150

Le défilé haute couture automne-hiver 2015/2016 de Bouchra Jarrar

 

Numéro s'est entretenu avec Bouchra Jarrar et son illustrateur sonore, Frédéric Sanchez, après le défilé haute couture présenté par la talentueuse créatrice au lycée Henry IV.

Numéro : Parlons de l’importance du son sur les défilés de Bouchra Jarrar. Chaque saison, vous ne proposez pas une bande-son mais un collage de musique et de paroles, d’extraits de films, qui participent pleinement à raconter l’histoire du défilé.

 

Bouchra Jarrar : Tout à fait, il s’agit de compositions. Frédéric Sanchez est une personne à qui je parle beaucoup quand je prépare mes collections. Il m’influence énormément, iil est comme un frère artiste. Je lui parle beaucoup de sensations, de sentiments… C’est quelqu’un dont j’ai besoin pour raconter mon histoire. Quand j’ai trouvé mon fil conducteur, quand je suis dans la création pure, on commence alors à échanger, quatre à cinq semaines avant le défilé. Nous empruntons les mots d’auteurs que nous aimons. Aujourd’hui, c’était Agnès Varda.                                                                                                          

 

Frédéric Sanchez : Notre échange est crucial, mais le lieu aussi est vraiment important. La question est : comment habiter ce lieu avec du son ? J’étais au lycée ici, donc mes souvenirs de lycée dans les années 80 se mêlent à l’histoire. Je me suis souvenu qu’à cette époque Jane Birkin jouait dans une mise en scène de Patrice Chéreau, et au même moment Chéreau avait mis en scène un opéra de Mozart. Ces mélanges tissent une histoire que nous nous racontons. C’est un collage de souvenirs et d’émotions.

 

Bouchra, dans cette collection, vous mettez à l’honneur le coloris champagne et un bleu azur, évocateurs d’une sensualité seventies, très Studio 54, avec beaucoup de raffinement. 

 

Bouchra Jarrar : J’ai créé mes propres textiles pour le défilé, j’ai donc également précisément créé ces teintes. Les couleurs racontent une histoire, forte et  diluée en même temps. Pour vous le dire tout simplement, ce sont les couleurs du ciel.

 

Vous proposez notamment des ensembles alliant un trench sans manches et un pantalon. Nous sommes loin de l’idée de la robe de cocktail froufroutante typique de la haute couture.

 

Bouchra Jarrar : La robe de cocktail existe, et je peux en faire, mais j’ai envie de montrer autre chose aussi, qui soit proche de notre quotidien. Cette saison, j’ai donc travaillé mes trenchs comme des peignoirs, des robes de chambre de garçons. 

 

 

 

Par Delphine Roche 

Le défilé Gucci automne-hiver 2019-2020
667

Le défilé Gucci automne-hiver 2019-2020

Fashion Week Profondément shakespearienne et délicieusement androgyne, la collection d’Alessandro Michele se déploie comme un hommage à la théâtralité de l’existence. Au style bigarré et fantasmagorique dont il continue à pousser les limites, il ajoute une brève peinture de l’histoire du vêtement. Quatre-vingt-dix-sept modèles lui suffisent pour superposer jabots, fraises, colliers de chien à piques et lourdes cravates. Curieusement cohérente, facétieuse, elle masque les hommes pour mieux les saisir.    Profondément shakespearienne et délicieusement androgyne, la collection d’Alessandro Michele se déploie comme un hommage à la théâtralité de l’existence. Au style bigarré et fantasmagorique dont il continue à pousser les limites, il ajoute une brève peinture de l’histoire du vêtement. Quatre-vingt-dix-sept modèles lui suffisent pour superposer jabots, fraises, colliers de chien à piques et lourdes cravates. Curieusement cohérente, facétieuse, elle masque les hommes pour mieux les saisir.   

Les collections Moncler automne-hiver 2019-2020
23

Les collections Moncler automne-hiver 2019-2020

Fashion Week À l'occasion de la fashion week de Milan, Moncler a dévoilé les secondes collections de son projet créatif Moncler Genius avec Pierpaolo Piccioli & Liya Kebede, Sergio Zambon et Veronica Leoni, Sandro Mandrino, Simone Rocha, Craig Green, Matthew Williams de 1017 ALYX 9SM, Richard Quinn, Fragment Hiroshi Fujiwara, Palm Angels Francesco Ragazzi et Poldo Dog Couture. À l'occasion de la fashion week de Milan, Moncler a dévoilé les secondes collections de son projet créatif Moncler Genius avec Pierpaolo Piccioli & Liya Kebede, Sergio Zambon et Veronica Leoni, Sandro Mandrino, Simone Rocha, Craig Green, Matthew Williams de 1017 ALYX 9SM, Richard Quinn, Fragment Hiroshi Fujiwara, Palm Angels Francesco Ragazzi et Poldo Dog Couture.

