemporaine, le designer français Mathias Kiss propose des installations iconoclastes époustouflantes. Au point que sa nouvelle exposition à la galerie NextLevel, à Paris, s'est imposée comme l'évènement design du week-end dernier. Rencontre avec un créateur déjà incontournable.

Numéro : Une sculpture en or impressionnante, attachée au plafond comme une stalagmite, accueille le spectateur de votre exposition. De quoi s'agit-il ?

 

Mathias Kiss : La pièce principale de l'exposition est en réalité une corniche que j'ai souhaité décrocher de son cadre traditionnel. Habituellement, cet élément architectural est en périphérie de la pièce, il suit le mur… J'ai voulu le sortir de ce carcan pour l'installer au milieu de la pièce. La corniche devient sculpture. Plissée, ramassée sur elle-même, elle semble dégouliner du mur. On retrouve dans cette pièce l'essence de mon travail : partir d'un élément classique et lui rendre sa liberté. Ce qui correspond à mon parcours personnel. J'ai commencé chez les Compagnons du Devoir, où quinze ans de chantiers sur les monuments historiques m'ont nourri… mais aussi incité aujourd'hui à me libérer de cet académisme. La corniche ne s'efface pas, elle est massive, phallique, assumée. La corniche haussmannienne correspondait à un mode de vie d'il y a plusieurs siècles.  Je ne veux pas tirer un trait sur ce passé, mais l'adapter à notre culture contemporaine. Soulages s'emparait de la peinture à l'huile, la même que celles des peintres de la Renaissance, pour en faire des monochromes. J'ai la même ambition : m'emparer d'un vocabulaire et d'une matière classique pour inventer autre chose.

 

Vous proposez votre version très personnelle du monochrome, en or, comme une porte gigantesque vers le soleil. En quoi l'or est-il un matériau intéressant ?

 

Mathias Kiss : Ce monochrome de presque deux mètres est un rideau d'or, un bain de lumière dans une pièce. Comme un rayon de soleil. Je l'ai conçu telle une porte. C'est un tableau vivant qui évoluera au gré de la lumière du jour, du matin et du soir. J'y vois aussi un miroir brouillé – une fenêtre aveugle – dans lequel nous ne nous voyons jamais totalement. Nous percevons notre silhouette mais jamais tous les détails. Cette abstraction du reflet est fascinante et invite, j'espère, à la rêverie mais aussi à la réflexion. L'or, c'est la lumière, c'est la vie. Ce n'est pas uniquement l'opulence ou le doré un peu kitsch et passéiste. L'or permet aussi d'engager une réflexion sur le pouvoir, celui de la séduction des femmes à l'aide d'accessoires et de bijoux, celui des hommes qui se sont battus depuis toujours pour le posséder.  

Numéro : Quelles sont les autres pièces présentées ?

 

Mathias Kiss : 24 panneaux au format A4 en or, constitués de 24 ors différents. De l'or rose à l'or champagne en passant par l'or Versailles ou l'or Régence… c'est en les présentant les uns à côté des autres que l'on en perçoit toutes les subtilités. L'or n'est pas une couleur, mais une multitude de variations et de nuances. L'or est loin d'être figé, certaines teintes évolueront avec le temps... Vous trouverez également dans l'exposition l'idée du cadre. Un cadre, normalement, ça cadre, c'est au second plan. Avec moi, il se libère de cet académisme, il passe du second au premier plan pour devenir sujet.

Numéro : "Se libérer des académismes", est-ce également ainsi que l'on doit comprendre votre titre d'exposition Ornementation Brutaliste ?

 

Mathias Kiss : Ces deux mouvements ont souvent été opposés et caricaturés. D'un côté, l'ornementation qui serait figée dans au XVIIIe siècle, avec la figure de l'artisan posant sa feuille d'or et le motif de la feuille d'acanthe. De l'autre, le brutalisme issu du modernisme avec ses angles et ses lignes droites, son minimalisme et son rigorisme. J'essaie d'en proposer, dans les deux cas, une approche libérée et contemporaine.

 

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

 

Ornementation Brutaliste à la NextLevel Galerie de Paris, jusqu'au 18 juillet, 8 rue Charlot, 75003 Paris. www.mathiaskiss.com

Photos © David Zagdoun

Où se tiendra la première biennale d'art curatée par un robot?
609

Où se tiendra la première biennale d'art curatée par un robot?

Numéro art Si l'inauguration de sa neuvième édition a été reportée au 28 juin prochain, la Biennale d'art contemporain de Bucarest promet déjà de marquer l'histoire en 2022. Avec le concours du studio viennois Spinnwerk, le commissariat de sa dixième édition sera confié à un robot nommé Jarvis, qui parcourra les bases de données afin d'établir une sélection d'artistes et de créateurs exposés ensuite dans une galerie en réalité virtuelle. Un projet curatorial inédit presque intégralement réalisé par l'intelligence artificielle. Si l'inauguration de sa neuvième édition a été reportée au 28 juin prochain, la Biennale d'art contemporain de Bucarest promet déjà de marquer l'histoire en 2022. Avec le concours du studio viennois Spinnwerk, le commissariat de sa dixième édition sera confié à un robot nommé Jarvis, qui parcourra les bases de données afin d'établir une sélection d'artistes et de créateurs exposés ensuite dans une galerie en réalité virtuelle. Un projet curatorial inédit presque intégralement réalisé par l'intelligence artificielle.

