884

Fantasque et monumentale: la présentation des luminaires Lasvit au Salon du meuble de Milan

 

Lustres impressionnants, pop ou Art déco… Découvrez les œuvres présentées au sein du Palazzo Serbelloni à Milan par la célèbre maison tchèque Lasvit.

 

 

 

Célèbre pour le savoir-faire de ses maîtres verriers, Lasvit présente jusqu’au 17 avril à Milan, à l’occasion du Salon du meuble, une exceptionnelle sélection de luminaires au sein du Palazzo Serbelloni. Dans ce décor somptueux, les réalisations contemporaines d’André Fu, de Maurizio Galante, de Stanislas Libensky, de Maxim Velcovsky ou encore des frères Campana (pour les arts de la table) côtoyaient le faste des Sale Napoleoniche du palais. Visite en images de la présentation Via Lucis.

 

TAC/TILE de André Fu Living

 

Signée par le “luxe décontracté” d’André Fu, cette collection est une ode à la matière tactile. Elle tire son inspiration de la Maison de Verre de 1932, des passages et des galeries de Prague, des toitures traditionnelles chinoises en tuiles, du Flatiron Building, mais aussi des pavés de verre caractéristiques du modernisme. Ici, la forme triangulaire donnée au verre permet une application allant de la lampe de table et sur pied à la suspension.

 

MEMENTO MORI de Maxim Velcovsky 

 

 

Le célèbre ossuaire de Sedlec, conservé à Kutna Hora en République tchèque, appartient au patrimoine mondial classé par l’UNESCO et forme l’incroyable décor réalisé par Frantisek Rint en 1870 pour la cathédrale de Sedlec. Maxim Velcovsky rend ici hommage aux lustres en os de cet ossuaire, en réinterprétant avec le verre cet esprit morturaire. Le projet évoque un “Memento Mori” (souviens-toi que tu vas mourir) qui conduit à une reflexion sur la naissance et la mort, et sur la disparition des métiers traditionnels, autrefois transmis de génération en génération. Les petites pièces de ce lustre sont réalisées en verre moulé, les grandes parties sont soufflées à la main tandis que les chaînes alignent un ribambelle de petits “os” en mémoire de ceux de l’ossuaire.

FACET de Moritz Waldemeyer

 

Avec FACET, Moritz Waldemeyer soumet le verre à sa volonté et donne vie à des structures modulaires régulières et organisées. Chaque module est utilisé seul en suspension ou combiné avec d’autres modules pour créer un grand lustre hexagonal dont la forme évoque celle d’un diamant. Moritz Waldemeyer a systématisé la fabrication de ce luminaire qui se distingue par sa clarté, sa rigueur et sa géométrie. Grâce à une source lumineuse intégrée à chaque module, ce système est universel et extensible à l’infini.

PRAHA de Stanislav Libensky 

 

La sculpture lumineuse de Stanislav Libensky est un ensemble de suspensions originales spécialement conçu pour l’hôtel Praha dans lequel il fut installé. Ce projet architectural majeur fut achevé dans les années 80. Bien qu’il réunissait ce qui se fait de mieux en matière de design contemporain, l’hôtel a ensuite été démoli. Ces luminaires sont donc parmi les rares objets qui lui ont survécu.

 

Libensky a utilisé différentes épaisseurs de verre afin de créer un jeu d’ombre et de lumière sur les suspensions elles-mêmes et sur les surfaces environnantes. Le regroupement de ces suspensions de formes et de hauteurs différentes permet d’obtenir une modulation des effets prenant tantôt l’apparence d’une boule de feu et tantôt celle de formes kaléidoscopiques plus délicates. La singularité de ces éclairages et la variété de leur utilisation font de la sculpture lumineuse Praha une création intemporelle.

Lasvit a également rénové les chandeliers de cristal de l’époque napoléonienne du Palazzo Serbelloni. 

 

Ces lustres furent fabriqués en cristal de Bohême à la fin du XVIIIe siècle. Leur origine reste floue en raison de l’incendie qui a ravagé les archives du palazzo pendant la Seconde Guerre mondiale. Les deux lustres se situent dans un grand hall renommé Sala Napoleonica ou Sala Bonaparte, historiquement dédié à la danse et à la musique. Une autre paire de plus petite échelle se trouve dans la petite Sala Gian Galeazzo. Ces quatre chandeliers sont constitués de quarante composantes, chacune constituée plus de 1 000 éléments différents. Leur rénovation exige une combinaison de trois techniques de fabrication de verre comprenant la production et le remplacement des garnitures en cristal taillé, de composantes en verre soufflé et taillé ainsi que la fusion et la découpe d’attaches en verre. L’objectif est bien entendu de préserver autant que possible le lustre d’origine dans le respect du caractère original de l’œuvre. Les composantes de cristal originales des lustres ont donc été démontées et expédiés en République tchèque, où ils ont probablement vu le jour à la fin des années 1700, nouant ainsi la boucle d’un processus historique et créatif.

