Advertising
96

Artiste incontournable de la scène française, Neïl Beloufa expose galerie Balice Hertling à Paris

 

À l'occasion du vernissage de l'exposition "Neoliberal" de Neïl Beloufa à la galerie Balice Hertling samedi 6 juin, Numéro revient sur la visite privée de son atelier et révèle ses nouvelles oeuvres.

Nouvelle coqueluche française de l’art contemporain, Neïl Beloufa ouvre à Numéro les portes de son atelier aux allures de studio de cinéma alors que s'ouvre son exposition à la galerie Balice Hertling à Paris. Visite privée avant le tournage du prochain film de l’artiste nommé pour le prix Marcel Duchamp 2015.

Pour son prochain film, l’artiste Neïl Beloufa a transformé son immense atelier de Villejuif en décor de cinéma reproduisant un hôtel au style à la fois fifties et seventies.

Nouvelle œuvre de l'exposition Neoliberal de Neïl Beloufa présentée à la galerie Balice Hertling à Paris jusqu'au 18 juillet.

Courtesy of galerie Balice Hertling

À visiter l’atelier de Neïl Beloufa, à l’écouter, on a presque envie de parler de tromperie sur la marchandise. Omniprésente, la nouvelle coqueluche de l’art contemporain français semble cacher, sous ses atours d’artiste brillant, pas seulement un metteur en scène ou un vidéaste mais un vrai réalisateur de cinéma. Pire, un producteur du septième art. Dans son vaste atelier de Villejuif, une trentaine de personnes s’affairent, depuis plusieurs mois, à la réalisation du gigantesque décor de son prochain long-métrage : un hall, un étage et quelques pièces (qu’on se rassure, le bar n’a pas été oublié) d’un hôtel au style aussi fifties que seventies se confondent avec le métal et les verrières de l’atelier.

 

Si c’est avant tout à ses vidéos et à ses installations, aux aspects volontairement low tech et faits main, qu’il doit sa notoriété, Neïl Beloufa assume désormais entièrement son “fantasme de cinéma”, en passant à plus grande échelle. “L’atelier accueille aujourd’hui trois fois plus de monde qu’il y a un ou deux ans, confirme-t-il. Nous sommes passés à une autre dimension, mais je tiens toujours à ce que tout continue à être produit sur place : les murs, les charpentes…” Un attrait pour le cinéma qui n’a rien d’étonnant pour un artiste qui a toujours mêlé réel et fiction.

 

Pour le film Brune Renault (2010), qui fut l’une des matrices de son art, Neïl Beloufa proposait déjà une fiction se déroulant dans une voiture occupée par quelques personnages… Une voiture que certains plans révèlent comme étant en réalité découpée en quatre tranches et reposant sur de petites roues, telle une sculpture. Une fois l’artifice révélé, c’est le jeu des comédiens qui se trouvait dévoilé. C’est tout l’art du déplacement caractéristique de Neïl Beloufa : aller du réel vers la fiction, du cinéma vers l’art, et inversement. Brouiller les pistes, surtout, entre le vrai et le faux.

 

Le spectateur n’aura plus qu’à s’interroger sur ce qu’il voit, sur la nature des images et des objets qui lui sont présentés.Je travaille moins sur une forme – je n’ai pas envie de réinventer la chaise ou la peinture – que sur la relation entre l’œuvre et la personne qui la regarde, déclare Neïl Beloufa. Le moment qui m’intéresse le plus dans cette relation est celui où le spectateur est dans l’incertitude. Lorsqu’il se demande s’il peut croire au film, s’il doit l’accepter, s’il doit simplement suspendre son raisonnement cohérent, ou s’il doit refuser ce qu’il voit. Je veux que ce soit lui qui décide s’il y a film ou pas, s’il veut croire à ce film, alors que j’en montre toutes les ficelles. Je veux que le spectateur décide s’il y a art ou pas.

Nouvelle œuvre de l'exposition Neoliberal de Neïl Beloufa présentée à la galerie Balice Hertling à Paris jusqu'au 18 juillet.

