686

Le défilé Moschino automne-hiver 2016-2017

 

Découvrez tous les looks du défilé Moschino automne-hiver 2016-2017.

1/59
2/59
3/59
4/59
5/59
6/59
7/59
8/59
9/59
10/59
11/59
12/59
13/59
14/59
15/59
16/59
17/59
18/59
19/59
20/59
21/59
22/59
23/59
24/59
25/59
26/59
27/59
28/59
29/59
30/59
31/59
32/59
33/59
34/59
35/59
36/59
37/59
38/59
39/59
40/59
41/59
42/59
43/59
44/59
45/59
46/59
47/59
48/59
49/59
50/59
51/59
52/59
53/59
54/59
55/59
56/59
57/59
58/59
59/59
Pitti Uomo : Que retenir de la 96e édition?
765

Pitti Uomo : Que retenir de la 96e édition?

Fashion Week En Toscane, à Florence, s’est déroulée la 96e édition du plus grand salon consacré à la mode masculine : le Pitti Uomo. Du 11 au 14 juin, jeunes créateurs, expositions, maisons de couture et marques ecofriendly inauguraient la saison printemps-été 2020.  En Toscane, à Florence, s’est déroulée la 96e édition du plus grand salon consacré à la mode masculine : le Pitti Uomo. Du 11 au 14 juin, jeunes créateurs, expositions, maisons de couture et marques ecofriendly inauguraient la saison printemps-été 2020. 

Le défilé Versace homme printemps-été 2020
637

Le défilé Versace homme printemps-été 2020

Fashion Week Hier, les silhouettes affirmées de l’homme Versace se dévoilaient lors du dernier défilé printemps-été 2020 de la maison italienne. Sa directrice artistique, Donatella Versace, disait vouloir “explorer les éléments qui font la force des hommes”, soit “sans hésitation, la confiance, la liberté et le désir de s’exprimer sans concession”. Les mannequins troquent peu à peu leurs vestes de costumes oversize en cuir noir, cravates estampillées “Gianni Versace” et pantalons en soie noire pour des habits plus funky et post-punk. Avec certaines des tenues arborant des motifs de voitures et vases antiques fluo empruntés au langage plastique de l’artiste Andy Dixon, collaborateur de cette collection, les 58 looks du défilé dessinent l'évolution d'un homme qui s’affranchit de ses tenues strictes pour plonger dans l'univers des road-trippers des déserts toscans ou des stars des soirées milanaises des années 90… Hier, les silhouettes affirmées de l’homme Versace se dévoilaient lors du dernier défilé printemps-été 2020 de la maison italienne. Sa directrice artistique, Donatella Versace, disait vouloir “explorer les éléments qui font la force des hommes”, soit “sans hésitation, la confiance, la liberté et le désir de s’exprimer sans concession”. Les mannequins troquent peu à peu leurs vestes de costumes oversize en cuir noir, cravates estampillées “Gianni Versace” et pantalons en soie noire pour des habits plus funky et post-punk. Avec certaines des tenues arborant des motifs de voitures et vases antiques fluo empruntés au langage plastique de l’artiste Andy Dixon, collaborateur de cette collection, les 58 looks du défilé dessinent l'évolution d'un homme qui s’affranchit de ses tenues strictes pour plonger dans l'univers des road-trippers des déserts toscans ou des stars des soirées milanaises des années 90…

Le défilé Marni homme printemps-été 2020
750

Le défilé Marni homme printemps-été 2020

Fashion Week Le directeur artistique Francesco Risso a dévoilé sa collection Marni homme printemps-été 2020 à Milan. À l’origine de la collection, un mariage entre Truman Capote et Che Guevara. Ce concept se traduit en un mélange de motifs, entre élégance et rebellion, du camouflage au plaid en passant par les rayures. Les opposés se mixent et résultent en une explosion de couleur, comme ce costume dont chaque pan est réalisé dans un tissu différent. Les mannequins ont défilé sur des ronds jaunes, devant un public debout. Le plafond, réalisé à partir de déchets plastiques, rappelle la menace omniprésente de la pollution et sera réutilisé par l’artiste Judith Hopf. L’artiste Shalva Nikvashvili signe des chapeaux de mariage à partir de déchets, cuirs et fourrures rejetées. Des broches créées par Kazuma Nagai et des pantoufles faites à partir de chutes finalisent les tenues.  Le directeur artistique Francesco Risso a dévoilé sa collection Marni homme printemps-été 2020 à Milan. À l’origine de la collection, un mariage entre Truman Capote et Che Guevara. Ce concept se traduit en un mélange de motifs, entre élégance et rebellion, du camouflage au plaid en passant par les rayures. Les opposés se mixent et résultent en une explosion de couleur, comme ce costume dont chaque pan est réalisé dans un tissu différent. Les mannequins ont défilé sur des ronds jaunes, devant un public debout. Le plafond, réalisé à partir de déchets plastiques, rappelle la menace omniprésente de la pollution et sera réutilisé par l’artiste Judith Hopf. L’artiste Shalva Nikvashvili signe des chapeaux de mariage à partir de déchets, cuirs et fourrures rejetées. Des broches créées par Kazuma Nagai et des pantoufles faites à partir de chutes finalisent les tenues. 

