Advertising
383

La photographe de Frida Kahlo, Lola Álvarez Bravo, célébrée à la Maison de l’Amérique latine

 

La Maison de l’Amérique latine présente la première exposition en France dédiée à Lola Álvarez Bravo, grande photographe du XXe siècle et figure incontournable du monde artistique mexicain.

383

Figure incontournable de la scène artistique mexicaine, Lola Álvarez Bravo se voit enfin consacrée à la Maison de l’Amérique latine à Paris à travers 77 clichés. Celle qui aimait photographier ses amis et artistes de renom, comme Henri Cartier-Bresson ou Diego Rivera, fut surtout l’une des rares photographes à avoir capturé quelques instants de vie de l’immense Frida Kahlo.

 

Entourée de ces personnalités et sensible à cette effervescence artistique liée à l’époque mexicaine post-révolutionnaire, elle n’eut de cesse d’expérimenter et d’enrichir son œuvre photographique. Influences surréalistes, scènes de vie urbaine, photographies murales et photomontages, attrait pour les traditions indigènes... La richesse de son œuvre au noir et blanc subtil nous plonge dans un Mexique en pleine mutation, véritable manifeste d’une époque méconnue.

 

Par Chloë Fage

 

L’exposition “Lola Álvarez Bravo. Photographies/Mexique” à la Maison de l’Amérique latine, 217, boulevard Saint-Germain, Paris VIIe,  du 7 au 22 novembre.

María Izquierdo

Les uns montent les autres descendent

Frida Kahlo

Dans sa propre prison

Ruth Rivera Marin

Henri Cartier-Bresson

Le Sommeil

Noix de coco

Enfant étrange

Les Pique-assiettes 

Ouvrir des chemins

Sébastien Lifshitz, l’homme qui filme les papis gay
856

Sébastien Lifshitz, l’homme qui filme les papis gay

Cinéma Cinéaste, documentariste, photographe, collectionneur… Sébastien Lifshitz a été l’un des premiers réalisateurs à faire tourner Léa Seydoux. Césarisé en 2012 grâce à son documentaire “Les Invisibles”, il filme le dernier souffle de Thérèse Clerc, l’une des figures historiques de la lutte pour les droits des femmes en 2016… Le festival d’Automne lui offre sa première rétrospective. Cinéaste, documentariste, photographe, collectionneur… Sébastien Lifshitz a été l’un des premiers réalisateurs à faire tourner Léa Seydoux. Césarisé en 2012 grâce à son documentaire “Les Invisibles”, il filme le dernier souffle de Thérèse Clerc, l’une des figures historiques de la lutte pour les droits des femmes en 2016… Le festival d’Automne lui offre sa première rétrospective.

Danse et énergies cosmiques avec l'artiste Paul Maheke
786

Danse et énergies cosmiques avec l'artiste Paul Maheke

Numéro art Entre théâtre, danse et exposition, la performance “Sènsa” de l’artiste Paul Maheke, en collaboration avec Melika Ngombe Kolongo (Nkisi) s’inspire de la cosmologie africaine de la civilisation Bantu-Kongo et des récits de la création. Présentée en août dernier par Triangle France à Marseille, elle a donné lieu à cette série de photos exclusives et est montrée sous une forme plus complète alors du festival Performa, à New York, début novembre Entre théâtre, danse et exposition, la performance “Sènsa” de l’artiste Paul Maheke, en collaboration avec Melika Ngombe Kolongo (Nkisi) s’inspire de la cosmologie africaine de la civilisation Bantu-Kongo et des récits de la création. Présentée en août dernier par Triangle France à Marseille, elle a donné lieu à cette série de photos exclusives et est montrée sous une forme plus complète alors du festival Performa, à New York, début novembre

Advertising
Tolkien : le prof surdoué qui créa le Hobbit
678

Tolkien : le prof surdoué qui créa le Hobbit

Culture Jusqu’au 16 février prochain, la Bibliothèque nationale de France rend hommage à l’œuvre de l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien dans une des plus grandes rétrospectives jamais dédiée à l’inventeur du monde merveilleux du “Seigneur des anneaux”. Jusqu’au 16 février prochain, la Bibliothèque nationale de France rend hommage à l’œuvre de l’écrivain britannique J. R. R. Tolkien dans une des plus grandes rétrospectives jamais dédiée à l’inventeur du monde merveilleux du “Seigneur des anneaux”.

350 ans d’Opéra exposés au palais Garnier
856

350 ans d’Opéra exposés au palais Garnier

Art Jusqu'au 2 février 2020, le palais Garnier abrite une exposition qui retrace les glorieuses années de l’Opéra de Paris. Installée au sein de la bibliothèque-musée du mythique théâtre parisien, “Le grand opéra, 1828-1867. Le spectacle de l’Histoire” explore une période précise dans l'histoire de la scène lyrique française : celle du XIXe siècle, des scénographies spectaculaires et d'une forte émulation créative. Jusqu'au 2 février 2020, le palais Garnier abrite une exposition qui retrace les glorieuses années de l’Opéra de Paris. Installée au sein de la bibliothèque-musée du mythique théâtre parisien, “Le grand opéra, 1828-1867. Le spectacle de l’Histoire” explore une période précise dans l'histoire de la scène lyrique française : celle du XIXe siècle, des scénographies spectaculaires et d'une forte émulation créative.

Pourquoi La Joconde est-elle absente de l’exposition Léonard de Vinci au Louvre ?
789

Pourquoi La Joconde est-elle absente de l’exposition Léonard de Vinci au Louvre ?

Art Le 24 octobre s’ouvre une rétrospective très attendue consacrée à Léonard de Vinci, organisée au musée du Louvre pour célébrer les 500 ans de la mort du peintre italien. Au programme, 140 œuvres exceptionnelles, des conférences, une journée d’étude et même des concerts, et ce jusqu’au 24 février prochain. L’iconique “Joconde”, elle, restera à sa place dans les collections permanentes. Le 24 octobre s’ouvre une rétrospective très attendue consacrée à Léonard de Vinci, organisée au musée du Louvre pour célébrer les 500 ans de la mort du peintre italien. Au programme, 140 œuvres exceptionnelles, des conférences, une journée d’étude et même des concerts, et ce jusqu’au 24 février prochain. L’iconique “Joconde”, elle, restera à sa place dans les collections permanentes.

Performance : Delphine Roche fait danser le sport
856

Performance : Delphine Roche fait danser le sport

Art Le 18 octobre au soir, Delphine Roche présente sa troisième performance “Grégory Alcan” au cœur de l’exposition de l'artiste Johanna Tordjman “Pastèques & Paraboles acte 2 : Welcome to the Republic of Tordjmanistan”, dans la Halle des Blancs Manteaux. Gymnastique, musique et danse se rencontrent dans ce coup de projecteur sur la question des minorités en France. Le 18 octobre au soir, Delphine Roche présente sa troisième performance “Grégory Alcan” au cœur de l’exposition de l'artiste Johanna Tordjman “Pastèques & Paraboles acte 2 : Welcome to the Republic of Tordjmanistan”, dans la Halle des Blancs Manteaux. Gymnastique, musique et danse se rencontrent dans ce coup de projecteur sur la question des minorités en France.



Advertising