Advertising
Le défilé Iris Van Herpen haute couture printemps-été 2019
22

Le défilé Iris Van Herpen haute couture printemps-été 2019

Fashion Week

L’espace de quelques instants, la créatrice Iris Van Herpen propose de quitter la terre ferme pour regarder vers le ciel. Puisant son inspiration dans les représentations mythologiques et astrologiques de l’atlas céleste d'Andreas Cellarius (cartographe du XVIIe siècle), la créatrice néerlandaise nous plonge dans la nébuleuse cosmique. Robes en organza translucide semblables à des nuages aquatiques (créées en collaboration avec l’artiste expressionniste et ancien ingénieur de la NASA Kim Keever), créations immaculées avec des reliefs en pétales ou en dentelle extra fine (un demi-millimètre d'épaisseur) faisant vibrer le tissu au rythme de chaque pas… Le défilé atteint son apothéose grâce à l’installation laser de Nick Verstand qui donne le sentiment d’être véritablement au cœur de nuages en mouvement.

Le défilé Iris Van Herpen haute couture printemps-été 2019
774

Le défilé Iris Van Herpen haute couture printemps-été 2019

Fashion Week L’espace de quelques instants, la créatrice Iris Van Herpen propose de quitter la terre ferme pour regarder vers le ciel. Puisant son inspiration dans les représentations mythologiques et astrologiques de l’atlas céleste d'Andreas Cellarius (cartographe du XVIIe siècle), la créatrice néerlandaise nous plonge dans la nébuleuse cosmique. Robes en organza translucide semblables à des nuages aquatiques (créées en collaboration avec l’artiste expressionniste et ancien ingénieur de la NASA Kim Keever), créations immaculées avec des reliefs en pétales ou en dentelle extra fine (un demi-millimètre d'épaisseur) faisant vibrer le tissu au rythme de chaque pas… Le défilé atteint son apothéose grâce à l’installation laser de Nick Verstand qui donne le sentiment d’être véritablement au cœur de nuages en mouvement. L’espace de quelques instants, la créatrice Iris Van Herpen propose de quitter la terre ferme pour regarder vers le ciel. Puisant son inspiration dans les représentations mythologiques et astrologiques de l’atlas céleste d'Andreas Cellarius (cartographe du XVIIe siècle), la créatrice néerlandaise nous plonge dans la nébuleuse cosmique. Robes en organza translucide semblables à des nuages aquatiques (créées en collaboration avec l’artiste expressionniste et ancien ingénieur de la NASA Kim Keever), créations immaculées avec des reliefs en pétales ou en dentelle extra fine (un demi-millimètre d'épaisseur) faisant vibrer le tissu au rythme de chaque pas… Le défilé atteint son apothéose grâce à l’installation laser de Nick Verstand qui donne le sentiment d’être véritablement au cœur de nuages en mouvement.

Le défilé Dior haute couture printemps-été 2019
788

Le défilé Dior haute couture printemps-été 2019

Fashion Week Les mannequins qui pleurent des larmes noires de clown déambulent sous une parade de femmes acrobates, au cœur d’un incroyable chapiteau dans les jardins du musée Rodin. Vestes noires de dompteurs, robes du soir diaphanes qui se déclinent dans une palette infinie de tons poudrés, cols pierrot bicolores confectionnés de tulles torsadés… Inspirée par la célèbre photo “Dovima et les éléphants” de Richard Avedon et par le “Ballet Parade" de Jean Cocteau, mais aussi Picasso et Erik Satie, Maria Grazia Chiuri nous propulse au cœur du cirque Dior, véritable parenthèse féerique. “C’est un homme ou c’est une femme ? Ni l’un ni l’autre, c’est un clown.” Citation extraite de l’ouvrage “Le Costume de clown blanc, Gérard Vicaire la passion pour seul habit”de Sylvie Nguimfack-Perault. Les mannequins qui pleurent des larmes noires de clown déambulent sous une parade de femmes acrobates, au cœur d’un incroyable chapiteau dans les jardins du musée Rodin. Vestes noires de dompteurs, robes du soir diaphanes qui se déclinent dans une palette infinie de tons poudrés, cols pierrot bicolores confectionnés de tulles torsadés… Inspirée par la célèbre photo “Dovima et les éléphants” de Richard Avedon et par le “Ballet Parade" de Jean Cocteau, mais aussi Picasso et Erik Satie, Maria Grazia Chiuri nous propulse au cœur du cirque Dior, véritable parenthèse féerique. “C’est un homme ou c’est une femme ? Ni l’un ni l’autre, c’est un clown.” Citation extraite de l’ouvrage “Le Costume de clown blanc, Gérard Vicaire la passion pour seul habit”de Sylvie Nguimfack-Perault.

