Advertising
83

Les maîtres de l'art contemporain exposés galerie Kamel Mennour

 

La curatrice Béatrice Gross propose avec l'exposition "Double Eye Poke" un regard rafraîchissant, sensible et amusé sur quatre artistes majeurs : Bruce Nauman, Sol LeWitt, Dan Flavin et Lynda Benglis.

83

Figures tutélaires de l'art conceptuel ou minimal, Bruce Nauman, Sol LeWitt, Dan Flavin et Lynda Benglis (un peu moins connue que ses confrères) ont marqué d'une empreinte indélébile l'histoire de l'art depuis les années 60. 

Avec l'exposition "Double Eye Poke", la commissaire d'exposition Béatrice Gross rappelle avec talent que loin de pouvoir être réduites à ces mouvements à la réputation d'hermétisme et d'austérité, leurs œuvres sont avant tout des expériences physiques qui engagent le spectateur. Les néons de Dan Flavin éblouissent littéralement au point d'établir un rapport physique avec celui qui les contemple. Surtout, les pièces présentées ne sont pas dénuées d'humour, comme cette vidéo de Lynda Benglis où deux femmes s'embrassent goulûment, parodiant un fantasme masculin répandu et pornographique. Ou encore dans ces très rares esquisses de Bruce Nauman où la légende américaine dessine son visage dans différentes moues plus grotesques les unes que les autres. On l'aura compris, le corps est au centre de cette exposition. On l'éprouve, on le trouble, on le regarde. on lui fait même réaliser des œuvres (comme les dessins de Sol LeWitt qui exigent toute l'adresse de dessinateurs expérimentés pour être reproduits). Le corps forme la matière première de l'art. Évidemment, l'exposition ne perd jamais de vue l'idée de répétition ou de sérialité et d'épurement des formes caractérisant les courants conceptuel ou minimal. Mais ces mouvements se redécouvrent, à travers l'œil de la curatrice française aujourd'hui installée aux États-Unis, dans leurs aspects les plus vivants, incarnés, drôles et sensationnels.

 

Par Thibaut Wychowanok

 

DOUBLE EYE POKE : Lynda Benglis, Dan Flavin, Sol LeWitt, Bruce Nauman à la galerie Kamel Mennour, 47, rue Saint-André des Arts et 6, rue du Pont de Lodi à Paris. Du 26 mai au 25 juillet 2015. Vernissage le mardi 26 mai de 19h à 21h30.

Bruce Nauman"Opened Eyes" (from the series Infrared Outtakes), 2006, impression jet d'encre, 48.3 x 71.1 cm.

© Bruce Nauman / ADAGP, Paris 2015 Courtesy the artist

 

Bruce Nauman"Hands only" (from the series Infrared Outtakes), 2006, Impression jet d'encre, 48.3 x 50.8 cm.

© Bruce Nauman / ADAGP, Paris 2015 Courtesy the artist

Dan Flavin"monument" for V. Tatlin, 1975, tubes fluorescents, 304.5 x 61 x 12 cm.

© Bruce Nauman / ADAGP, Paris 2015 Courtesy the artist

Dan Flavinuntitled (in Honor of Harold Joachim) 2, 1977, tubes fluorescents : rose, jaune, bleu et vert, 122 x 122 cm, Collection FRAC Nord-Pas-De-Calais, Dunkerque, France

© Dan Flavin ADAGP, Paris 2015 © Photo. Fabrice Seixas Collection FRAC Nord-Pas de Calais Courtesy the artist

 

Lynda Benglis"Lynda Benglis Presents Metallized Knots", 1974, Encart publicitaire [photo par Marsha Resnik], Artforum 12, no.8 (avril / April 1974), p.85, imprimé en offset, 27 x 26.5 cm.

Sébastien Lifshitz, l’homme qui filme les papis gay
856

Sébastien Lifshitz, l’homme qui filme les papis gay

Cinéma Cinéaste, documentariste, photographe, collectionneur… Sébastien Lifshitz a été l’un des premiers réalisateurs à faire tourner Léa Seydoux. Césarisé en 2012 grâce à son documentaire “Les Invisibles”, il filme le dernier souffle de Thérèse Clerc, l’une des figures historiques de la lutte pour les droits des femmes en 2016… Le festival d’Automne lui offre sa première rétrospective. Cinéaste, documentariste, photographe, collectionneur… Sébastien Lifshitz a été l’un des premiers réalisateurs à faire tourner Léa Seydoux. Césarisé en 2012 grâce à son documentaire “Les Invisibles”, il filme le dernier souffle de Thérèse Clerc, l’une des figures historiques de la lutte pour les droits des femmes en 2016… Le festival d’Automne lui offre sa première rétrospective.

