Advertising
109

Première rétrospective de l’artiste fantasque Alejandro Jodorowsky au CAPC de Bordeaux

 

La directrice du CAPC, musée d'Art contemporain de Bordeaux, nous décrypte l’œuvre singulière d’Alejandro Jodorowsky, génie de notre temps, exposée jusqu’au 31 octobre 2015, entre théâtre, performances, cinéma, poésie et dessins.

L’œuvre singulière d’Alejandro Jodorowsky mêlant théâtre, performances, cinéma, poésie, cartomancie et dessins fait l'objet d'une grande rétrospective sous la nef du CAPC, le musée d’Art contemporain de Bordeaux, jusqu’au 31 octobre 2015. Comme un voyage initiatique, l’œuvre multiforme et irrationnelle de Jodorowsky nous invite à plonger dans ses illuminations mystérieuses. Rencontre avec la commissaire de l'exposition et directrice du CAPC, Maria Inés Rodriguez.

 

Alejandro Jodorowsky photographié par Sofia Sanchez & Mauro Mongiello pour Numéro Homme.

Alejandro Jodorowsky, La Montagne sacrée, 1974. Affiche du film.

Numéro : L'œuvre d'Alejandro Jodorowsky est marquée par un foisonnement et une grande diversité. Quelles lignes directrices ou thèmes principaux permettraient de l'appréhender pour un néophyte ?

 

Maria Inés Rodriguez : S'il fallait dégager une ligne qui traverse cette œuvre aussi protéiforme qu'étendue dans le temps, ce serait celle de la poésie, que Jodorowsky a commencé à pratiquer vers l'âge de17 ans dans son Chili natal. À travers cet art – que Jodorowsky considère anti-commercial par essence –, l'artiste recherche la manière de tout vivre en poésie, comme une ultime parade pour combattre la vulgarité du monde. Ainsi, son film actuellement en préparation, Poesía sin fin (Poésie sans fin), financé à travers une campagne de soutien participatif qui proposait un troc entre les dons financiers et de l'argent poétique. La poésie comme acte social est encore à l'œuvre dans ses "tweets de sagesse", dont il a déjà publié deux recueils suite au succès que les micro-publications de @alejodorowsky ont obtenu à travers la tweetosphère.

À travers ses nombreuses et très variées productions artistiques, Jodorowsky a toujours su articuler très habilement des éléments de la culture populaire avec des références issues de la mythologie et des religions.

Alejandro Jodorowsky, El Topo, 1971. Affiche du film.

Numéro : Quel a été son apport majeur à l'art/aux arts de son temps ? Quelle est sa grande singularité ?

 

Maria Inés Rodriguez : Il s'agit probablement de sa capacité à ne jamais se limiter à une seule forme d'expression, qu'il s'agisse de disciplines artistiques ou des médiums utilisés. À travers ses productions artistiques, Jodorowsky a toujours su, non seulement renouveler sa curiosité face au monde qui l'entoure, mais aussi articuler très habilement des éléments de la culture populaire avec des références issues de la mythologie et des religions. Il a ainsi opéré une sorte de "syncrétisme" culturel et esthétique tout à fait particulier. On peut percevoir cette singularité dans la dimension spirituelle qu'il a su insuffler à la bande dessinée, notamment dans la série L'Incal, comme dans le caractère performatif de ses lectures en public des tarots de Marseille.

Alejandro Jodorowsky, Fábulas Pánicas, 9 juin 1968. Collage.

Numéro : Quelles œuvres présentées dans l'exposition vous paraissent particulièrement emblématiques ou vous ont, au contraire, surprise ?

 

Maria Inés Rodriguez : Deux œuvres me paraissent particulièrement notables. D'abord, la série de dessins qui constituent les Fábulas Pánicas (1967-1973). Ces œuvres ont été réalisées au Mexique en réaction à la censure politique qui avait frappé le travail théâtral de Jodorowsky lorsque le gouvernement mexicain voulait éradiquer l'art d'avant-garde. Le journaliste et écrivain Luis Spota propose alors à l'artiste une contribution hebdomadaire au supplément culturel du quotidien El Heraldo de México. Dans chaque numéro, Jodorowsky présente ainsi une anecdote illustrée combinant humour absurde et fable mystique. Fondées sur l'idée d'un art thérapeutique, ces courtes histoires ont pour objectif de transmettre savoir, sagesse et thèmes ésotériques, fluctuant entre existentialisme et illumination spirituelle. Parues pendant la période la plus répressive du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), les Fábulas Pánicas parviennent à rassembler une large audience malgré leur discours ouvertement transgressif et expérimental. Face au succès de cette bande dessinée, initialement prévue pour trois mois, El Heraldo la fera paraître pendant plus de six ans. L'autre œuvre à ne pas manquer est l'extraordinaire performance de groupe que Jodorowsky avait proposée lorsque Jean-Jacques Lebel l'avait invité à participer à la deuxième édition du Festival de la Libre Expression, en 1965 à Paris. Les visiteurs de l'exposition peuvent la découvrir à travers un ensemble de photographies, et surtout un impressionnant document d'archives filmé par Jean-Michel Humeau au moment de cette action panique.

 

Par Rafaëlle Emery. Propos recueillis par Thibaut Wychowanok.

 

 

Exposition Alejandro Jodorowskyjusqu’au 31 octobre 2015, au CAPC, 7 rue Ferrere, 33000 Bordeaux.

Vue de l'exposition. Photo Arthur Péquin.

