368

Entretien événement entre l’incroyable artiste Ugo Rondinone et le mythique poète John Giorno

 

À l’occasion de la magnifique exposition d’Ugo Rondinone “I love John Giorno” au Palais de Tokyo, découvrez l'entretien exclusif entre l’artiste et sa muse, le mythique poète John Giorno.

Celle d’un grand artiste à une légende vivante du xxe siècle, qui a participé à l’affirmation de la culture et de l’art américains avec ses compagnons, d’Allen Ginsberg à Andy Warhol, dont il fut aussi l’amant. Numéro a rencontré ces deux inséparables amoureux. 

John Giorno (à gauche) et Ugo Rondinone (à droite). 

Numéro : Par quel hasard un artiste né en 1964, en Suisse, a-t-il rencontré un mythe new-yorkais né en 1936 ?
John Giorno :
En 1997, Ugo m’a contacté pour me demander de participer à l’une de ses expositions, après avoir assisté à l’une de mes performances. Son idée d’installation était assez étonnante : des enceintes disposées sur des arbres, qui émettraient non pas de la musique mais de la poésie. Ugo souhaitait qu’il s’agisse de mes textes. Nous en avons discuté. Nous avons surtout bu plus que de raison. Nous nous sommes drogués, évidemment. Et nous sommes devenus amants. C’est aussi simple que cela. Et cela dure depuis dix-huit ans...

 

Comment est née cette idée d’exposition, le portrait du poète, de l’artiste, mais aussi de l’homme John Giorno?
Ugo Rondinone :
Au début des années 2000, j’ai découvert que, depuis les années 60, John détenait des archives personnelles.

Elles étaient rangées soigneusement, classées par année, dans des boîtes. C’est ce trésor qui est la source même de l’exposition. Il a servi de matériau pour réaliser des œuvres, notamment de grands tableaux colorés. 

 

John Giorno : J’étais très jeune lorsque j’ai commencé à ranger toute cette documentation. Nous étions en 1965 et je fréquentais déjà les écrivains de la Beat generation, Allen Ginsberg, William Burroughs... Nous étions tous très pauvres à l’époque, et l’idée de préserver ce que nous avions nous était finalement assez naturelle. Alors j’ai commencé à réunir les textes, les magazines et les écrits dans des boîtes que j’ai entreposées dans la grande maison familiale qui appartenait à mes parents. Lorsqu’ils sont morts après y avoir habité pendant cinquante ans, j’ai dû les stocker ailleurs, et c’est ainsi qu’Ugo les a décou- vertes... et s’est lancé dans cette entreprise pharaonique de scanner plusieurs milliers de documents. Plus de 11 000, je crois [rires]. 

 

 

 

En quoi l’œuvre de John Giorno a-t-elle marqué l’histoire de l’art? Ugo Rondinone : John est une figure incontournable des années 60. Il a fait le lien entre les écrivains de la Beat generation et les artistes du pop art qu’il fréquentait quotidiennement. C’est au cours de ces années 60 que se sont élaborés la culture et l’art américains qui ont pris le pas sur la suprématie européenne.

 

John Giorno : Nous étions pourtant loin d’avoir une telle ambition [rires]. Nous prenions surtout beaucoup de speed et avions juste envie de réaliser toutes les idées qui nous passaient par la tête. En 1963, nous nous sommes rendus dans une galerie avec Andy [Warhol] pour une lecture publique. Et là, nous avons découvert avec stupeur qu’aucun micro n’avait été prévu pour une assistance de plus de 200 per- sonnes ! Andy a eu cette réplique, qui était finalement chez lui un leitmotiv : “Mais pourquoi est-ce si ennuyeux ?” C’était la bonne ques- tion à se poser. Nous avons commencé à filmer, à réciter et à “perfor- mer” la poésie tout simplement parce que la manière de faire de l’époque était ennuyeuse. 

 

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

 

 

 

Exposition I Love John Giorno d’Ugo Rondinone, au Palais de Tokyo, à Paris, jusqu’au 10 janvier 2016, www.palaisdetokyo.com.
Exposition 
God Is Man Made de John Giorno à la Galerie Almine Rech, à Paris, du 21 novembre au 19 décembre, www.alminerech.com. 