Pourquoi faut-il aller voir l’exposition consacrée à Gio Ponti au musée des Arts décoratifs ?
888

Pourquoi faut-il aller voir l’exposition consacrée à Gio Ponti au musée des Arts décoratifs ?

Design Surnommé “Le Corbusier italien”, l’architecte-designer Gio Ponti (1891-1979) investit le musée des Arts décoratifs pour une première rétrospective en France retraçant six décennies de carrière à travers plus de 400 pièces, dont certaines inédites, magistralement mises en lumière par l’architecte français et académicien Jean-Michel Wilmotte, à l’origine du nouveau Lutetia. À découvrir sans plus attendre jusqu’au 10 février 2019. Surnommé “Le Corbusier italien”, l’architecte-designer Gio Ponti (1891-1979) investit le musée des Arts décoratifs pour une première rétrospective en France retraçant six décennies de carrière à travers plus de 400 pièces, dont certaines inédites, magistralement mises en lumière par l’architecte français et académicien Jean-Michel Wilmotte, à l’origine du nouveau Lutetia. À découvrir sans plus attendre jusqu’au 10 février 2019.

Christofle et Karl Lagerfeld signent le set de couverts “Mood”
978

Christofle et Karl Lagerfeld signent le set de couverts “Mood”

Design En prise avec les plus infimes vibrations du monde contemporain, l’iconique Karl Lagerfeld a prêté son regard à la maison d’orfèvrerie Christofle pour cosigner deux versions de son célèbre Mood, proposées en édition limitée et numérotée. En prise avec les plus infimes vibrations du monde contemporain, l’iconique Karl Lagerfeld a prêté son regard à la maison d’orfèvrerie Christofle pour cosigner deux versions de son célèbre Mood, proposées en édition limitée et numérotée.

L’expo bijoux de l’automne : les 500 bagues d’homme de la collection Yves Gastou
874

L’expo bijoux de l’automne : les 500 bagues d’homme de la collection Yves Gastou

Bijoux Objet souvent occulté, le bijou d’homme révèle dans l’exposition Bagues d’homme à l’École des arts joailliers. Jusqu’au 30 novembre, cette institution soutenue depuis 2012 par la Maison Van Cleef & Arpels pour démocratiser la joaillerie auprès du grand public réunit 500 modèles collectionnés par le galeriste Yves Gastou au fil de sa vie. Objet souvent occulté, le bijou d’homme révèle dans l’exposition Bagues d’homme à l’École des arts joailliers. Jusqu’au 30 novembre, cette institution soutenue depuis 2012 par la Maison Van Cleef & Arpels pour démocratiser la joaillerie auprès du grand public réunit 500 modèles collectionnés par le galeriste Yves Gastou au fil de sa vie.

PAD London : zoom sur 4 galeries de design incontournables à Londres
876

PAD London : zoom sur 4 galeries de design incontournables à Londres

Design Chaque automne, le salon d’art et de design PAD London invite les amateurs d’objets d’exception à s’émerveiller devant les pièces présentées par les galeristes exposants. Numéro vous livre sa sélection. Chaque automne, le salon d’art et de design PAD London invite les amateurs d’objets d’exception à s’émerveiller devant les pièces présentées par les galeristes exposants. Numéro vous livre sa sélection.

Mur sculpté à la tronçonneuse et palais métissé : le meilleur du design vu au Pad London
543

Mur sculpté à la tronçonneuse et palais métissé : le meilleur du design vu au Pad London

Design PAD London, le salon de l'art et du design, ouvre ses portes jusqu’au dimanche 7 octobre à Londres. Au programme : 68 exposants, dont les incontournables galeries de design Fumi, Kreo ou Maria Wettergren. Et comme chaque année, son jury de professionnels a décerné ses prix dont celui du meilleur stand et de la meilleure pièce contemporaine. Décryptage. PAD London, le salon de l'art et du design, ouvre ses portes jusqu’au dimanche 7 octobre à Londres. Au programme : 68 exposants, dont les incontournables galeries de design Fumi, Kreo ou Maria Wettergren. Et comme chaque année, son jury de professionnels a décerné ses prix dont celui du meilleur stand et de la meilleure pièce contemporaine. Décryptage.

Le Badaboum donne carte blanche à HAïKU pour fêter ses 5 ans
826

Le Badaboum donne carte blanche à HAïKU pour fêter ses 5 ans

Soirées Le club du XIe arrondissement de Paris a cinq ans. Pour l’occasion, le Badaboum s’offre un ravalement de façade et une cure de jouvence prématurée grâce à l’agence artistique HAïKU.  Le club du XIe arrondissement de Paris a cinq ans. Pour l’occasion, le Badaboum s’offre un ravalement de façade et une cure de jouvence prématurée grâce à l’agence artistique HAïKU.