Numero

217


Commandez-le
Numéro

Au défilé Balenciaga l'austérité rencontre le classicisme

Fashion Week

Dans un décor apocalyptique, Demna Gvasalia a présenté une collection Balenciaga teintée d'austérité et de classicisme, le tout contrebalancé de détails hardcore.

Après le décor glacial aux allures de sommet européen du défilé printemps-été 2020, c’est dans un monde apocalyptique que nous emmène Demna Gvasalia pour son défilé automne-hiver 2020-2021. Les mannequins, sous un ciel bas aux couleurs de la fin du monde, marchent sur un sol inondé au rythme d’une musique classique angoissante.

 

Mais contre toute attente, la collection, qui pioche dans le dramatique et l’extravagant, explore la notion de désir en débauchant un vestiaire austère à coups de détails fétichistes et érotiques comme les cadenas, les épingles à nourrice, le cuir verni, les matières ultra moulantes ou les cuissardes XXL,  Le noir s’impose avec sévérité sur de longs manteaux entièrement boutonnés, des soutanes lourdes en velours, de larges robes de magistrats, des costumes ajustés à col Mao ou épaules pagode. Ces épaules démesurées que l’on retrouve sur des manteaux, robes plissées et à imprimé fleuri. D’autre part, le créateur géorgien adapte au quotidien les équipements de motocross, hockey, plongée et football en minimisant l’aspect sportswear. Enfin, la dizaine de silhouettes finales proposée pour le soir fait la part belle aux matière Stretch thermoformées parmi lesquelles des robes de gala aux plissés dramatiques réalisées en une seule pièce.

 

Si cette collection demeure à ce jour la plus sombre de Demna Gvasalia pour Balenciaga, elle vient célébrer le travail du couturier espagnol fondateur de la maison. En effet, en 2017, le Palais Galliera rendait hommage à l'œuvre de Cristóbal Balenciaga à travers des créations uniquement taillées dans le noir. Par ailleurs, en 2019, le musée Thyssen-Bornemisza de Madrid faisait dialoguer les créations de celui que l'on surnomme le "roi de la haute couture” avec plus de cinquante toiles ayant marqué l’histoire de la peinture espagnole - fortement marquées par l'imagerie religieuse. Ainsi, avec cette collection Balenciaga automne-hiver 2020-2021, Demna Gvasalia revient ainsi aux fondamentaux de la mode initiée par le couturier espagnol, auxquels il adjoint avec maestria une vision ultra contemporaine.

1/105

Lire aussi

loading loading