96

Artiste incontournable de la scène française, Neïl Beloufa expose galerie Balice Hertling à Paris

 

À l'occasion du vernissage de l'exposition "Neoliberal" de Neïl Beloufa à la galerie Balice Hertling samedi 6 juin, Numéro revient sur la visite privée de son atelier et révèle ses nouvelles oeuvres.

Nouvelle coqueluche française de l’art contemporain, Neïl Beloufa ouvre à Numéro les portes de son atelier aux allures de studio de cinéma alors que s'ouvre son exposition à la galerie Balice Hertling à Paris. Visite privée avant le tournage du prochain film de l’artiste nommé pour le prix Marcel Duchamp 2015.

Pour son prochain film, l’artiste Neïl Beloufa a transformé son immense atelier de Villejuif en décor de cinéma reproduisant un hôtel au style à la fois fifties et seventies.

Nouvelle œuvre de l'exposition Neoliberal de Neïl Beloufa présentée à la galerie Balice Hertling à Paris jusqu'au 18 juillet.

Courtesy of galerie Balice Hertling

À visiter l’atelier de Neïl Beloufa, à l’écouter, on a presque envie de parler de tromperie sur la marchandise. Omniprésente, la nouvelle coqueluche de l’art contemporain français semble cacher, sous ses atours d’artiste brillant, pas seulement un metteur en scène ou un vidéaste mais un vrai réalisateur de cinéma. Pire, un producteur du septième art. Dans son vaste atelier de Villejuif, une trentaine de personnes s’affairent, depuis plusieurs mois, à la réalisation du gigantesque décor de son prochain long-métrage : un hall, un étage et quelques pièces (qu’on se rassure, le bar n’a pas été oublié) d’un hôtel au style aussi fifties que seventies se confondent avec le métal et les verrières de l’atelier.

 

Si c’est avant tout à ses vidéos et à ses installations, aux aspects volontairement low tech et faits main, qu’il doit sa notoriété, Neïl Beloufa assume désormais entièrement son “fantasme de cinéma”, en passant à plus grande échelle. “L’atelier accueille aujourd’hui trois fois plus de monde qu’il y a un ou deux ans, confirme-t-il. Nous sommes passés à une autre dimension, mais je tiens toujours à ce que tout continue à être produit sur place : les murs, les charpentes…” Un attrait pour le cinéma qui n’a rien d’étonnant pour un artiste qui a toujours mêlé réel et fiction.

 

Pour le film Brune Renault (2010), qui fut l’une des matrices de son art, Neïl Beloufa proposait déjà une fiction se déroulant dans une voiture occupée par quelques personnages… Une voiture que certains plans révèlent comme étant en réalité découpée en quatre tranches et reposant sur de petites roues, telle une sculpture. Une fois l’artifice révélé, c’est le jeu des comédiens qui se trouvait dévoilé. C’est tout l’art du déplacement caractéristique de Neïl Beloufa : aller du réel vers la fiction, du cinéma vers l’art, et inversement. Brouiller les pistes, surtout, entre le vrai et le faux.

 

Le spectateur n’aura plus qu’à s’interroger sur ce qu’il voit, sur la nature des images et des objets qui lui sont présentés.Je travaille moins sur une forme – je n’ai pas envie de réinventer la chaise ou la peinture – que sur la relation entre l’œuvre et la personne qui la regarde, déclare Neïl Beloufa. Le moment qui m’intéresse le plus dans cette relation est celui où le spectateur est dans l’incertitude. Lorsqu’il se demande s’il peut croire au film, s’il doit l’accepter, s’il doit simplement suspendre son raisonnement cohérent, ou s’il doit refuser ce qu’il voit. Je veux que ce soit lui qui décide s’il y a film ou pas, s’il veut croire à ce film, alors que j’en montre toutes les ficelles. Je veux que le spectateur décide s’il y a art ou pas.

Nouvelle œuvre de l'exposition Neoliberal de Neïl Beloufa présentée à la galerie Balice Hertling à Paris jusqu'au 18 juillet.

Courtesy of galerie Balice Hertling

Pour Kempinski (2007), film aux allures de documentaire, l’artiste interrogeait des Maliens sur leur vision du futur, qu’ils devaient développer devant la caméra en en parlant au présent. S’amusant à déjouer les attentes du public occidental vis-à-vis d’un récit africain, entre exotisme et postcolonialisme, le film a rapidement transformé Neïl Beloufa en un artiste de “la déconstruction de nos croyances et de nos systèmes de pensée préconçus et de production d’images et de récits”. Pas toujours avec succès. À Londres, alors que l’artiste donnait une conférence à l’Institute of Contemporary Arts sur la pensée décentralisée et sur le folklore et les résidus du colonialisme dans nos modes de pensée, les responsables lui préparaient… un couscous.

Nouvelle œuvre de l'exposition Neoliberal de Neïl Beloufa présentée à la galerie Balice Hertling à Paris jusqu'au 18 juillet.

Courtesy of galerie Balice Hertling

De son côté, Neïl Beloufa refuse ce terme de “déconstruction” : “Je ne démonte pas les mécanismes, bien au contraire, je m’en empare. Lorsque je laisse traîner un micro, je rappelle que nous sommes dans un film. C’est un peu la même chose lorsque je laisse les prises apparentes dans mes installations.