Courtesy of galerie Balice Hertling

Pour Kempinski (2007), film aux allures de documentaire, l’artiste interrogeait des Maliens sur leur vision du futur, qu’ils devaient développer devant la caméra en en parlant au présent. S’amusant à déjouer les attentes du public occidental vis-à-vis d’un récit africain, entre exotisme et postcolonialisme, le film a rapidement transformé Neïl Beloufa en un artiste de “la déconstruction de nos croyances et de nos systèmes de pensée préconçus et de production d’images et de récits”. Pas toujours avec succès. À Londres, alors que l’artiste donnait une conférence à l’Institute of Contemporary Arts sur la pensée décentralisée et sur le folklore et les résidus du colonialisme dans nos modes de pensée, les responsables lui préparaient… un couscous.

Nouvelle œuvre de l'exposition Neoliberal de Neïl Beloufa présentée à la galerie Balice Hertling à Paris jusqu'au 18 juillet.

Courtesy of galerie Balice Hertling

De son côté, Neïl Beloufa refuse ce terme de “déconstruction” : “Je ne démonte pas les mécanismes, bien au contraire, je m’en empare. Lorsque je laisse traîner un micro, je rappelle que nous sommes dans un film. C’est un peu la même chose lorsque je laisse les prises apparentes dans mes installations.

 

L’atelier lui-même est, d’une certaine façon, une œuvre en soi, ajoute-t-il, dans la mesure où dans mes œuvres – comme dans mon atelier – je réfléchis sur les notions de protocoles de travail, d’autorité et de relations humaines.

 

Neoliberal, exposition de Neïl Beloufa, du 6 juin au 18 juillet, à la galerie Balice Hertling, 47 rue Ramponeau 75020 Paris.

 

Par Thibaut Wychowanok. Photos de l'atelier de Neïl Beloufa par Mario Palmieri.

 

Où se tiendra la première biennale d'art curatée par un robot?
609

Où se tiendra la première biennale d'art curatée par un robot?

Numéro art Si l'inauguration de sa neuvième édition a été reportée au 28 juin prochain, la Biennale d'art contemporain de Bucarest promet déjà de marquer l'histoire en 2022. Avec le concours du studio viennois Spinnwerk, le commissariat de sa dixième édition sera confié à un robot nommé Jarvis, qui parcourra les bases de données afin d'établir une sélection d'artistes et de créateurs exposés ensuite dans une galerie en réalité virtuelle. Un projet curatorial inédit presque intégralement réalisé par l'intelligence artificielle. Si l'inauguration de sa neuvième édition a été reportée au 28 juin prochain, la Biennale d'art contemporain de Bucarest promet déjà de marquer l'histoire en 2022. Avec le concours du studio viennois Spinnwerk, le commissariat de sa dixième édition sera confié à un robot nommé Jarvis, qui parcourra les bases de données afin d'établir une sélection d'artistes et de créateurs exposés ensuite dans une galerie en réalité virtuelle. Un projet curatorial inédit presque intégralement réalisé par l'intelligence artificielle.

Les plus beaux masques signés James Merry
698

Les plus beaux masques signés James Merry

Art Brodeur, illustrateur, designer, plasticien… les qualificatifs pouvant décrire James Merry sont nombreux. Révélé il y a quelques années par ses fleurs et autres plantes brodées à la main sur des pulls de célèbres labels sportswear, le jeune Britannique a rapidement attiré l’attention de la chanteuse Björk, toujours en quête de nouveaux talents afin d’accomplir sa vision artistique. Pour elle, James Merry a réalisé les masques agrémentant les costumes de ses deux derniers albums “Vulnicura” et “Utopia” et de leurs tournées respectives. Devenu depuis son assistant, le créateur réside désormais en Islande où il continue de produire ses prothèses faciales fascinantes alliant poésie et féérie, dont la symbolique prend une couleur tout à fait nouvelle dans la période que nous traversons actuellement. Tour d’horizon de ses plus belles créations. Brodeur, illustrateur, designer, plasticien… les qualificatifs pouvant décrire James Merry sont nombreux. Révélé il y a quelques années par ses fleurs et autres plantes brodées à la main sur des pulls de célèbres labels sportswear, le jeune Britannique a rapidement attiré l’attention de la chanteuse Björk, toujours en quête de nouveaux talents afin d’accomplir sa vision artistique. Pour elle, James Merry a réalisé les masques agrémentant les costumes de ses deux derniers albums “Vulnicura” et “Utopia” et de leurs tournées respectives. Devenu depuis son assistant, le créateur réside désormais en Islande où il continue de produire ses prothèses faciales fascinantes alliant poésie et féérie, dont la symbolique prend une couleur tout à fait nouvelle dans la période que nous traversons actuellement. Tour d’horizon de ses plus belles créations.

