Advertising
Rihanna et Cara Delevingne défilent pour Savage x Fenty
1

Rihanna et Cara Delevingne défilent pour Savage x Fenty

Fashion Week En attendant de découvrir le défilé sur Amazon Prime le 20 septembre prochain, découvrez les premières images avec Rihanna et Cara Delevingne. En attendant de découvrir le défilé sur Amazon Prime le 20 septembre prochain, découvrez les premières images avec Rihanna et Cara Delevingne.

Le défilé Proenza Schouler printemps-été 2020
756

Le défilé Proenza Schouler printemps-été 2020

Fashion Week En célébrant la working girl dans cette nouvelle collection, le label Proenza Schouler s’affirme une fois de plus comme figure de proue du luxe à l’américaine. Jack McCollough et Lazaro Hernandez présentent ici des pièces à la fluidité structurée, construites à partir d’une taille cintrée pour mieux marquer les hanches et les épaules – clin d’œil aux symboles vestimentaires du pouvoir ayant marqué les années 80. Maintenus par des cols, bretelles et ceintures en cuir, les tissus dégringolent en drapé et volumes voluptueux, tandis que d’élégantes sandales à talons et mules répondent à l’ondoiement des matériaux. Le goût pour l’épurement s’affirme également dans la sobre palette colorée, relevée par des jaunes vif et orangé et quelques imprimés dans des teintes chaudes. Les éléments qui ont fait la force du label sont là aussi bien présents : jeux sur l’asymétrie, utilisation du cuir ou encore ajours qui dévoilent avec raffinement des parties du buste. Cette collection est également l'occasion de dévoiler deux modèles de sandales inédits, fruits de la nouvelle collaboration de Proenza Schouler avec le label allemand de chaussures Birkenstock. En célébrant la working girl dans cette nouvelle collection, le label Proenza Schouler s’affirme une fois de plus comme figure de proue du luxe à l’américaine. Jack McCollough et Lazaro Hernandez présentent ici des pièces à la fluidité structurée, construites à partir d’une taille cintrée pour mieux marquer les hanches et les épaules – clin d’œil aux symboles vestimentaires du pouvoir ayant marqué les années 80. Maintenus par des cols, bretelles et ceintures en cuir, les tissus dégringolent en drapé et volumes voluptueux, tandis que d’élégantes sandales à talons et mules répondent à l’ondoiement des matériaux. Le goût pour l’épurement s’affirme également dans la sobre palette colorée, relevée par des jaunes vif et orangé et quelques imprimés dans des teintes chaudes. Les éléments qui ont fait la force du label sont là aussi bien présents : jeux sur l’asymétrie, utilisation du cuir ou encore ajours qui dévoilent avec raffinement des parties du buste. Cette collection est également l'occasion de dévoiler deux modèles de sandales inédits, fruits de la nouvelle collaboration de Proenza Schouler avec le label allemand de chaussures Birkenstock.

Le défilé Coach printemps-été 2020
777

Le défilé Coach printemps-été 2020

Fashion Week Si les collections du designer Stuart Vevers pour Coach prolongent depuis des années un vibrant hommage à l’Amérique, l’héritage punk du Britannique n’est jamais bien loin. Ici, le créateur replonge dans le mouvement new wave des années 80, rappelé sur certaines pièces par des portraits graphiques et pop de l’illustrateur américain Richard Bernstein. L’esthétique vestimentaire de l’époque se voit modernisée par des déclinaisons de modèles de vestes en cuir, qui rencontrent des robes et écharpes légères en jouant sur les associations colorées et les fermetures à pression. Fidèle à l’ADN de Coach, célèbre pour sa maroquinerie, Stuart Vevers présente en effet de nombreux cuirs rouges, jaunes, bleus, roses ou verts, ainsi que quelques pièces en motif Prince de Galles. Si les collections du designer Stuart Vevers pour Coach prolongent depuis des années un vibrant hommage à l’Amérique, l’héritage punk du Britannique n’est jamais bien loin. Ici, le créateur replonge dans le mouvement new wave des années 80, rappelé sur certaines pièces par des portraits graphiques et pop de l’illustrateur américain Richard Bernstein. L’esthétique vestimentaire de l’époque se voit modernisée par des déclinaisons de modèles de vestes en cuir, qui rencontrent des robes et écharpes légères en jouant sur les associations colorées et les fermetures à pression. Fidèle à l’ADN de Coach, célèbre pour sa maroquinerie, Stuart Vevers présente en effet de nombreux cuirs rouges, jaunes, bleus, roses ou verts, ainsi que quelques pièces en motif Prince de Galles.