Sterling Ruby retourne le Pitti Uomo
736

Sterling Ruby retourne le Pitti Uomo

Fashion Week Hier, l’artiste américain Sterling Ruby a fait sensation lors du Pitti Uomo, à Florence, lors du défilé de sa marque “S.R. STUDIO LA. CA.”, réelle ode à sa pratique picturale et aux références qui ont marqué sa vie : du punk heavy metal à l’Amérique mennonite orthodoxe. Hier, l’artiste américain Sterling Ruby a fait sensation lors du Pitti Uomo, à Florence, lors du défilé de sa marque “S.R. STUDIO LA. CA.”, réelle ode à sa pratique picturale et aux références qui ont marqué sa vie : du punk heavy metal à l’Amérique mennonite orthodoxe.

Le défilé MSGM homme printemps-été 2020
940

Le défilé MSGM homme printemps-été 2020

Fashion Week “Jeunesse, désir, énergie, couleur et amour” sont les maîtres mots de la collection MSGM homme printemps-été 2020 dévoilée au Nelson Mandela Forum à Florence pendant le Pitti Uomo. Le directeur artistique Massimo Giorgetti célèbre les 10 ans de sa marque avec des tenues éclatantes de couleurs et une profusion de motifs : des silhouettes monochromes, des tissus délavés, des rayures superposées à des imprimés bandana, des dessins, des graffitis, des œuvres du peintre allemand Norbert Bisky, des motifs psychédéliques, du léopard, des fleurs ou des homards… Les maillots de bain sont portés à la ville sous des hauts colorés. Les silhouettes sont complétées d’éléments réalisés avec le label de sport Fila, des sneakers aux sacs, shorts de bain et casquettes.  “Jeunesse, désir, énergie, couleur et amour” sont les maîtres mots de la collection MSGM homme printemps-été 2020 dévoilée au Nelson Mandela Forum à Florence pendant le Pitti Uomo. Le directeur artistique Massimo Giorgetti célèbre les 10 ans de sa marque avec des tenues éclatantes de couleurs et une profusion de motifs : des silhouettes monochromes, des tissus délavés, des rayures superposées à des imprimés bandana, des dessins, des graffitis, des œuvres du peintre allemand Norbert Bisky, des motifs psychédéliques, du léopard, des fleurs ou des homards… Les maillots de bain sont portés à la ville sous des hauts colorés. Les silhouettes sont complétées d’éléments réalisés avec le label de sport Fila, des sneakers aux sacs, shorts de bain et casquettes. 

Le défilé Chalayan homme printemps-été 2020
690

Le défilé Chalayan homme printemps-été 2020

Fashion Week Conçue comme une étude sur les danses des peuples colonisés par certains pays occidentaux, la collection homme printemps-été 2020 dévoilée par Hussein Chalayan poursuit la ligne de conduite qu’il avait d’ores et déjà tracée au cours de sa collection croisière 2020. Ainsi, à travers les drapés, croisés, décroisés ou superpositions de matières, la collection, baptisée The Postcolonial Body, matérialise des mouvements de danse. En outre, grâce aux imprimés à rayures, elle reflète les différentes impositions culturelles exercées sur les populations colonisées, et en particulier sur les peuples d’Amérique du Sud dominés par le Portugal et l’Espagne entre le XVIe et le XIXe siècle, ainsi que le Japon par les États-Unis durant l’occupation américaine qui eut lieu entre 1945 et 1952. Des rayures blanches ou bleu marine s’impriment également sur les vêtement en coton et rappellent, tout comme les mouvements arrêtés et rigides des drapés, que la danse et les déplacements des peuples sont assujettis à une même loi : la restriction constante de la liberté de mouvement. Conçue comme une étude sur les danses des peuples colonisés par certains pays occidentaux, la collection homme printemps-été 2020 dévoilée par Hussein Chalayan poursuit la ligne de conduite qu’il avait d’ores et déjà tracée au cours de sa collection croisière 2020. Ainsi, à travers les drapés, croisés, décroisés ou superpositions de matières, la collection, baptisée The Postcolonial Body, matérialise des mouvements de danse. En outre, grâce aux imprimés à rayures, elle reflète les différentes impositions culturelles exercées sur les populations colonisées, et en particulier sur les peuples d’Amérique du Sud dominés par le Portugal et l’Espagne entre le XVIe et le XIXe siècle, ainsi que le Japon par les États-Unis durant l’occupation américaine qui eut lieu entre 1945 et 1952. Des rayures blanches ou bleu marine s’impriment également sur les vêtement en coton et rappellent, tout comme les mouvements arrêtés et rigides des drapés, que la danse et les déplacements des peuples sont assujettis à une même loi : la restriction constante de la liberté de mouvement.