Après être passé par la Fondation Maeght, le Japon ou le Brésil, c’est désormais à l’aéroport de New York que Louis Vuitton pose ses valises pour présenter sa collection croisière 2019-2020. Il y a près de 20 ans, son directeur artistique Nicolas Ghesquière découvrait le TWA Flight Center, impressionnant bâtiment imaginé par le designer Eero Saarinen et construit dans l’aéroport John F. Kennedy au début des années 60. Quelques jours avant son ouverture comme hôtel, ce lieu accueille le nouveau défilé Vuitton et nous rappelle la place primordiale du voyage dans l’identité de la maison française depuis sa création il y a plus de 150 ans. À l’intérieur de cette architecture étonnante, un décor pourvu de plantes majestueuses et d’un tapis rouge vif semble nous inviter dans une serre moderne, mais la présence d’un tableau électronique des départs et arrivées et d’une horloge nous indique que nous nous trouvons bel et bien au cœur d’un aéroport.

 

Une armada de mannequins fait alors son apparition. Leurs silhouettes ne sont pas sans rappeler la sophistication extravagante des années 80, corroborée par leur coiffure et leur mise en beauté maquillage : cheveux crêpés, chignons et blush rose vif appliqué sur leurs visages. Coiffées de casque, certaines d’entre elles donnent à la collection une allure définitivement guerrière. Une fois de plus, la construction des pièces accorde une place importante à la symétrie et à la structure très chères à Nicolas Ghesquière : en attestent les robes courtes et les ensembles tailleur. On y retrouve des vestes et boléros aux épaules arrondies assortis à des pantalons et shorts taille haute ainsi qu’une déclinaison de jupes fendues, à basques froncés et bustiers. Plusieurs vestes en cuir viennent ponctuer ces tenues, emblèmes de l’ère Vuitton par Ghesquière depuis les débuts de leur collaboration en 2013.

 

Au fil des pièces, des noirs profonds se déclinent sur des cuirs, satins, vinyles ou cotons fluides et, comme souvent dans les créations du designer français, de ces noirs se distinguent des couleurs vives : blancs, jaunes, rouges, bleus, oranges ou roses. Sur certaines ensembles se déploie un univers graphique percutant, ponctué de rayures contrastées et de carreaux ainsi que d’imprimés brillants, évoquant les buildings de la métropole américaine, ou fleuris. Les accessoires ne sont pas en reste, avec une série de ceintures aux larges boucles en métal, et des sacs de petite taille, légers et élégants.