C’est au 29e étage d’un immeuble tout en baies vitrées et situé au nord du quartier de Chelsea à New York que Longchamp a présenté sa collection automne-hiver 2020-2021. Dès la première silhouette, on retrouve la Parisienne des années 70, incarnée par Catherine Deneuve ou encore Romy Schneider : longues robes ceinturées, jupes sous les genoux agrémentées d’une courte veste ou d’un pull en grosse maille, des pantalons larges voire des jupes-culottes, le tout accompagné d’élégantes bottes hauteur genoux, ornées de grelots. Sur de nombreuses pièces, des broderies façon canevas ainsi que des imprimés géométriques réinterprètent avec grâce les principaux motifs de la décennie.

 

Tout au long de la collection, Sophie Delafontaine, directrice artistique de Lonchamp, se livre à un exercice de style autour du manteau et de la veste avec des déclinaisons à la fois élégantes et bohèmes très réussies : veste en peau retournée ceinturée, cape en daim chocolat brodée et bordée de fourrures, doudoune noire – en version longue et enveloppante ou courte et ceinturée– , sublime veste courte en daim à empiècements géométriques, manteau en shearling ou façon officier et même en fourrure léopard…  Enfin, deux pièces se distinguent de la collection : une cape en daim rouge agrémentée d’empiècements en cuir et de fourrure léopard ainsi qu’un long manteau rouge vif en cuir vernis ceinturé de noir – au col bordé de shearling noir. 

 

Les couleurs de la collection - cognac, bleu ciel, kaki, rouge vif, terre de sienne, beige poudré, bordeaux et des touches de vert menthe - évoquent non seulement la saison automnale avec ses paysages chaleureux et son énergie conviviale, mais également les peintures abstraites en aplats de Josef Albers et les sculptures en automobiles écrasées de John Chamberlain.