222


Commandez-le
Numéro
08

3 choses à retenir du défilé Dior automne-hiver 2021-2022 au Château de Versailles

Fashion Week

Dans un château de Versailles sombre et inquiétant, Maria Grazia Chiuri dévoile une collection Dior automne-hiver 2021-2022 inspirée par les contes de fées, entre l'uniforme du Petit soldat de plomb, la cape du Petit Chaperon Rouge et des robes de princesses. Découvrez 3 choses à retenir du défilé.

1/64

1. Une collection inspirée des contes de fées

 

Après avoir présenté une collection haute couture printemps-été 2021 inspirée par le tarot de Marseille, Maria Grazia Chiuri explore chez Dior une nouvelle mythologie autour des contes de fées. Ces récits merveilleux racontés aux enfants sont l'occasion de transmettre des valeurs et stimuler l'imagination à travers leurs symboles et archétypes. Loin des versions édulcorées des films de Disney, les contes de fées sont souvent des histoires dramatiques au final tragique. Une ambiance sombre voire inquiétante que l'on retrouve dans le défilé automne-hiver 2021-2022 de Maria Grazia Chiuri où un manteau en cachemire bleu, rehaussé de rouge et de blanc évoque Le Petit Soldat de Plomb de Hans Christian Andersen, des manteaux à capuches rouges rappellent Le Petit Chaperon Rouge de Charles Perrault, les tissus écossais et les roses racontent La Belle et La Bête, des robes vaporeuses sont celles de princesses tandis que des silhouettes agrémentées de cols blancs, plastrons en broderie anglaise et chaussettes blanches rappellent naturellement le monde de l’enfance.

2. Une performance signée Sharon Eyal

 

Invitée pour la première fois par Maria Grazia Chiuri pour le défilé Dior printemps-été 2019 dont le thème était la danse, la chorégraphe israélienne Sharon Eyal livre cette saison une nouvelle performance hypnotique. On retrouve dans le nom de la collection, “Disturbing beauty”, un parallèle avec le style de la chorégraphe, qui à travers des torsions du corps et des mouvements saccadés redéfinit les normes de grâce et d'élégance. Sharon Eyal et ses danseurs incarnent des êtres nocturnes qui prennent vie une fois la nuit tombée et dont la danse,  éclairée par la lueur pâle de la lune, a des airs de rituels magiques.

3. Un Château de Versailles sombre et inquiétant

 

Pendant que les musées et sites culturels français restent encore fermés, la maison Dior s'offre comme décor de son défilé sans public le château de Versailles, lieu choisi non seulement pour son étroite relation avec la culture, mais également car ses salons accueillirent les récits d'écrivaines pionnières des contes de fées et fables protoféministes qui ont inspirés la collection. La célèbre galerie des Glaces, facilement reconnaissable par son style baroque, sa décoration éblouissante et les grands miroirs qui l'habillent se transforme alors en "Hall of Shadows” (hall des ombres) grâce à des miroirs opaques ornés de ronces, œuvres de l'artiste italienne Silvia Giambron.