Le défilé Alberta Ferretti automne-hiver 2019-2020
889

Le défilé Alberta Ferretti automne-hiver 2019-2020

Fashion Week Connue pour ses robes du soir romantiques et fragiles, Alberta Ferretti souhaite désormais également habiller les femmes de jour. Pull asymétrique en patchwork de maille métallisée et tissu transparent à volant, pantalon carotte rentré dans les bottes de cow-boy… Jouant sur un mix subtil de style et de sex-appeal teinté de nonchalance, la créatrice italienne crée des tenues contrastées associant des pièces plus masculines et détails glamour. Connue pour ses robes du soir romantiques et fragiles, Alberta Ferretti souhaite désormais également habiller les femmes de jour. Pull asymétrique en patchwork de maille métallisée et tissu transparent à volant, pantalon carotte rentré dans les bottes de cow-boy… Jouant sur un mix subtil de style et de sex-appeal teinté de nonchalance, la créatrice italienne crée des tenues contrastées associant des pièces plus masculines et détails glamour.

Le défilé Chalayan automne-hiver 2019-2020
700

Le défilé Chalayan automne-hiver 2019-2020

Fashion Week Lignes sobres ponctuées de détails de construction recherchés – basques, volants, drapés, plis, volumes s'invitant là où on ne les attend pas. Tons charbonneux, bleutés et profonds…  la nouvelle collection de Chalayan présentée à la Fashion Week de Londres réinvestit ses codes esthétiques propres en proposant un jeu sur les matières, les formes et les textures. Par ses réinterprétations du corset, du pourpoint et du porte-jarretelles, Chalayan révèle la principale inspiration de sa collection : la femme damnée de la Renaissance, érigée en symbole de désinvolture.  Lignes sobres ponctuées de détails de construction recherchés – basques, volants, drapés, plis, volumes s'invitant là où on ne les attend pas. Tons charbonneux, bleutés et profonds…  la nouvelle collection de Chalayan présentée à la Fashion Week de Londres réinvestit ses codes esthétiques propres en proposant un jeu sur les matières, les formes et les textures. Par ses réinterprétations du corset, du pourpoint et du porte-jarretelles, Chalayan révèle la principale inspiration de sa collection : la femme damnée de la Renaissance, érigée en symbole de désinvolture. 

Le défilé Erdem automne-hiver 2019-2020
889

Le défilé Erdem automne-hiver 2019-2020

Fashion Week Robe en dentelle noire ou soie encre, gants d’opéra en cuir et voilettes XXL… Inspiré par la vie de la princesse Orietta Pogson Doria Pamphilj qui habitait l’un des plus grands palais baroque de Rome (la demeure comptait plus de mille chambres qui abritaient des trésors comme les œuvres de Titien, Caravage ou Raphaël, Velasquez) Erdem Moralıoğlu nous livre une collection marquée par un certain romantisme mélancolique.  Robe en dentelle noire ou soie encre, gants d’opéra en cuir et voilettes XXL… Inspiré par la vie de la princesse Orietta Pogson Doria Pamphilj qui habitait l’un des plus grands palais baroque de Rome (la demeure comptait plus de mille chambres qui abritaient des trésors comme les œuvres de Titien, Caravage ou Raphaël, Velasquez) Erdem Moralıoğlu nous livre une collection marquée par un certain romantisme mélancolique. 

Le défilé Christopher Kane automne-hiver 2019-2020
989

Le défilé Christopher Kane automne-hiver 2019-2020

Fashion Week Cristaux limpides comme des perles de pluie en bordure de cols, de poches ou de boutonnières, motifs “gouttes d'huile” lévitant dans le bleu turquoise d'une mini jupe ou le grenat d'un chemisier, imprimé "gants latex” placé à l'endroit des seins sur un haut noir, logo “rubberist” ("amateur de caoutchouc”)… Après sa collection inspirée du “cannibalisme sexuel” de la saison dernière, Christopher Kane détourne cette fois le thème du fétichisme avec humour et légèreté. Cristaux limpides comme des perles de pluie en bordure de cols, de poches ou de boutonnières, motifs “gouttes d'huile” lévitant dans le bleu turquoise d'une mini jupe ou le grenat d'un chemisier, imprimé "gants latex” placé à l'endroit des seins sur un haut noir, logo “rubberist” ("amateur de caoutchouc”)… Après sa collection inspirée du “cannibalisme sexuel” de la saison dernière, Christopher Kane détourne cette fois le thème du fétichisme avec humour et légèreté.