867

”J’aime les coussins et les couvertures.” Raf Simons nous parle de sa collaboration avec Kvadrat

 

Raf Simons collabore avec la marque danoise Kvadrat depuis plusieurs années sur l’édition de tissus exclusifs. Le créateur belge nous raconte sa collection et nous parle de sa passion pour le design.

Il a lancé ce mois-ci trois nouveaux modèles, Pulsar, Reflex et Fuse, qui viennent s’ajouter aux références déjà disponibles. Numéro a saisi l’occasion pour s’entretenir avec le créateur belge au sujet de sa passion pour les meubles de collection et le design industriel. 

 

Numéro : Vous avez étudié le design industriel, pensiez-vous un jour y revenir ?

Raf Simons : J’ai toujours pensé que le design d’objets était un très beau métier. Je m’en suis éloigné parce que c’est un domaine un peu isolé. Mais le fait de travailler dans l’industrie de la mode, avec le rythme qui s’est tellement accéléré depuis quelques années, m’a donné envie d’y revenir. Cela avait vraiment du sens pour moi.  

Vous avez utilisé certains des tissus que vous avez faits pour Kvadrat dans vos collections de mode, comment concevez-vous le rapport entre ceux deux activités ?

Il s’agit d’une influence mutuelle. Kvadrat est une très belle marque avec un héritage intéressant. Une société qui se donne le temps nécessaire pour développer ses produits. C’est très important à mes yeux. Les exigences techniques pour les tissus d’ameublement sont bien sûr très différentes des standards de la mode. D’une certaine façon, les contraintes sont donc plus fortes dans l’ameublement, car les tissus doivent être résistants. Mais c’est très beau de se dire que ces tissus sont conçus pour durer, pour traverser le temps. C’est l’attitude de Kvadrat, et c’est aussi la mienne. Nous développons trois tissus par an. C’est très satisfaisant de développer une collection qui grandit peu à peu, sans se démoder, en incorporant de nouvelles. Il faut être cohérent, mais aussi novateur en termes de structure, de couleur. 

Vous êtes célébré, dans le monde de la mode, pour votre grand talent de coloriste. Est-ce le point de départ de votre travail avec Kvadrat?

Oui, c’était un des points de départ. J’aime l’idée de regarder les couleurs différemment. Lorsque j’ai commencé à proposer des couleurs fortes, je travaillais pour Jil Sander, une marque qui n’est pas vraiment associée à cela puisque ses codes sont le noir, le marine, le blanc et le camel. Or plus j’étais aspiré par le rythme de la mode, plus j’étais attiré par la nature. Et cela a totalement changé ma perception de la couleur. En regardant attentivement les fleurs, par exemple, j’ai réalisé qu’elles étaient constituées d’une myriade de couleurs. J’ai donc commencé à envisager la juxtaposition de couleurs de façon très différente, en juxtaposant par exemple deux couleurs complémentaires. Dans le domaine des tissus d’ameublement, il faut être très prudent avec ce genre de jeu sur la couleur, bien sûr. Je suis passionné de mobilier, j’ai toujours suivi de près les évolutions du design, et j’ai souvent été sceptique devant l’usage de couleurs très vives. Dans le domaine du mobilier, c’est vraiment très délicat. J’essaie de garder cela en tête dans mon travail avec Kvadrat, pour trouver le juste équilibre entre le classicisme et l’expérimentation.

 L’artiste Sterling Ruby a collaboré avec vous sur une de vos collections, que pensez-vous de son propre travail sur les textiles ?

Je trouve très intéressante la façon dont il utilise les textiles dans ses œuvres. Il a commencé par décolorer certains tissus, puis il s’est mis à les teindre. Il peut les délaver, ou peindre dessus. Le textile fait réellement partie de son mode d’expression.

 

Dans votre travail avec Kvadrat, avez-vous eu le désir de proposer des tissus précieux, comme de la haute couture, ou au contraire, étiez-vous ravi de vous plier à un exercice plus industriel ?

Je ne voulais surtout pas faire de tissus arty, mais des tissus qui seraient réellement appliqués au design industriel. Actuellement, l’intérêt se porte sur des pièces des années 50-60, françaises ou italiennes. Or le modernisme était radical en termes de formes, mais pas très créatif en termes de textiles. Les éditeurs tels que Cassina ont donc utilisé mes tissus pour des rééditions de pièces vintage.  

 Pourquoi proposez-vous également des coussins ?  Etait-il important pour vous de concevoir des objets?

Je collectionne des meubles depuis plus d’une dizaine d’années, c’est réellement une de mes passions. Je suis fasciné par les objets très précieux que produisent les galeries aujourd’hui, mais au fil du temps, je suis venu à la conclusion que je préfère les pièces fonctionnelles. Je reste fidèle au design des années 50. Et je suis très intéressé par la façon dont nous vivons dans la sphère domestique. Je suis même assez romantique à cet égard. Si les gens s’attendent à ce que j’aie une attitude arty et distante, ils ont clairement une fausse impression de moi. J’aime les feux de cheminée, les coussins, les couvertures et les canapés.