Les plus beaux masques signés James Merry
698

Les plus beaux masques signés James Merry

Art Brodeur, illustrateur, designer, plasticien… les qualificatifs pouvant décrire James Merry sont nombreux. Révélé il y a quelques années par ses fleurs et autres plantes brodées à la main sur des pulls de célèbres labels sportswear, le jeune Britannique a rapidement attiré l’attention de la chanteuse Björk, toujours en quête de nouveaux talents afin d’accomplir sa vision artistique. Pour elle, James Merry a réalisé les masques agrémentant les costumes de ses deux derniers albums “Vulnicura” et “Utopia” et de leurs tournées respectives. Devenu depuis son assistant, le créateur réside désormais en Islande où il continue de produire ses prothèses faciales fascinantes alliant poésie et féérie, dont la symbolique prend une couleur tout à fait nouvelle dans la période que nous traversons actuellement. Tour d’horizon de ses plus belles créations. Brodeur, illustrateur, designer, plasticien… les qualificatifs pouvant décrire James Merry sont nombreux. Révélé il y a quelques années par ses fleurs et autres plantes brodées à la main sur des pulls de célèbres labels sportswear, le jeune Britannique a rapidement attiré l’attention de la chanteuse Björk, toujours en quête de nouveaux talents afin d’accomplir sa vision artistique. Pour elle, James Merry a réalisé les masques agrémentant les costumes de ses deux derniers albums “Vulnicura” et “Utopia” et de leurs tournées respectives. Devenu depuis son assistant, le créateur réside désormais en Islande où il continue de produire ses prothèses faciales fascinantes alliant poésie et féérie, dont la symbolique prend une couleur tout à fait nouvelle dans la période que nous traversons actuellement. Tour d’horizon de ses plus belles créations.

Advertising
Un homme tente de voler le cadeau de Banksy aux hôpitaux britanniques
254

Un homme tente de voler le cadeau de Banksy aux hôpitaux britanniques

Art Le 6 mai dernier, Banksy faisait don de son œuvre “Game Changer” aux services de santé britanniques (NHS). Seulement deux jours après son installation au sein d’un hôpital du sud de l’Angleterre, un individu a tenté de dérober l’œuvre. Le 6 mai dernier, Banksy faisait don de son œuvre “Game Changer” aux services de santé britanniques (NHS). Seulement deux jours après son installation au sein d’un hôpital du sud de l’Angleterre, un individu a tenté de dérober l’œuvre.

Le Turner Prize se transforme en bourses pour aider les artistes
687

Le Turner Prize se transforme en bourses pour aider les artistes

Numéro art Après avoir exceptionnellement récompensé ses quatre finalistes lors de sa dernière édition en 2019, le plus grand prix de l’art britannique connaît une nouvelle révolution. En réaction à la crise sanitaire actuelle et à la difficulté d’organiser sa traditionnelle exposition, le Turner Prize 2020 laisse place à des bourses qui seront décernées par son jury à dix artistes nés ou vivant au Royaume-Uni. Après avoir exceptionnellement récompensé ses quatre finalistes lors de sa dernière édition en 2019, le plus grand prix de l’art britannique connaît une nouvelle révolution. En réaction à la crise sanitaire actuelle et à la difficulté d’organiser sa traditionnelle exposition, le Turner Prize 2020 laisse place à des bourses qui seront décernées par son jury à dix artistes nés ou vivant au Royaume-Uni.

Qui est Jiab Prachakul, la peintre qui décalque les visages ?
144

Qui est Jiab Prachakul, la peintre qui décalque les visages ?

Numéro art Le 5 mai dernier, Jiab Prachakul se voyait décerner le premier prix du BP National Portrait Awards pour son portrait “Night Talk”, aujourd’hui exposé à la National Portrait Gallery de Londres. Depuis près de quinze ans, cette artiste thaïlandaise part à la recherche de visages, de corps et d’expression reflétant un univers nostalgique où elle explore les liens et l’intimité qui se créent entre les gens et leur environnement. À travers la toile mais aussi le textile, elle nous offre un regard pluriel oscillant entre art, mode et design.  Le 5 mai dernier, Jiab Prachakul se voyait décerner le premier prix du BP National Portrait Awards pour son portrait “Night Talk”, aujourd’hui exposé à la National Portrait Gallery de Londres. Depuis près de quinze ans, cette artiste thaïlandaise part à la recherche de visages, de corps et d’expression reflétant un univers nostalgique où elle explore les liens et l’intimité qui se créent entre les gens et leur environnement. À travers la toile mais aussi le textile, elle nous offre un regard pluriel oscillant entre art, mode et design. 

Avril 1895 : quand le pape condamne la première Biennale de Venise
698

Avril 1895 : quand le pape condamne la première Biennale de Venise

Numéro art Biennale de Lyon, Manifesta de Marseille… depuis trois mois, les biennales, expositions et foires d’art sont nombreuses à être annulées ou repoussées. Alors que la très attendue Biennale de Venise vient d’annoncer son report à 2022, retour sur les origines de cette manifestation incontournable de l’art à travers sa première édition de 1895. Un événement marquant qui apporta avec lui son lot de polémiques. Biennale de Lyon, Manifesta de Marseille… depuis trois mois, les biennales, expositions et foires d’art sont nombreuses à être annulées ou repoussées. Alors que la très attendue Biennale de Venise vient d’annoncer son report à 2022, retour sur les origines de cette manifestation incontournable de l’art à travers sa première édition de 1895. Un événement marquant qui apporta avec lui son lot de polémiques.