Advertising
Advertising
Le défilé Tom Ford printemps-été 2020
790

Le défilé Tom Ford printemps-été 2020

Fashion Week “Cette saison, pour moi, il est question de simplicité, à ne pas confondre avec simple”, déclarait Tom Ford au sujet de sa nouvelle collection. Présentée dans une station de métro new-yorkaise, celle-ci répond à cet adage à travers un retour à l’essentiel. Les ensembles monochromes s’y succèdent, déclinant les pièces d’un vestiaire mixte : d’amples jupes longues ouvrent le bal, puis arrivent des bazers aux épaules marquées et combinaisons froncées, coupées dans des tissus à l’effet satiné. Faisant l’économie d’ornementation ou de détails, la force de la plupart des pièces réside dans leurs coupes et leurs matériaux, en attestent de remarquables bustiers et brassières moulées ainsi que des bodys et hauts qui semblent ne tenir qu’à un fil. Associés à des bas couture, ils rappellent doucement mais sûrement que le sexy version Tom Ford est encore bien présent. “Cette saison, pour moi, il est question de simplicité, à ne pas confondre avec simple”, déclarait Tom Ford au sujet de sa nouvelle collection. Présentée dans une station de métro new-yorkaise, celle-ci répond à cet adage à travers un retour à l’essentiel. Les ensembles monochromes s’y succèdent, déclinant les pièces d’un vestiaire mixte : d’amples jupes longues ouvrent le bal, puis arrivent des bazers aux épaules marquées et combinaisons froncées, coupées dans des tissus à l’effet satiné. Faisant l’économie d’ornementation ou de détails, la force de la plupart des pièces réside dans leurs coupes et leurs matériaux, en attestent de remarquables bustiers et brassières moulées ainsi que des bodys et hauts qui semblent ne tenir qu’à un fil. Associés à des bas couture, ils rappellent doucement mais sûrement que le sexy version Tom Ford est encore bien présent.

Le défilé Area printemps-été 2020
1

Le défilé Area printemps-été 2020

Fashion Week Au cœur de la collection Area printemps-été 2020 : la parure et l'embellissement comme vecteurs d'expression de la singularité de chacun. Ce n'est donc pas un hasard si la pièce maîtresse de ce défilé est la plaque d'identification popularisée par les communautés afro-américaines dans les années 80 et 90, que l'on retrouve ici frappée du nom du label dans différentes langues, et qui se greffe aux vêtements. Sur d'autres silhouettes, c'est le corset victorien qui devient bijou, ou alors la sandale de gladiateur, l'armure ou des parures de tête indiennes. Les vêtements quant à eux flirtent toujours avec l'esthétique disco chère à la marque depuis ses débuts. Au cœur de la collection Area printemps-été 2020 : la parure et l'embellissement comme vecteurs d'expression de la singularité de chacun. Ce n'est donc pas un hasard si la pièce maîtresse de ce défilé est la plaque d'identification popularisée par les communautés afro-américaines dans les années 80 et 90, que l'on retrouve ici frappée du nom du label dans différentes langues, et qui se greffe aux vêtements. Sur d'autres silhouettes, c'est le corset victorien qui devient bijou, ou alors la sandale de gladiateur, l'armure ou des parures de tête indiennes. Les vêtements quant à eux flirtent toujours avec l'esthétique disco chère à la marque depuis ses débuts.

