801

Virgil Abloh nous parle de sa première collection de mobilier design The Framing Collection

 

Directeur de création de Kanye West, DJ, designer d’Off-White… Virgil Abloh a également conçu une ligne de mobilier dont la première collection, The Framing Collection, pose les bases d’un vocabulaire personnel. Rencontre avec un homme multicarte.

Virigil Abloh, photographié par Justin Ridler.

Numéro : Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer une ligne de mobilier ?

Virgil Abloh : La mode est une création jetable. Le processus est totalement différent de celui de l’art, qui consiste à se projeter dans une logique pérenne, en développant une réflexion beaucoup plus poussée. Or j’ai étudié l’architecture, et je considère que mon travail relève de cette discipline. Je ne suis pas en train de dire que je conçois le vêtement comme une architecture dialoguant avec le corps, ce qui serait un peu candide. Je parle plutôt de la construction de ma marque. Je parle du processus mental dont découle Off-White : pourquoi la marque existe-t-elle ? Quelles notions remet-elle en question ? Que représente-t-elle ? C’est avec ces questions en tête que je conçois des vêtements. Le projet de construction nourrit également le défilé, le site Internet, toute la communication de ma marque, son éthique. Les meubles, qui sont censés me survivre, s’inscrivent naturellement dans ce projet. 

 

 

 

On retrouve dans votre première collection de mobilier intitulée The Framing Collection, le maillage métallique et le motif de grilles qui est présent dans vos vêtements. Est-il essentiel pour vous de jeter des ponts ou de générer un dialogue entre vos créations?

La grille est effectivement un motif central pour moi, qui s’inspire de l’architecture de Mies van der Rohe : la distribution rationnelle du poids d’un bâtiment du sol au toit, dessine ce motif. L’idée de montrer la structure, plutôt que de la cacher, est aussi essentielle chez Mies van der Rohe. Et lors de mes études à l’Illinois Institute of Technology, l’enseignement s’inspirait des principes du Bauhaus : le cursus comportait des cours de typographie, de communication visuelle, de philosophie… Je m’identifie beaucoup à cette vision transdisciplinaire. La façon dont j’utilise le graphisme et les typographies dans mes collections de vêtements s’appuie sur cette réflexion, que j’applique dans le contexte du branding contemporain. Off-White est un système doté de sa propre structure, de sa propre logique, d’où dérivent toutes mes créations, qu’il s’agisse d’un tee-shirt, d’une chaise ou d’une musique. 

Où réalisez-vous vos pièces de mobilier, et où sont-elles vendues ?

Elles sont produites en Italie. La maille métallique, les parties en marbre nécessitent un dialogue constant avec mes fabricants pour les pousser à renouveler leur technique, en mêlant production mécanisée et interventions de la main. La ligne comporte deux parties distinctes : une partie est déjà disponible sur commande. La seconde partie est constituée d’une édition limitée de pièces collector plus artistiques, que je dévoilerai dans des galeries un peu partout dans le monde. Cette exposition itinérante est prévue pour fin 2016, début 2017.

 

www.off---white.com

 

Retrouvez l’article sur la collection printemps-été d’Off-White.

Retrouvez les backstages du défilé Off/White automne-hiver 2016-2017.

 

Propos recueillis par Delphine Roche.

Pourquoi faut-il aller voir l’exposition consacrée à Gio Ponti au musée des Arts décoratifs ?
888

Pourquoi faut-il aller voir l’exposition consacrée à Gio Ponti au musée des Arts décoratifs ?

Design Surnommé “Le Corbusier italien”, l’architecte-designer Gio Ponti (1891-1979) investit le musée des Arts décoratifs pour une première rétrospective en France retraçant six décennies de carrière à travers plus de 400 pièces, dont certaines inédites, magistralement mises en lumière par l’architecte français et académicien Jean-Michel Wilmotte, à l’origine du nouveau Lutetia. À découvrir sans plus attendre jusqu’au 10 février 2019. Surnommé “Le Corbusier italien”, l’architecte-designer Gio Ponti (1891-1979) investit le musée des Arts décoratifs pour une première rétrospective en France retraçant six décennies de carrière à travers plus de 400 pièces, dont certaines inédites, magistralement mises en lumière par l’architecte français et académicien Jean-Michel Wilmotte, à l’origine du nouveau Lutetia. À découvrir sans plus attendre jusqu’au 10 février 2019.

