02 Octobre

PAD London : zoom sur 4 galeries de design incontournables à Londres

 

Chaque automne, le salon d’art et de design PAD London invite les amateurs d’objets d’exception à s’émerveiller devant les pièces présentées par les galeristes exposants. Numéro vous livre sa sélection.

Par Oscar Duboÿ

“Fluens Aeris” en laiton, pièce unique, design Rowan Mersh.

Fumi

 

Depuis dix ans déjà, la galerie Fumi, à Londres, met à l’honneur le design contemporain. Une exposition exceptionnelle célèbre cet anniversaire avec une sélection de pièces qui ont émaillé son histoire.

 

Now and Then, la nouvelle exposition londonienne de la galerie Fumi, célèbre les 10 ans d’activité de Valerio Capo et Sam Pratt... Une mission pour laquelle les deux fondateurs ont fait appel au regard expert de Libby Sellers, amie, critique et ex-galeriste, qui a contribué à sélectionner la trentaine de pièces présentées pour l’occasion. Si la curatrice a pu notamment piocher dans les premières pièces de Thomas Lemut et la fine dentelle de coquillages de Rowan Mersh, qui impressionna le public du PAD London en 2016, les maîtres de maison, eux, se sont concentrés sur ce qu’ils savent le mieux faire : produire du design contemporain. En l’occurrence, des meubles directement issus de l’atelier des designers, spécialement pour l’événement, dans la tradition chère à Fumi où les mains qui dessinent sont aussi celles qui réalisent. On y découvre par exemple la série Gypsum, signée du duo grec Voukenas Petrides, côtoyant un complice des débuts comme Max Lamb avec sa nouvelle chaise en châtaigner doré à la feuille.

 

C’est en 2008 qu’ils adoptèrent cette ligne résolument contemporaine et expérimentale flirtant avec l’art, après avoir notamment collectionné du mobilier des années 50 et 60 lorsqu’ils travaillaient respectivement dans le marketing et la finance : “Quand nous nous sommes recentrés sur la série limitée, nous ne savions pas exactement où ce choix nous mènerait, mais nous avions de bonnes pistes et d’excellents contacts, par exemple avec Max Lamb ou Glithero. Si le risque n’était pas calculé, nous nous étions néanmoins fixé un critère de sélection : la pièce devait nous plaire aussi bien à la galerie qu’à la maison.

 

Philippe Malouin, Paul Cocksedge... dès septembre 2008, pour la première exposition Materialism, les recrues présentées avaient déjà tout bon. Par la suite, leur succéderont dans les locaux de la galerie Fumi à Shoreditch (aujourd’hui déménagée en plein Mayfair) Faye Toogood ou encore Lukas Wegwerth – avant d’atterrir chez les collectionneurs les plus avant-gardistes – à une époque où les tendances du marché n’étaient pas si audacieuses. “Le design contemporain demeure une niche, confirment les galeristes, mais, depuis dix ans, les clients se sont ouverts et on voit de nouvelles générations arriver. Maintenant certains investisseurs sont même plus intéressés par le designer lui-même que par la spéculation !” Un petit miracle pour un jeune designer, et un vrai motif d’optimisme.

 

 

Exposition Now and Then,jusqu’au 3 novembre à la galerie Fumi, 2 Hay Hill, Mayfair, W1J 6AS Londres.

“Convex Concave Bent Tube Chair” en gypse et acier, design Voukenas Petrides.

“Gold Cleft Chair”, en châtaignier doré à la feuille 23,5 carats, pièce unique, design Max Lamb.

Rose Uniacke

 

Armée de son passé de restauratrice, experte dans l’art de décorer des maisons entières pour les célébrités, Rose Uniacke a raflé en 2015 et en 2017 le prix du meilleur stand du PAD London (les dix chaises de jardin Anthéor de Mathieu Matégot avaient en effet fait forte impresion l’année dernière). Son showroom en plein Pimlico – pile là où il faut au cœur de Londres – cache un petit empire où elle dessine ses propres collections, prêtes à s’accorder aussi bien avec du mobilier XVIIIe qu’avec les maîtres du design organique scandinaves, selon les perles rares qu’elle présentera. Dernières en date, un fauteuil de Frits Henningsen du début des années 50 et surtout l’étonnante Easy Chair Model 2021 à double dossier d’Ilmari Tapiovaara réalisée par Laukaan Puu Ltd., présentée en 1966 à Gênes pour Eurodomus.

“Easy Chair Model 2021”, design d’Ilmari Tapiovaara pour Laukaan Puu Ltd. Helsinki (1966).

Portuondo

 

Chez les frères Hugo et Diego Portuondo, tout fonctionne par deux. Un pied en Angleterre et un autre en Espagne, un goût pour le mobilier, mais aussi pour l’art... après leurs études d’art en Angleterre, tous deux ont forgé leur expérience dans la galerie de leur père, Jorge Portuondo Wakonigg, antiquaire à Paris et Madrid. Dans leur vitrine à Pimlico, la céramique côtoie ainsi l’art contemporain aussi bien que la photographie (l’autre casquette de Diego). Leur signature : éclectisme et glamour. Sur leur stand, on sera captivé par un obélisque en porphyre vert, une colonne cinétique de Francisco Sobrino, une sculpture métallique de Gabriella Crespi ou, cette année, une suspension de Max Ingrand pour FontanaArte, qui brille de tous ses feux. Imaginez donc une soucoupe volante un peu futuriste en verre givré, cerclée d’une bande en verre ciselé – effet garanti. Et à côté, un bon classique, Gio Ponti par exemple.

Tabouret “Cocoon Stool”, design de Marlène Huissoud pour Wallpaper* Handmade 2018.

Sarah Myerscough Gallery

 

Ils étaient encore peu nombreux en 1998, au moment où Sarah Myerscough se lançait en plein Mayfair dans ce que les Anglais appellent le “contemporary craft”. Depuis, la mode est arrivée et les loyers ont grimpé, alors la galeriste reçoit désormais sur rendez-vous de l’autre côté de la Tamise, défendant sa ligne de conduite avec la même détermination. Priorité au processus de création et à la compréhension des matériaux, notamment le bois, dont elle expose des merveilles signées Nic Webb ou encore Joseph Walsh, qui le découpe en fines couches avant de le remodeler, mais pas seulement. Ainsi, les cocons de vers à soie avec lesquels travaille habituellement Marlène Huissoud ont cette fois été moulés dans le bronze pour une nouvelle version tabouret, grâce à une collaboration avec le London Bronze Casting lors du Wallpaper* Handmade 2018.

 

 

PAD London, jusqu’au 7 octobre, Londres.

NuméroNews