Advertising
Un homme tente de voler le cadeau de Banksy aux hôpitaux britanniques
254

Un homme tente de voler le cadeau de Banksy aux hôpitaux britanniques

Art Le 6 mai dernier, Banksy faisait don de son œuvre “Game Changer” aux services de santé britanniques (NHS). Seulement deux jours après son installation au sein d’un hôpital du sud de l’Angleterre, un individu a tenté de dérober l’œuvre. Le 6 mai dernier, Banksy faisait don de son œuvre “Game Changer” aux services de santé britanniques (NHS). Seulement deux jours après son installation au sein d’un hôpital du sud de l’Angleterre, un individu a tenté de dérober l’œuvre.

Le Turner Prize se transforme en bourses pour aider les artistes
687

Le Turner Prize se transforme en bourses pour aider les artistes

Numéro art Après avoir exceptionnellement récompensé ses quatre finalistes lors de sa dernière édition en 2019, le plus grand prix de l’art britannique connaît une nouvelle révolution. En réaction à la crise sanitaire actuelle et à la difficulté d’organiser sa traditionnelle exposition, le Turner Prize 2020 laisse place à des bourses qui seront décernées par son jury à dix artistes nés ou vivant au Royaume-Uni. Après avoir exceptionnellement récompensé ses quatre finalistes lors de sa dernière édition en 2019, le plus grand prix de l’art britannique connaît une nouvelle révolution. En réaction à la crise sanitaire actuelle et à la difficulté d’organiser sa traditionnelle exposition, le Turner Prize 2020 laisse place à des bourses qui seront décernées par son jury à dix artistes nés ou vivant au Royaume-Uni.

Qui est Jiab Prachakul, la peintre qui décalque les visages ?
144

Qui est Jiab Prachakul, la peintre qui décalque les visages ?

Numéro art Le 5 mai dernier, Jiab Prachakul se voyait décerner le premier prix du BP National Portrait Awards pour son portrait “Night Talk”, aujourd’hui exposé à la National Portrait Gallery de Londres. Depuis près de quinze ans, cette artiste thaïlandaise part à la recherche de visages, de corps et d’expression reflétant un univers nostalgique où elle explore les liens et l’intimité qui se créent entre les gens et leur environnement. À travers la toile mais aussi le textile, elle nous offre un regard pluriel oscillant entre art, mode et design.  Le 5 mai dernier, Jiab Prachakul se voyait décerner le premier prix du BP National Portrait Awards pour son portrait “Night Talk”, aujourd’hui exposé à la National Portrait Gallery de Londres. Depuis près de quinze ans, cette artiste thaïlandaise part à la recherche de visages, de corps et d’expression reflétant un univers nostalgique où elle explore les liens et l’intimité qui se créent entre les gens et leur environnement. À travers la toile mais aussi le textile, elle nous offre un regard pluriel oscillant entre art, mode et design. 

Avril 1895 : quand le pape condamne la première Biennale de Venise
698

Avril 1895 : quand le pape condamne la première Biennale de Venise

Numéro art Biennale de Lyon, Manifesta de Marseille… depuis trois mois, les biennales, expositions et foires d’art sont nombreuses à être annulées ou repoussées. Alors que la très attendue Biennale de Venise vient d’annoncer son report à 2022, retour sur les origines de cette manifestation incontournable de l’art à travers sa première édition de 1895. Un événement marquant qui apporta avec lui son lot de polémiques. Biennale de Lyon, Manifesta de Marseille… depuis trois mois, les biennales, expositions et foires d’art sont nombreuses à être annulées ou repoussées. Alors que la très attendue Biennale de Venise vient d’annoncer son report à 2022, retour sur les origines de cette manifestation incontournable de l’art à travers sa première édition de 1895. Un événement marquant qui apporta avec lui son lot de polémiques.