771

Le défilé Moncler automne-hiver 2016-2017

 

Découvrez le défilé Moncler automne-hiver 2016-2017.

1/41
2/41
3/41
4/41
5/41
6/41
7/41
8/41
9/41
10/41
11/41
12/41
13/41
14/41
15/41
16/41
17/41
18/41
19/41
20/41
21/41
22/41
23/41
24/41
25/41
26/41
27/41
28/41
29/41
30/41
31/41
32/41
33/41
34/41
35/41
36/41
37/41
38/41
39/41
40/41
41/41
Comment Versace a rendu hommage à Keith Flint, leader des Prodigy
887

Comment Versace a rendu hommage à Keith Flint, leader des Prodigy

Mode Lors de la fashion week homme printemps-été 2019, Donatella Versace a discrètement rendu hommage au Britannique Keith Flint, pionnier du big beat et turbulent leader du groupe The Prodigy. Focus sur une star survoltée fauchée en plein vol. Lors de la fashion week homme printemps-été 2019, Donatella Versace a discrètement rendu hommage au Britannique Keith Flint, pionnier du big beat et turbulent leader du groupe The Prodigy. Focus sur une star survoltée fauchée en plein vol.

Le défilé Hed Mayner printemps-été 2020
835

Le défilé Hed Mayner printemps-été 2020

Fashion Week Finaliste de l'ANDAM et du prix LVMH cette année, le créateur Hed Mayner adopte pour sa nouvelle collection une perspective essentialiste en choisissant la pureté : celle des formes, des silhouettes, des tons mais aussi des textures. Incarnant ce retour aux simples richesses du naturel, ses hommes sont vêtus de pièces fluides et légères aux coupes larges chères au designer israélien : vestes oversize et ponchos semblant effleurer le corps, chemises allongées jusqu’au mollet, pantalons rendus bouffants par la présence de nombreux plis… Réalisés dans des matériaux naturels tels que les toiles de jute et de coton, ces ensembles aériens semblent faire flotter les modèles dans l’espace et dans le temps. Blanc, crème, camel, ocre ou bleu denim à l’effet tie and dye : à elles seules, ces couleurs douces transportent l’imaginaire vers un paysage aride gorgé de sable et de soleil. Coiffé de bonnets en tissu, pourvu de gerbes de paille et sandales aux pieds, l’homme Hed Mayner fait pèlerinage vers les origines de la terre, passager nomade d’un désert infini. Finaliste de l'ANDAM et du prix LVMH cette année, le créateur Hed Mayner adopte pour sa nouvelle collection une perspective essentialiste en choisissant la pureté : celle des formes, des silhouettes, des tons mais aussi des textures. Incarnant ce retour aux simples richesses du naturel, ses hommes sont vêtus de pièces fluides et légères aux coupes larges chères au designer israélien : vestes oversize et ponchos semblant effleurer le corps, chemises allongées jusqu’au mollet, pantalons rendus bouffants par la présence de nombreux plis… Réalisés dans des matériaux naturels tels que les toiles de jute et de coton, ces ensembles aériens semblent faire flotter les modèles dans l’espace et dans le temps. Blanc, crème, camel, ocre ou bleu denim à l’effet tie and dye : à elles seules, ces couleurs douces transportent l’imaginaire vers un paysage aride gorgé de sable et de soleil. Coiffé de bonnets en tissu, pourvu de gerbes de paille et sandales aux pieds, l’homme Hed Mayner fait pèlerinage vers les origines de la terre, passager nomade d’un désert infini.