Christofle et Karl Lagerfeld signent le set de couverts “Mood”
978

Christofle et Karl Lagerfeld signent le set de couverts “Mood”

Design En prise avec les plus infimes vibrations du monde contemporain, l’iconique Karl Lagerfeld a prêté son regard à la maison d’orfèvrerie Christofle pour cosigner deux versions de son célèbre Mood, proposées en édition limitée et numérotée. En prise avec les plus infimes vibrations du monde contemporain, l’iconique Karl Lagerfeld a prêté son regard à la maison d’orfèvrerie Christofle pour cosigner deux versions de son célèbre Mood, proposées en édition limitée et numérotée.

L’expo bijoux de l’automne : les 500 bagues d’homme de la collection Yves Gastou
874

L’expo bijoux de l’automne : les 500 bagues d’homme de la collection Yves Gastou

Bijoux Objet souvent occulté, le bijou d’homme révèle dans l’exposition Bagues d’homme à l’École des arts joailliers. Jusqu’au 30 novembre, cette institution soutenue depuis 2012 par la Maison Van Cleef & Arpels pour démocratiser la joaillerie auprès du grand public réunit 500 modèles collectionnés par le galeriste Yves Gastou au fil de sa vie. Objet souvent occulté, le bijou d’homme révèle dans l’exposition Bagues d’homme à l’École des arts joailliers. Jusqu’au 30 novembre, cette institution soutenue depuis 2012 par la Maison Van Cleef & Arpels pour démocratiser la joaillerie auprès du grand public réunit 500 modèles collectionnés par le galeriste Yves Gastou au fil de sa vie.

PAD London : zoom sur 4 galeries de design incontournables à Londres
876

PAD London : zoom sur 4 galeries de design incontournables à Londres

Design Chaque automne, le salon d’art et de design PAD London invite les amateurs d’objets d’exception à s’émerveiller devant les pièces présentées par les galeristes exposants. Numéro vous livre sa sélection. Chaque automne, le salon d’art et de design PAD London invite les amateurs d’objets d’exception à s’émerveiller devant les pièces présentées par les galeristes exposants. Numéro vous livre sa sélection.

Mur sculpté à la tronçonneuse et palais métissé : le meilleur du design vu au Pad London
543

Mur sculpté à la tronçonneuse et palais métissé : le meilleur du design vu au Pad London

Design PAD London, le salon de l'art et du design, ouvre ses portes jusqu’au dimanche 7 octobre à Londres. Au programme : 68 exposants, dont les incontournables galeries de design Fumi, Kreo ou Maria Wettergren. Et comme chaque année, son jury de professionnels a décerné ses prix dont celui du meilleur stand et de la meilleure pièce contemporaine. Décryptage. PAD London, le salon de l'art et du design, ouvre ses portes jusqu’au dimanche 7 octobre à Londres. Au programme : 68 exposants, dont les incontournables galeries de design Fumi, Kreo ou Maria Wettergren. Et comme chaque année, son jury de professionnels a décerné ses prix dont celui du meilleur stand et de la meilleure pièce contemporaine. Décryptage.

Le Badaboum donne carte blanche à HAïKU pour fêter ses 5 ans
826

Le Badaboum donne carte blanche à HAïKU pour fêter ses 5 ans

Soirées Le club du XIe arrondissement de Paris a cinq ans. Pour l’occasion, le Badaboum s’offre un ravalement de façade et une cure de jouvence prématurée grâce à l’agence artistique HAïKU.  Le club du XIe arrondissement de Paris a cinq ans. Pour l’occasion, le Badaboum s’offre un ravalement de façade et une cure de jouvence prématurée grâce à l’agence artistique HAïKU.