 

L’atelier lui-même est, d’une certaine façon, une œuvre en soi, ajoute-t-il, dans la mesure où dans mes œuvres – comme dans mon atelier – je réfléchis sur les notions de protocoles de travail, d’autorité et de relations humaines.

 

Neoliberal, exposition de Neïl Beloufa, du 6 juin au 18 juillet, à la galerie Balice Hertling, 47 rue Ramponeau 75020 Paris.

 

Par Thibaut Wychowanok. Photos de l'atelier de Neïl Beloufa par Mario Palmieri.

 

“Food: Bigger than the Plate” : l'exposition londonienne à ne pas rater
654

“Food: Bigger than the Plate” : l'exposition londonienne à ne pas rater

Culture Dans l'exposition “Bigger than the Plate”, le Victoria & Albert Museum, du 18 mai au 20 octobre prochains, envisage notre civilisation à travers un prisme inattendu : nos assiettes. Les artistes contemporains – en collaboration avec des agriculteurs, des chefs cuisiniers et des scientifiques – y livrent leurs pistes pour réenchanter le monde de demain. Dans l'exposition “Bigger than the Plate”, le Victoria & Albert Museum, du 18 mai au 20 octobre prochains, envisage notre civilisation à travers un prisme inattendu : nos assiettes. Les artistes contemporains – en collaboration avec des agriculteurs, des chefs cuisiniers et des scientifiques – y livrent leurs pistes pour réenchanter le monde de demain.

La fascinante exposition Vasarely au Centre Pompidou
885

La fascinante exposition Vasarely au Centre Pompidou

Art & Design Cercles et carrés à l’infini, couleurs vibrantes, formes hypnotiques, impression de volumes en trois dimensions… L’œuvre de Victor Vasarely est une véritable expérience sensorielle, presque corporelle, qui aspire notre regard. Pour la première fois depuis 1963, le Centre Pompidou rend hommage à l’inventeur de l’art optique, à travers plus de trois cents œuvres dont des peintures, sculptures, intégrations architecturales, publicités et études du début de sa carrière. Cercles et carrés à l’infini, couleurs vibrantes, formes hypnotiques, impression de volumes en trois dimensions… L’œuvre de Victor Vasarely est une véritable expérience sensorielle, presque corporelle, qui aspire notre regard. Pour la première fois depuis 1963, le Centre Pompidou rend hommage à l’inventeur de l’art optique, à travers plus de trois cents œuvres dont des peintures, sculptures, intégrations architecturales, publicités et études du début de sa carrière.

Les frères Bouroullec meublent la Bourse de Commerce pour François Pinault
832

Les frères Bouroullec meublent la Bourse de Commerce pour François Pinault

Art & Design Le célèbre collectionneur breton a chargé Ronan et Erwan Bouroullec de concevoir et sélectionner l’ensemble du mobilier de la Bourse de Commerce, futur musée parisien qui accueillera la Collection Pinault, dont l’architecture est assurée par Tadao Ando. Le célèbre collectionneur breton a chargé Ronan et Erwan Bouroullec de concevoir et sélectionner l’ensemble du mobilier de la Bourse de Commerce, futur musée parisien qui accueillera la Collection Pinault, dont l’architecture est assurée par Tadao Ando.

Hiroshi Sugimoto investit la 3e Scène de l'Opéra de Paris
836

Hiroshi Sugimoto investit la 3e Scène de l'Opéra de Paris

Art & Design Le photographe japonais est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. À Odawara (Japon), au sein de sa propre fondation d'art, il filme Aurélie Dupont, directrice du ballet de l'Opéra de Paris, qui interprète le solo Ekstasis, une chorégraphie signée Martha Graham. Découvrez les premières images du court-métrage qui sortira le 27 février.  Le photographe japonais est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. À Odawara (Japon), au sein de sa propre fondation d'art, il filme Aurélie Dupont, directrice du ballet de l'Opéra de Paris, qui interprète le solo Ekstasis, une chorégraphie signée Martha Graham. Découvrez les premières images du court-métrage qui sortira le 27 février. 

Le festival Circulation(s) dévoile sa sélection de photographes européens
850

Le festival Circulation(s) dévoile sa sélection de photographes européens

Photographie Le festival de la jeune photographie européenne annonce sa sélection. Pour la neuvième année consécutive, Circulation(s) fait émerger de nouveaux talents en réunissant 37 artistes au Centquatre-Paris, du 20 avril au 30 juin prochain. Le festival de la jeune photographie européenne annonce sa sélection. Pour la neuvième année consécutive, Circulation(s) fait émerger de nouveaux talents en réunissant 37 artistes au Centquatre-Paris, du 20 avril au 30 juin prochain.

Comment la Roumanie est devenue cool ?
873

Comment la Roumanie est devenue cool ?

Art La Roumanie ne se cantonne pas à l'hostile Transylvanie du comte Dracula et ses hautes montagnes enfouies dans le brouillard. L’institut français le prouve une nouvelle fois avec la saison culturelle France-Roumanie qui met en lumière quelques joyaux de la culture roumaine jusqu’au 14 juillet prochain. La Roumanie ne se cantonne pas à l'hostile Transylvanie du comte Dracula et ses hautes montagnes enfouies dans le brouillard. L’institut français le prouve une nouvelle fois avec la saison culturelle France-Roumanie qui met en lumière quelques joyaux de la culture roumaine jusqu’au 14 juillet prochain.