222


Commandez-le
Numéro
08

Dior dévoile une collection homme hyper-cosmique avec l’artiste Kenny Scharf

Fashion Week

Dévoilée ce mardi 8 décembre à travers un défilé exclusivement virtuel, la précollection homme automne 2021 de Dior plonge dans un univers à la fois cosmique et pop. Pour l'occasion, Kim Jones a en effet invité les personnages cartoonesques de l'artiste américain Kenny Scharf sur de nombreuses pièces... 

1/46

Depuis quelques années avec Maria Grazia Chiuri et Kim Jones, chaque défilé Dior s'accompagne désormais d'une même question : avec quel(s) artiste(s) la maison française a-t-elle collaboré cette saison ? À ce titre, le créateur britannique et directeur artistique des collections homme de Dior s’est déjà fait remarquer pour ses choix surprenants, des artistes star Kaws et Daniel Arsham pour la scénographie des défilés au peintre ghanéen Amoako Boafo, dont les portraits tendres apparaissaient directement sur les pièces de la collection printemps-été 2021. Pour la précollection automne 2021, c’est du côté de Los Angeles que Kim Jones est cette fois-ci allé chercher un nouvel artiste, déjà bien établi depuis les années 80. Car Kenny Scharf s'est fait connaître dans le New York underground d’Andy Warhol, Jean-Michel Basquiat ou encore Keith Haring – qu'il a côtoyés – pour ses peintures loufoques à l’aérographe, dont les formes et couleurs s'inspirent explicitement des dessins animés et de l'esthétique télévisuelle. Ainsi, de nombreuses figures cartoonesques semblant tout droit sorties de Tex Avery habitent ses toiles hyper-colorées, qu’il rassemble dans un courant de son invention : le “surréalisme pop abstrait”.


Pour cette nouvelle collection homme Dior, Kim Jones a donc rencontré Kenny Scharf et choisi dans son œuvre colossal des personnages qui pourraient égayer ses pièces. Inspirés par les animaux du zodiaque chinois, ces créatures et formes psychédéliques aux couleurs vives s’y trouvent alors brodées, tissées ou sérigraphiées : des visages orange ou rose inidentifiables ondulent sur des ceintures, des chemises pendant qu’un tigre multicolore agrémente un pull tricoté.... Le créateur britannique reste ainsi fidèle à sa volonté de moderniser le tailoring en lui insufflant motifs et couleurs pop, tout en l’agrémentant de nombreux détails fonctionnels : les vestes fines sont cintrées à la taille par une ceinture à boucle en plastique, quelques cordons traversent les passant des pantalons, reliés par des mousquetons, tandis que des souliers évoquant des chaussures de sécurité empruntent volontiers au vestiaire de l’alpinisme. Mais ces éléments utilitaires sont loin d’enlever aux pièces leur raffinement : emblèmes de l’élégance masculine, des chrysanthèmes imaginés par la maison Lemarié et œillets agrémentent le pan gauche de manteaux et vestes de tailleur oblique à simple boutonnage, devenues signatures de Kim Jones.

 

Moins d’un an après le défilé Balenciaga automne-hiver 2020-2021, Dior a également fait le choix d’un décor immersif numérique en diffusant derrière les mannequins un film sur écran géant circulaire. Pour ce défilé ici sans public, le vidéaste Thomas Vanz a cherché à “représenter la surface du soleil” et provoque une véritable immersion cosmique au cœur des supernovas. Un choix qui met particulièrement en avant les couleurs de la collection, des noirs, bleus métalliques et gris perle habituels de Kim Jones aux nombreuses nuances de marron, le tout réveillé par quelques touches de blancs, rouge écarlate et orange.