Le défilé Sankuanz printemps-été 2020
840

Le défilé Sankuanz printemps-été 2020

Fashion Week Vestes en jean, franges et pantalons évasés… La collection Sankuanz printemps-été 2020 s’inspire de l’Ouest américain pour habiller hommes et femmes. Le designer Shangguan Zhu mêle réalité et fantasme avec des pièces streetwear modernes et des tenues sorties des westerns d’Hollywood et des shows de Las Vegas. Des éléments de couleur fluo (costume violet intense ou pantalon vert acide) viennent contraster la majorité de tons sombres de la collection. Le logo Sankuanz est déformé et imprimé sur de nombreuses pièces dans un motif similaire à ceux traditionnels des vêtements de cow-boy. S’il n’est pas prêt pour un rodéo, le mannequin Sankuanz peut être gangster ou policier. Sweats à capuche avec motifs rouges comme des éclats de sang et chapeaux inspirés de la police montée canadienne succèdent aux vestes western et chemises en satin fluide. Ce mélange se retrouve dans les chaussures, entre bottes de cow-boy, baskets et le modèle phare “6-Inch Boot” de la marque américaine Timberland revisité pour l’occasion. Vestes en jean, franges et pantalons évasés… La collection Sankuanz printemps-été 2020 s’inspire de l’Ouest américain pour habiller hommes et femmes. Le designer Shangguan Zhu mêle réalité et fantasme avec des pièces streetwear modernes et des tenues sorties des westerns d’Hollywood et des shows de Las Vegas. Des éléments de couleur fluo (costume violet intense ou pantalon vert acide) viennent contraster la majorité de tons sombres de la collection. Le logo Sankuanz est déformé et imprimé sur de nombreuses pièces dans un motif similaire à ceux traditionnels des vêtements de cow-boy. S’il n’est pas prêt pour un rodéo, le mannequin Sankuanz peut être gangster ou policier. Sweats à capuche avec motifs rouges comme des éclats de sang et chapeaux inspirés de la police montée canadienne succèdent aux vestes western et chemises en satin fluide. Ce mélange se retrouve dans les chaussures, entre bottes de cow-boy, baskets et le modèle phare “6-Inch Boot” de la marque américaine Timberland revisité pour l’occasion.

Le défilé AMI printemps-été 2020 au Grand Palais
887

Le défilé AMI printemps-été 2020 au Grand Palais

Fashion Week Sous la nef du Grand Palais, Alexandre Mattiussi clôture ce premier jour de fashion week parisienne avec un défilé printemps-été 2020 qui ouvre un nouveau chapitre pour le jeune label. Ainsi après avoir lancé sa ligne « L’Homme pour la femme » en 2018, le créateur dévoile ici une première collection féminine, introduisant jupes, robes et coupes ajustées. Ensuite, Alexandre Mattiussi éloigne peu à peu du streetwear et d’une mode décontractée et s’oriente vers un vestiaire tailoring aux lignes rock qui va à l’essentiel. Une palette de noir, blanc et beige, éclairée d’un rouge vibrant et d’une rose shocking, des gilets sans manches habillent des pantalons aux coupes toujours impeccables, de larges et longs manteaux enveloppent la silhouette, des chemises légères et largement ouvertes, des bijoux en argent qui tintent au fur et à mesure que les mannequins se déplacent, des boots rock et des babies à hauts talons. Pensés comme une seule et même collection, les looks hommes et femmes printemps-été 2020 d’AMI incarnent à merveille un esprit parisien absolument contemporain. Sous la nef du Grand Palais, Alexandre Mattiussi clôture ce premier jour de fashion week parisienne avec un défilé printemps-été 2020 qui ouvre un nouveau chapitre pour le jeune label. Ainsi après avoir lancé sa ligne « L’Homme pour la femme » en 2018, le créateur dévoile ici une première collection féminine, introduisant jupes, robes et coupes ajustées. Ensuite, Alexandre Mattiussi éloigne peu à peu du streetwear et d’une mode décontractée et s’oriente vers un vestiaire tailoring aux lignes rock qui va à l’essentiel. Une palette de noir, blanc et beige, éclairée d’un rouge vibrant et d’une rose shocking, des gilets sans manches habillent des pantalons aux coupes toujours impeccables, de larges et longs manteaux enveloppent la silhouette, des chemises légères et largement ouvertes, des bijoux en argent qui tintent au fur et à mesure que les mannequins se déplacent, des boots rock et des babies à hauts talons. Pensés comme une seule et même collection, les looks hommes et femmes printemps-été 2020 d’AMI incarnent à merveille un esprit parisien absolument contemporain.