Sébastien Lifshitz, l’homme qui filme les papis gay
856

Sébastien Lifshitz, l’homme qui filme les papis gay

Cinéma Cinéaste, documentariste, photographe, collectionneur… Sébastien Lifshitz a été l’un des premiers réalisateurs à faire tourner Léa Seydoux. Césarisé en 2012 grâce à son documentaire “Les Invisibles”, il filme le dernier souffle de Thérèse Clerc, l’une des figures historiques de la lutte pour les droits des femmes en 2016… Le festival d’Automne lui offre sa première rétrospective. Cinéaste, documentariste, photographe, collectionneur… Sébastien Lifshitz a été l’un des premiers réalisateurs à faire tourner Léa Seydoux. Césarisé en 2012 grâce à son documentaire “Les Invisibles”, il filme le dernier souffle de Thérèse Clerc, l’une des figures historiques de la lutte pour les droits des femmes en 2016… Le festival d’Automne lui offre sa première rétrospective.

Danse et énergies cosmiques avec l'artiste Paul Maheke
786

Danse et énergies cosmiques avec l'artiste Paul Maheke

Numéro art Entre théâtre, danse et exposition, la performance “Sènsa” de l’artiste Paul Maheke, en collaboration avec Melika Ngombe Kolongo (Nkisi) s’inspire de la cosmologie africaine de la civilisation Bantu-Kongo et des récits de la création. Présentée en août dernier par Triangle France à Marseille, elle a donné lieu à cette série de photos exclusives et est montrée sous une forme plus complète alors du festival Performa, à New York, début novembre Entre théâtre, danse et exposition, la performance “Sènsa” de l’artiste Paul Maheke, en collaboration avec Melika Ngombe Kolongo (Nkisi) s’inspire de la cosmologie africaine de la civilisation Bantu-Kongo et des récits de la création. Présentée en août dernier par Triangle France à Marseille, elle a donné lieu à cette série de photos exclusives et est montrée sous une forme plus complète alors du festival Performa, à New York, début novembre

Advertising
Tolkien : le prof surdoué qui créa le Hobbit
678

Tolkien : le prof surdoué qui créa le Hobbit

Culture Jusqu’au 16 février prochain, la Bibliothèque nationale de France rend hommage à l’œuvre de l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien dans une des plus grandes rétrospectives jamais dédiée à l’inventeur du monde merveilleux du “Seigneur des anneaux”. Jusqu’au 16 février prochain, la Bibliothèque nationale de France rend hommage à l’œuvre de l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien dans une des plus grandes rétrospectives jamais dédiée à l’inventeur du monde merveilleux du “Seigneur des anneaux”.

350 ans d’Opéra exposés au palais Garnier
856

350 ans d’Opéra exposés au palais Garnier

Art Jusqu'au 2 février 2020, le palais Garnier abrite une exposition qui retrace les glorieuses années de l’Opéra de Paris. Installée au sein de la bibliothèque-musée du mythique théâtre parisien, “Le grand opéra, 1828-1867. Le spectacle de l’Histoire” explore une période précise dans l'histoire de la scène lyrique française : celle du XIXe siècle, des scénographies spectaculaires et d'une forte émulation créative. Jusqu'au 2 février 2020, le palais Garnier abrite une exposition qui retrace les glorieuses années de l’Opéra de Paris. Installée au sein de la bibliothèque-musée du mythique théâtre parisien, “Le grand opéra, 1828-1867. Le spectacle de l’Histoire” explore une période précise dans l'histoire de la scène lyrique française : celle du XIXe siècle, des scénographies spectaculaires et d'une forte émulation créative.

Pourquoi La Joconde est-elle absente de l’exposition Léonard de Vinci au Louvre ?
789

Pourquoi La Joconde est-elle absente de l’exposition Léonard de Vinci au Louvre ?

Art Le 24 octobre s’ouvre une rétrospective très attendue consacrée à Léonard de Vinci, organisée au musée du Louvre pour célébrer les 500 ans de la mort du peintre italien. Au programme, 140 œuvres exceptionnelles, des conférences, une journée d’étude et même des concerts, et ce jusqu’au 24 février prochain. L’iconique “Joconde”, elle, restera à sa place dans les collections permanentes. Le 24 octobre s’ouvre une rétrospective très attendue consacrée à Léonard de Vinci, organisée au musée du Louvre pour célébrer les 500 ans de la mort du peintre italien. Au programme, 140 œuvres exceptionnelles, des conférences, une journée d’étude et même des concerts, et ce jusqu’au 24 février prochain. L’iconique “Joconde”, elle, restera à sa place dans les collections permanentes.

Performance : Delphine Roche fait danser le sport
856

Performance : Delphine Roche fait danser le sport

Art Le 18 octobre au soir, Delphine Roche présente sa troisième performance “Grégory Alcan” au cœur de l’exposition de l'artiste Johanna Tordjman “Pastèques & Paraboles acte 2 : Welcome to the Republic of Tordjmanistan”, dans la Halle des Blancs Manteaux. Gymnastique, musique et danse se rencontrent dans ce coup de projecteur sur la question des minorités en France. Le 18 octobre au soir, Delphine Roche présente sa troisième performance “Grégory Alcan” au cœur de l’exposition de l'artiste Johanna Tordjman “Pastèques & Paraboles acte 2 : Welcome to the Republic of Tordjmanistan”, dans la Halle des Blancs Manteaux. Gymnastique, musique et danse se rencontrent dans ce coup de projecteur sur la question des minorités en France.



Advertising