Advertising
27 Septembre

Le défilé Maison Margiela printemps-été 2019

 

Annonçant la sortie de son parfum Mutiny, Maison Margiela a présenté une collection printemps-été 2019 pleine de jeunesse et d'énergie.

Par Léa Zetlaoui

1/33
2/33
3/33
4/33
5/33
6/33
7/33
8/33
9/33
10/33
11/33
12/33
13/33
14/33
15/33
16/33
17/33
18/33
19/33
20/33
21/33
22/33
23/33
24/33
25/33
26/33
27/33
28/33
29/33
30/33
31/33
32/33
33/33
  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

  • C’est à l’occasion de son défilé printemps-été 2019 que Maison Margiela a choisi d’annoncer le lancement de sa nouvelle fragrance Mutiny. En pénétrant dans la galerie du Grand Palais, on découvre à grand renfort d’écrans géants la campagne à l'esthétique rétro et les 6 égéries – Sasha Lane (actrice), Molly Bair (mannequin), Teddy Quinlivan (mannequin transexuelle), Princess Nokia (rappeuse), Willow Smith (chanteuse), Hanne Gaby Odiele (mannequin intersexe) – qui chacune ont vécu un combat pour s’accepter et se faire accepter. Quatre ans après sa nomination à la direction  artistique de la maison, John Galliano opère ainsi sa plus grosse prise de position pour Maison Margiela : jeunesse, authenticité, rébellion.

     

    Par la suite, sur une version techno de Tainted Love, les mannequins présentent une collection printemps-été 2019 qui gomme toute notion de féminité et de masculinité. Loin des looks trappeur de l’hiver, les références ici nous transportent plutôt dans le Londres rock des années 80, la touche Margiela en plus. Un retour aux sources pour le créateur espagnol qui a étudié à la Central Saint Martins School : détails nomades, jeux de découpes, traces de coupe, manches imbriquées dans le corps du vêtement, jacquards dorés, quelques touches rose bonbon, révélant une exentricité parfaitement maîtrisée.

Advertising
Advertising

NuméroNews


Advertising