Le défilé Helmut Lang printemps-été 2020
450

Le défilé Helmut Lang printemps-été 2020

Fashion Week Relancé en 2017 avec Shayne Oliver, le label Helmut Lang présentait aujourd’hui la deuxième collection des designers Mark Thomas et Thomas Cawson. Une fois de plus, les deux Britanniques semblent rester sagement fidèles à l’identité du label autrichien en reprenant les éléments qui ont fait la force de son minimalisme radical dès la fin des années 90 : des pièces aux dominantes blanches, argentées et noires, des vestes en cuir patiné blanc, des pantalons effet chromé et larges manteaux en latex couleur brute… Ici, la force réside dans les détails : une manche de chemise à laquelle s’intègre une patte de boutonnage, des bandes de cols boutonnées à la veste, des fermetures à glissière intégrées aux jambes d’un pantalon ou à la ceinture d’une jupe… La transparence aussi était de mise, avec des  hauts moulants à coutures apparentes et costumes laissant deviner le corps, tandis que plusieurs robes longues témoignent d’une maîtrise du drapé. Relancé en 2017 avec Shayne Oliver, le label Helmut Lang présentait aujourd’hui la deuxième collection des designers Mark Thomas et Thomas Cawson. Une fois de plus, les deux Britanniques semblent rester sagement fidèles à l’identité du label autrichien en reprenant les éléments qui ont fait la force de son minimalisme radical dès la fin des années 90 : des pièces aux dominantes blanches, argentées et noires, des vestes en cuir patiné blanc, des pantalons effet chromé et larges manteaux en latex couleur brute… Ici, la force réside dans les détails : une manche de chemise à laquelle s’intègre une patte de boutonnage, des bandes de cols boutonnées à la veste, des fermetures à glissière intégrées aux jambes d’un pantalon ou à la ceinture d’une jupe… La transparence aussi était de mise, avec des  hauts moulants à coutures apparentes et costumes laissant deviner le corps, tandis que plusieurs robes longues témoignent d’une maîtrise du drapé.

Le défilé Jeremy Scott printemps-été 2020
560

Le défilé Jeremy Scott printemps-été 2020

Fashion Week Depuis des années, le créateur américain Jeremy Scott fait montre, une collection après l’autre, de son goût pour la pop culture et l’excentricité. Cette nouvelle collection ne déroge pas à la règle, nous invitant à travers une effusion de fluo et de formes extravagantes en plein cœur des fantasmes des années 80. On retrouve aussi bien dans la structure et les matériaux des pièces l’esprit futuriste et la fascination pour l’espace qui ont nourri les fictions de l’époque que la mise en avant d’une sexualité féminine assumée, à travers les bodys échancrés, mini-robes, bustiers et cuissardes. À travers près de 60 silhouettes, Jeremy Scott submerge le regard jusqu’à la saturation par ses couleurs flashy, ses imprimés psychédéliques aux motifs galaxie, graffiti ou zébrés, ses robes asymétriques à volants ainsi que par ses ensembles composites s’approchant du patchwork. Depuis des années, le créateur américain Jeremy Scott fait montre, une collection après l’autre, de son goût pour la pop culture et l’excentricité. Cette nouvelle collection ne déroge pas à la règle, nous invitant à travers une effusion de fluo et de formes extravagantes en plein cœur des fantasmes des années 80. On retrouve aussi bien dans la structure et les matériaux des pièces l’esprit futuriste et la fascination pour l’espace qui ont nourri les fictions de l’époque que la mise en avant d’une sexualité féminine assumée, à travers les bodys échancrés, mini-robes, bustiers et cuissardes. À travers près de 60 silhouettes, Jeremy Scott submerge le regard jusqu’à la saturation par ses couleurs flashy, ses imprimés psychédéliques aux motifs galaxie, graffiti ou zébrés, ses robes asymétriques à volants ainsi que par ses ensembles composites s’approchant du patchwork.

Les célébrités au défilé Longchamp printemps-été 2020
1

Les célébrités au défilé Longchamp printemps-été 2020

Fashion Week Kate Moss et sa fille, Kendall Jenner, Julianne Moore, découvrez les célébrités présentes au défilé Longchamp. Kate Moss et sa fille, Kendall Jenner, Julianne Moore, découvrez les célébrités présentes au défilé Longchamp.