 

 

Retrouvez cet article dans son intégralité dans le Numéro Artifices  de novembre 2015, disponible actuellement en kiosque et sur iPad.

 

 Abonnez-vous au magazine Numéro

 Abonnez-vous à l'application iPad Numéro

Que peut-on voir à la nouvelle Fondation de la photo Henri Cartier-Bresson ?
850

Que peut-on voir à la nouvelle Fondation de la photo Henri Cartier-Bresson ?

Exposition La Fondation Henri Cartier-Bresson fait peau neuve en plein cœur du marais (Paris IIIe). Pour inaugurer ce nouvel espace, les œuvres de la photographe Martine Franck investissent le lieu.  La Fondation Henri Cartier-Bresson fait peau neuve en plein cœur du marais (Paris IIIe). Pour inaugurer ce nouvel espace, les œuvres de la photographe Martine Franck investissent le lieu. 

Au musée Salvatore Ferragamo : comment l’Italie a influencé Hollywood ?
850

Au musée Salvatore Ferragamo : comment l’Italie a influencé Hollywood ?

Art Au sein de son musée florentin, la maison Salvatore Ferragamo célèbre les années californiennes de son fondateur. L’occasion de mettre en lumière l’influence exercée par l’Italie sur le Hollywood des années 20. Au sein de son musée florentin, la maison Salvatore Ferragamo célèbre les années californiennes de son fondateur. L’occasion de mettre en lumière l’influence exercée par l’Italie sur le Hollywood des années 20.

Pharrell Williams, Juliette Armanet et Lou Doillon pleurent Souris, le chat de Sophie Calle
850

Pharrell Williams, Juliette Armanet et Lou Doillon pleurent Souris, le chat de Sophie Calle

Musique Célèbre pour son exploration du thème de l’intime, l’artiste contemporaine Sophie Calle a réuni un panel de célébrités pour sa compilation musicale inédite intitulée Souris Calle, hommage à son chat Souris, décédé en 2014. Célèbre pour son exploration du thème de l’intime, l’artiste contemporaine Sophie Calle a réuni un panel de célébrités pour sa compilation musicale inédite intitulée Souris Calle, hommage à son chat Souris, décédé en 2014.

Comment Yves Saint Laurent fantasme l'Asie
873

Comment Yves Saint Laurent fantasme l'Asie

Mode Pour sa première exposition temporaire, le musée Yves Saint Laurent à Paris présente cinquante modèles haute couture dessinés de la main d'Yves Saint Laurent et inspirés par l'Asie, livrant sa vision fantasmée d’un territoire qui lui est inconnu, bien que cette région ait influencé bon nombre de ses collections et même son plus célèbre parfum, Opium.   Pour sa première exposition temporaire, le musée Yves Saint Laurent à Paris présente cinquante modèles haute couture dessinés de la main d'Yves Saint Laurent et inspirés par l'Asie, livrant sa vision fantasmée d’un territoire qui lui est inconnu, bien que cette région ait influencé bon nombre de ses collections et même son plus célèbre parfum, Opium.  

Les vêtements tableaux de Viktor & Rolf s’exposent à Rotterdam
895

Les vêtements tableaux de Viktor & Rolf s’exposent à Rotterdam

Mode À l’occasion de ses 25 ans, la maison néerlandaise Viktor & Rolf  expose ses créations les plus emblématiques au Kunsthal de Rotterdam. À découvrir jusqu’au 30 septembre. À l’occasion de ses 25 ans, la maison néerlandaise Viktor & Rolf  expose ses créations les plus emblématiques au Kunsthal de Rotterdam. À découvrir jusqu’au 30 septembre.

Portfolio : le Japon cyberpunk de Maxime Passadore
123

Portfolio : le Japon cyberpunk de Maxime Passadore

Photographie Transformant les paysages japonais en univers dystopique grâce à l'art digital, Maxime Passadore expose ses photographies au sein de l'espace Lapaix à Paris. Transformant les paysages japonais en univers dystopique grâce à l'art digital, Maxime Passadore expose ses photographies au sein de l'espace Lapaix à Paris.