225


Commandez-le
Numéro
05

La collection Rick Owens automne-hiver 2021-2022

Fashion Week

Présentée une nouvelle fois sur l'île de Lido, la nouvelle collection femme de Rick Owens s'inscrit dans la continuité directe de son homologue masculine, dévoilée il y a un mois, à travers un vestiaire protecteur jouant comme souvent sur les effets de matière, l'asymétrie, les contrastes de volume et la déconstruction.

Crédit : OWENSCORP

1/48

Saison après saison, les collections de Rick Owens déroulent le fil continu d’une histoire entamée il y a plus de vingt ans. Sans rupture, celle-ci se prolonge dans des vestiaires masculins et féminins où les nouveautés émergent au compte-gouttes pour s'affirmer peu à peu comme de véritables leitmotivs esthétiques. Echo direct à la collection homme dévoilée il y a un mois, suite logique de la printemps-été 2021, la collection femme automne-hiver 2021-2022 en est la preuve irréfutable : présentée à nouveau sur l'île de Lido, au large de Venise, elle s’inspire à l'instar de sa précédente du Gethsémané, jardin où Jésus aurait prié avant sa crucifixion. Et tout comme le vestiaire présenté en janvier, ces nouvelles pièces suggèrent davantage la dureté de nos temps sombres que la sérénité d'un havre naturel et florissant. On y retrouve à ce titre les épaules XXL des manteaux oversize, les doudounes déstructurées à manches amovibles, les bombers bicolores, les cuissardes à poils et à plateformes, mais aussi la même palette de couleurs froides, entre noir, blanc écru, bleu marine, lilas et kaki.

 

Si les masques couvrant le bas du visage et le cou avaient déjà fait leur apparition en septembre, ils reviennent ici pour parfaire ces tenues protectrices dignes d’un film de science-fiction où la technicité des coupes et des matières se mêle à un savant jeu de déconstruction. Le créateur américain propose en effet des blazers en plastique recyclé, des combinaisons moulantes en cuir pourvues de zip ou en cachemire semblables à des secondes peaux, ainsi que des robes et ensembles en denim déchiré dont les trous étudiés dessinent sur le corps des lignes obliques. Mais les pièces les plus surprenantes de la saison resteront sans doute les bodys échancrés en tissu plissé, parfois recouverts de sequins que l’on retrouve aussi sur un haut dont la matière crée autour des épaules un volume étonnant. Déclinés en violet, en bleu ciel, en noir ou en vert, ces mêmes sequins viennent parfois habiller d’autres combinaisons moulantes et pantalons, s’intégrant avec cohérence à l’ensemble des silhouettes tout en y apportant une note plus joyeuse et festive – qui rappelle aussi tout l’amour de Rick Owens pour les années 70-80 et le glam rock. Asymétrique et élégamment drapée autour du corps, la longue robe blanc écru qui clôt l’ensemble est quand à elle un clin d’œil à l'une des silhouettes caractéristiques du label, qui s’adapte étonnamment ici à l’élégance d’un vestiaire de soirée.