Le défilé Sies Marjan printemps-été 2020
798

Le défilé Sies Marjan printemps-été 2020

Fashion Week Chez le label Sies Marjan, la couleur reste le maître mot : pour cette nouvelle collection, son créateur Sander Lak a emprunté sa palette aux teintes des fards à paupières, rouges à lèvres et vernis à ongles en vue d’imprégner ses pièces d’un esprit “kitsch”. Jaune vif et or, rouge écarlate, bleu canard ou électrique relèvent des silhouettes dont émane une élégante féminité. Une fois de plus, on retrouve le goût du designer néerlandais pour les matières réfléchissantes et les effets de lumière : des satins texturés par gaufrage ainsi que des peaux de crocodile verni, dans lesquelles sont également réalisés les accessoires – des sacs en bandoulière soutenus par une grande et élégante boucle ainsi que des bottes. Le denim se voit également retravaillé dans des ensembles tailleur et vestes. Chez le label Sies Marjan, la couleur reste le maître mot : pour cette nouvelle collection, son créateur Sander Lak a emprunté sa palette aux teintes des fards à paupières, rouges à lèvres et vernis à ongles en vue d’imprégner ses pièces d’un esprit “kitsch”. Jaune vif et or, rouge écarlate, bleu canard ou électrique relèvent des silhouettes dont émane une élégante féminité. Une fois de plus, on retrouve le goût du designer néerlandais pour les matières réfléchissantes et les effets de lumière : des satins texturés par gaufrage ainsi que des peaux de crocodile verni, dans lesquelles sont également réalisés les accessoires – des sacs en bandoulière soutenus par une grande et élégante boucle ainsi que des bottes. Le denim se voit également retravaillé dans des ensembles tailleur et vestes.

Le défilé Longchamp printemps-été 2020
123

Le défilé Longchamp printemps-été 2020

Fashion Week Pour son troisième défilé, Longchamp propose un vestiaire inspiré en partie du travail de l'artiste Judy Chicago, composé de pièces pragmatiques et élégantes destiné à une femme active et sophistiquée ainsi que des références issus des années 700 et 90. Ainsi on retrouve des imprimés psychédéliques, des longueurs fluides, les couleurs sont comme délavées par le soleil, tandis que du nylon s'invite sur des vestes ou des combinaisons.  Pour son troisième défilé, Longchamp propose un vestiaire inspiré en partie du travail de l'artiste Judy Chicago, composé de pièces pragmatiques et élégantes destiné à une femme active et sophistiquée ainsi que des références issus des années 700 et 90. Ainsi on retrouve des imprimés psychédéliques, des longueurs fluides, les couleurs sont comme délavées par le soleil, tandis que du nylon s'invite sur des vestes ou des combinaisons. 

Mahershala Ali et Alessandro Sartori présentent le nouvel homme Zegna
1

Mahershala Ali et Alessandro Sartori présentent le nouvel homme Zegna

Soirées Le 5 septembre dernier, Alessandro Sartori, directeur artistique de Zegna, et l'acteur multi-oscarisé Mahershali Ali, nouveau visage du label italien, présentaient la nouvelle campagne et le projet #WhatsMakesAMan. L'occasion d'interroger la masculinité au XXIème Siècle en présence d'Irina Shayk, Fabien Baron ou encore Alexi Lubomirski. Le 5 septembre dernier, Alessandro Sartori, directeur artistique de Zegna, et l'acteur multi-oscarisé Mahershali Ali, nouveau visage du label italien, présentaient la nouvelle campagne et le projet #WhatsMakesAMan. L'occasion d'interroger la masculinité au XXIème Siècle en présence d'Irina Shayk, Fabien Baron ou encore Alexi Lubomirski.

La femme séduisante selon Lorenzo Serafini chez Philosophy
777

La femme séduisante selon Lorenzo Serafini chez Philosophy

Mode Depuis 2016, Lorenzo Serafini insuffle une sensibilité romantique à la ligne Philosophy de la maison italienne Alberta Ferretti. Empreinte d’une élégance délicate et sophistiquée, sa dernière collection s’inspire de l’énergie brute des années 90. Depuis 2016, Lorenzo Serafini insuffle une sensibilité romantique à la ligne Philosophy de la maison italienne Alberta Ferretti. Empreinte d’une élégance délicate et sophistiquée, sa dernière collection s’inspire de l’énergie brute des années 90.

loading
Plus d'articles

Advertising