8


Commandez-le
Numéro
09

Le défilé Chanel automne-hiver 2021-2022 inspiré par le ski et la fête

Fashion Week

Fusionnant vestiaire inspiré des sports d'hiver et silhouettes festives, Virginie Viard propose une collection hybride qui évoque le style du mannequin Stella Tennant, amie de la maison disparue en janvier.

1/56

Filmée par Inez & Vinoodh chez Castel – véritable institution nocturne du quartier de Saint-Germain-des-Prés –, la collection Chanel automne-hiver 2021-2022 croise style parisien et vestiaire de sports d’hiver en jouant du contraste entre sensualité et protection. Une collection qui par sa nonchalance rappelle l'élégance inégalée du top Stella Tennant, amie de la maison disparue en janvier. “Aujourd’hui, certaines silhouettes me font penser à [son] allure, à sa façon de porter certaines pièces, tellement Chanel”, confie Virginie Viard, directrice artistique de la maison.

 

Ainsi d’épais manteaux en tweed à motif chevrons réchauffent des silhouettes ultra courtes ou des ensembles jupes midi et crop-top, les tailleurs en tweed et petites robes du soir se portent accompagnés de moon boots en fausse fourrure – matière que l’on retrouve d’ailleurs sur des petites vestes et manteaux emblématiques de la maison. Des salopettes façon combinaison de ski en matelassé blanc brodé de motifs rouges et bleus, ou en tweed fuchsia, se substituent aux classiques pantalons, un kilt en tweed à une jupe et des pulls colorés aux vestes des tailleurs, tandis que des carcans en dentelles et bas de soie se devinent parfois sous un manteau ou une fente. “Cette collection est un mélange de deux influences : l’ambiance des sports d’hiver, que j’adore, et une certaine idée du chic cool parisien, des années soixante-dix à aujourd’hui. J’aime beaucoup Castel pour ses nombreux salons, l’escalier en colimaçon, son bar, le parcours qu’offrait ce lieu, son côté petite maison où les mannequins peuvent se changer, s’habiller et se déshabiller, se maquiller ensemble, s’amuser comme lors d’une soirée entre filles. C’est très sensuel”, conclut Virginie Viard.