Advertising
129

Le gang du défilé Raf Simons printemps-été 2016

 

Numéro revient sur le défilé homme printemps-été 2016 de Raf Simons et sur ses silhouettes dignes d'un gang rebelle.

Les shows de Raf Simons font souvent l'effet d'une cure de jouvence, et celui du printemps-été 2016 ne fait pas exception. Pour les journalistes les plus âgés, s'aventurer à Ivry-sur-Seine s'apparente à un périple. Certains, excités, évoquent des souvenirs de concerts d'électro minimale berlinoise. Pour les trentenaires, l'idée de retrouver le designer belge dans un entrepôt de banlieue pour un défilé "standing only" rappelle même des souvenirs de rave party.

 

Si les références aux années 90 ont parfois submergé les défilés de Raf Simons, au point de laisser certains sceptiques, la collection printemps-été 2016 concentre le meilleur du créateur : sa capacité à synthétiser avec précision des sous-cultures tout en se les appropriant, à créer, plus que des vêtements, des personnages, des images fantasmatiques de bandes de garçons vraiment too cool for school. Ici, les signes de reconnaissance tels que les sacs à dos munis d'une longue chaîne à gros maillons, et les foulards portés en cagoules, masquant les visages, évoquent l'idée d'un gang rebelle

 

Mais à la façon des Mods, les trench-coats impeccables, alliés à des pantalons amples et à des mailles de grand-père, déclinés dans des formats XXL propres aux années 90 et à la génération sportswear, apportent une élégance de gentlemen à ces garçons chaussés d'Adidas. La bande-son fait notamment la part belle au producteur de house analogue Ivvvo, parachevant ce défilé décidément juste : référencé, pointu, mais proposant un grand nombre de vrais vêtements désirables.

 

Par Delphine Roche

Le défilé Charlotte Knowles printemps-été 2020
564

Le défilé Charlotte Knowles printemps-été 2020

Fashion Week Pour son tout premier défilé à la fashion week de Londres, la créatrice britannique Charlotte Knowles et son associé Alexandre Arsenault présentent une vingtaine de silhouettes marquant les fondations de l'identité de leur label : des pièces près du corps rencontrant des formes symétriques et plus structurées, qui exaltent la sensualité féminine en mettant les dessous dessus et les dessus dessous. La passion de la créatrice pour la lingerie se retrouve dans des brassières et bustiers inspirés du corset, qui accompagnent des robes fluides et vestes aux épaules marquées. Déclinés dans des tons “nude" et couleurs douces, des imprimés fleuris et à carreaux sont s'entremêlent sur des matériaux d'une grande légereté. Pour son tout premier défilé à la fashion week de Londres, la créatrice britannique Charlotte Knowles et son associé Alexandre Arsenault présentent une vingtaine de silhouettes marquant les fondations de l'identité de leur label : des pièces près du corps rencontrant des formes symétriques et plus structurées, qui exaltent la sensualité féminine en mettant les dessous dessus et les dessus dessous. La passion de la créatrice pour la lingerie se retrouve dans des brassières et bustiers inspirés du corset, qui accompagnent des robes fluides et vestes aux épaules marquées. Déclinés dans des tons “nude" et couleurs douces, des imprimés fleuris et à carreaux sont s'entremêlent sur des matériaux d'une grande légereté.

Advertising


Advertising