Advertising
27 Septembre

Courrèges bannit le plastique et présente sa collection printemps-été 2019

 

Sous l'impulsion de sa nouvelle directrice artistique Yolanda Zobel, Courrèges arrête le plastique et présente une collection à l'esprit underground surprenant.

Par Léa Zetlaoui

1/40
2/40
3/40
4/40
5/40
6/40
7/40
8/40
9/40
10/40
11/40
12/40
13/40
14/40
15/40
16/40
17/40
18/40
19/40
20/40
21/40
22/40
23/40
24/40
25/40
26/40
27/40
28/40
29/40
30/40
31/40
32/40
33/40
34/40
35/40
36/40
37/40
38/40
39/40
40/40
  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

  • Dans la boutique Courrèges historique de la rue François-Ier, Yolanda Zobel présentait hier soir sa première collection pour le label. Dans les jours qui précédaient le défilé, déjà, la nouvelle prise de position de la maison parisienne avait fait le buzz : plus de plastique. Difficile à imaginer quand on a justement construit son histoire sur des vestes, robes et mini jupes en PVC et vinyle. Le nom de la collection lui-même “The Future is Behind you” laisse clairement entrevoir la vision de Yolanda Zobel. Un retour à la vision futuriste et iconoclaste d’André et Coqueline Courrèges qui avaient fait grand bruit dans les années 60 avec leurs longueurs raccourcies et leurs matériaux novateurs.

     

    Nommée en février dernier, Yolanda Zobel, créatrice allemande passée par Chloé, Giorgio Armani, Acné et Jil Sander est inconnue du grand public. Pour sa première collection, on retrouve certaines coupes qui rappellent l’esthétique sixties de l’illustre maison, mais l’ambiance générale rappelle davantage un club techno à 6 h du mat. Les vestes iconiques sont salies, les fleurs pop deviennent des cache-seins et la minijupe, une jupe-ceinture. Des associations passé/futur et sage/trash étonnantes.

     

     

Advertising
Advertising

NuméroNews


Advertising