03 Juillet

La collection Giambattista Valli haute couture automne-hiver 2019-2020 exposée à l'hôtel Shangri-La

 

Délaisser les podiums au profit d’une exposition, c’est le parti pris adopté par l’Italien Giambattista Valli à l’occasion de sa collection haute couture 2019-2020. 

Par La rédaction

1/31
2/31
3/31
4/31
5/31
6/31
7/31
8/31
9/31
10/31
11/31
12/31
13/31
14/31
15/31
16/31
17/31
18/31
19/31
20/31
21/31
22/31
23/31
24/31
25/31
26/31
27/31
28/31
29/31
30/31
31/31
  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

  • Le couturier Giambattista Valli a choisi des surprendre pour présenter sa nouvelle collection. Volumineuses, prodigieuses, ses robes de taffetas, de tulle ou de plumes — et en particulier son modèle Birds of Paradise décliné en bleu ciel, menthe ou pêche —prennent ainsi place dans l’une des pièces du palace parisien Shangri-La.

     

    Un cadre prestigieux soulignant l’idée d’une contemporanéité puisant ses origines dans une longue tradition parisienne empreinte de féerie.

     

    Conçue comme un rétrospective et déployée sur deux pièces, la collection s’impose également comme un regard porté sur l’ensemble de la carrière du couturier, une idée probablement insufflée au créateur lorsque celui-ci a été sollicité par le Metropolitan Museum of Arts afin de présenter deux de ses modèles au sein de l’exposition “Camp : Notes on Fashion” au Costume Institute jusqu’au 8 septembre 2019 ou alors au moment de dessiner sa collaboration récente avec le suédois H&M.

NuméroNews