Danse et énergies cosmiques avec l'artiste Paul Maheke
786

Danse et énergies cosmiques avec l'artiste Paul Maheke

Numéro art Entre théâtre, danse et exposition, la performance “Sènsa” de l’artiste Paul Maheke, en collaboration avec Melika Ngombe Kolongo (Nkisi) s’inspire de la cosmologie africaine de la civilisation Bantu-Kongo et des récits de la création. Présentée en août dernier par Triangle France à Marseille, elle a donné lieu à cette série de photos exclusives et est montrée sous une forme plus complète alors du festival Performa, à New York, début novembre Entre théâtre, danse et exposition, la performance “Sènsa” de l’artiste Paul Maheke, en collaboration avec Melika Ngombe Kolongo (Nkisi) s’inspire de la cosmologie africaine de la civilisation Bantu-Kongo et des récits de la création. Présentée en août dernier par Triangle France à Marseille, elle a donné lieu à cette série de photos exclusives et est montrée sous une forme plus complète alors du festival Performa, à New York, début novembre

Advertising
Tolkien : le prof surdoué qui créa le Hobbit
678

Tolkien : le prof surdoué qui créa le Hobbit

Culture Jusqu’au 16 février prochain, la Bibliothèque nationale de France rend hommage à l’œuvre de l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien dans une des plus grandes rétrospectives jamais dédiée à l’inventeur du monde merveilleux du “Seigneur des anneaux”. Jusqu’au 16 février prochain, la Bibliothèque nationale de France rend hommage à l’œuvre de l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien dans une des plus grandes rétrospectives jamais dédiée à l’inventeur du monde merveilleux du “Seigneur des anneaux”.

350 ans d’Opéra exposés au palais Garnier
856

350 ans d’Opéra exposés au palais Garnier

Art Jusqu'au 2 février 2020, le palais Garnier abrite une exposition qui retrace les glorieuses années de l’Opéra de Paris. Installée au sein de la bibliothèque-musée du mythique théâtre parisien, “Le grand opéra, 1828-1867. Le spectacle de l’Histoire” explore une période précise dans l'histoire de la scène lyrique française : celle du XIXe siècle, des scénographies spectaculaires et d'une forte émulation créative. Jusqu'au 2 février 2020, le palais Garnier abrite une exposition qui retrace les glorieuses années de l’Opéra de Paris. Installée au sein de la bibliothèque-musée du mythique théâtre parisien, “Le grand opéra, 1828-1867. Le spectacle de l’Histoire” explore une période précise dans l'histoire de la scène lyrique française : celle du XIXe siècle, des scénographies spectaculaires et d'une forte émulation créative.

Pourquoi La Joconde est-elle absente de l’exposition Léonard de Vinci au Louvre ?
789

Pourquoi La Joconde est-elle absente de l’exposition Léonard de Vinci au Louvre ?

Art Le 24 octobre s’ouvre une rétrospective très attendue consacrée à Léonard de Vinci, organisée au musée du Louvre pour célébrer les 500 ans de la mort du peintre italien. Au programme, 140 œuvres exceptionnelles, des conférences, une journée d’étude et même des concerts, et ce jusqu’au 24 février prochain. L’iconique “Joconde”, elle, restera à sa place dans les collections permanentes. Le 24 octobre s’ouvre une rétrospective très attendue consacrée à Léonard de Vinci, organisée au musée du Louvre pour célébrer les 500 ans de la mort du peintre italien. Au programme, 140 œuvres exceptionnelles, des conférences, une journée d’étude et même des concerts, et ce jusqu’au 24 février prochain. L’iconique “Joconde”, elle, restera à sa place dans les collections permanentes.

Performance : Delphine Roche fait danser le sport
856

Performance : Delphine Roche fait danser le sport

Art Le 18 octobre au soir, Delphine Roche présente sa troisième performance “Grégory Alcan” au cœur de l’exposition de l'artiste Johanna Tordjman “Pastèques & Paraboles acte 2 : Welcome to the Republic of Tordjmanistan”, dans la Halle des Blancs Manteaux. Gymnastique, musique et danse se rencontrent dans ce coup de projecteur sur la question des minorités en France. Le 18 octobre au soir, Delphine Roche présente sa troisième performance “Grégory Alcan” au cœur de l’exposition de l'artiste Johanna Tordjman “Pastèques & Paraboles acte 2 : Welcome to the Republic of Tordjmanistan”, dans la Halle des Blancs Manteaux. Gymnastique, musique et danse se rencontrent dans ce coup de projecteur sur la question des minorités en France.



Advertising