Advertising
Advertising
Le défilé Balmain homme automne-hiver-2019-2020
978

Le défilé Balmain homme automne-hiver-2019-2020

Fashion Week Pour son défilé homme automne-hiver 2019, Olivier Rousteing poursuit sa célébration du roi de la pop, Michael Jackson, entamée lors de sa collection estivale, avec une incursion dans les années 90 où le nouveau logo Balmain est roi, apparaissant sur la quasi totalité des accessoires. Comme un exercice de style, Olivier Rousteing décline avec brio un vestiaire jouant sur le contraste exclusif du noir et blanc, soir et glamour comme à l'accoutumée, jusqu'aux chaussures et sneakers bicolores. Revisitant le smoking de multiples façons, il joue avec les velours et satins qui reflètent la lumière. Il revisite le gilet de smoking sans manches ou à capuche. Il ose même la veste de smoking à épaules découpées. Pour les manteaux, il invite le tweed à carreaux, l'hybride avec le blouson biker, ou décline le motif pied-de-coq XXL. La marinière aussi est revisitée avec un effet d'asymétrie et des rayures légèrement décalées de la verticale sur une maille ample. Les plus audacieux préféreront sans doute le micro blouson en fourrure blanche à poils blancs.     Pour son défilé homme automne-hiver 2019, Olivier Rousteing poursuit sa célébration du roi de la pop, Michael Jackson, entamée lors de sa collection estivale, avec une incursion dans les années 90 où le nouveau logo Balmain est roi, apparaissant sur la quasi totalité des accessoires. Comme un exercice de style, Olivier Rousteing décline avec brio un vestiaire jouant sur le contraste exclusif du noir et blanc, soir et glamour comme à l'accoutumée, jusqu'aux chaussures et sneakers bicolores. Revisitant le smoking de multiples façons, il joue avec les velours et satins qui reflètent la lumière. Il revisite le gilet de smoking sans manches ou à capuche. Il ose même la veste de smoking à épaules découpées. Pour les manteaux, il invite le tweed à carreaux, l'hybride avec le blouson biker, ou décline le motif pied-de-coq XXL. La marinière aussi est revisitée avec un effet d'asymétrie et des rayures légèrement décalées de la verticale sur une maille ample. Les plus audacieux préféreront sans doute le micro blouson en fourrure blanche à poils blancs.    

Le défilé Sacai homme-automne-hiver 2019-2020 et femme pre-fall 2019
1

Le défilé Sacai homme-automne-hiver 2019-2020 et femme pre-fall 2019

Fashion Week Jouant sur les superpositions et les pièces hybrides, les collections homme-automne-hiver 2019-2020 et femme pre-fall 2019 interrogent la liberté d'expression du vêtement : looks sportswear et casual mettant la doudoune à l'honneur, pièces plus formelles comme le trench, broderies folkloriques ou imprimés léopard... Jouant sur les superpositions et les pièces hybrides, les collections homme-automne-hiver 2019-2020 et femme pre-fall 2019 interrogent la liberté d'expression du vêtement : looks sportswear et casual mettant la doudoune à l'honneur, pièces plus formelles comme le trench, broderies folkloriques ou imprimés léopard...

loading
Plus d'articles

Advertising