 

www.kvadrat/rafsimons.com

 

Propos recueillis par Delphine Roche 

Pourquoi faut-il aller voir l’exposition consacrée à Gio Ponti au musée des Arts décoratifs ?
888

Pourquoi faut-il aller voir l’exposition consacrée à Gio Ponti au musée des Arts décoratifs ?

Design Surnommé “Le Corbusier italien”, l’architecte-designer Gio Ponti (1891-1979) investit le musée des Arts décoratifs pour une première rétrospective en France retraçant six décennies de carrière à travers plus de 400 pièces, dont certaines inédites, magistralement mises en lumière par l’architecte français et académicien Jean-Michel Wilmotte, à l’origine du nouveau Lutetia. À découvrir sans plus attendre jusqu’au 10 février 2019. Surnommé “Le Corbusier italien”, l’architecte-designer Gio Ponti (1891-1979) investit le musée des Arts décoratifs pour une première rétrospective en France retraçant six décennies de carrière à travers plus de 400 pièces, dont certaines inédites, magistralement mises en lumière par l’architecte français et académicien Jean-Michel Wilmotte, à l’origine du nouveau Lutetia. À découvrir sans plus attendre jusqu’au 10 février 2019.

Christofle et Karl Lagerfeld signent le set de couverts “Mood”
978

Christofle et Karl Lagerfeld signent le set de couverts “Mood”

Design En prise avec les plus infimes vibrations du monde contemporain, l’iconique Karl Lagerfeld a prêté son regard à la maison d’orfèvrerie Christofle pour cosigner deux versions de son célèbre Mood, proposées en édition limitée et numérotée. En prise avec les plus infimes vibrations du monde contemporain, l’iconique Karl Lagerfeld a prêté son regard à la maison d’orfèvrerie Christofle pour cosigner deux versions de son célèbre Mood, proposées en édition limitée et numérotée.

L’expo bijoux de l’automne : les 500 bagues d’homme de la collection Yves Gastou
874

L’expo bijoux de l’automne : les 500 bagues d’homme de la collection Yves Gastou

Bijoux Objet souvent occulté, le bijou d’homme révèle dans l’exposition Bagues d’homme à l’École des arts joailliers. Jusqu’au 30 novembre, cette institution soutenue depuis 2012 par la Maison Van Cleef & Arpels pour démocratiser la joaillerie auprès du grand public réunit 500 modèles collectionnés par le galeriste Yves Gastou au fil de sa vie. Objet souvent occulté, le bijou d’homme révèle dans l’exposition Bagues d’homme à l’École des arts joailliers. Jusqu’au 30 novembre, cette institution soutenue depuis 2012 par la Maison Van Cleef & Arpels pour démocratiser la joaillerie auprès du grand public réunit 500 modèles collectionnés par le galeriste Yves Gastou au fil de sa vie.

PAD London : zoom sur 4 galeries de design incontournables à Londres
876

PAD London : zoom sur 4 galeries de design incontournables à Londres

Design Chaque automne, le salon d’art et de design PAD London invite les amateurs d’objets d’exception à s’émerveiller devant les pièces présentées par les galeristes exposants. Numéro vous livre sa sélection. Chaque automne, le salon d’art et de design PAD London invite les amateurs d’objets d’exception à s’émerveiller devant les pièces présentées par les galeristes exposants. Numéro vous livre sa sélection.

Mur sculpté à la tronçonneuse et palais métissé : le meilleur du design vu au Pad London
543

Mur sculpté à la tronçonneuse et palais métissé : le meilleur du design vu au Pad London

Design PAD London, le salon de l'art et du design, ouvre ses portes jusqu’au dimanche 7 octobre à Londres. Au programme : 68 exposants, dont les incontournables galeries de design Fumi, Kreo ou Maria Wettergren. Et comme chaque année, son jury de professionnels a décerné ses prix dont celui du meilleur stand et de la meilleure pièce contemporaine. Décryptage. PAD London, le salon de l'art et du design, ouvre ses portes jusqu’au dimanche 7 octobre à Londres. Au programme : 68 exposants, dont les incontournables galeries de design Fumi, Kreo ou Maria Wettergren. Et comme chaque année, son jury de professionnels a décerné ses prix dont celui du meilleur stand et de la meilleure pièce contemporaine. Décryptage.

Le Badaboum donne carte blanche à HAïKU pour fêter ses 5 ans
826

Le Badaboum donne carte blanche à HAïKU pour fêter ses 5 ans

Soirées Le club du XIe arrondissement de Paris a cinq ans. Pour l’occasion, le Badaboum s’offre un ravalement de façade et une cure de jouvence prématurée grâce à l’agence artistique HAïKU.  Le club du XIe arrondissement de Paris a cinq ans. Pour l’occasion, le Badaboum s’offre un ravalement de façade et une cure de jouvence prématurée grâce à l’agence artistique HAïKU.