Advertising
Advertising
24 Février

Pourquoi faut-il absolument retourner à l’Hôtel Particulier Montmartre ?

 

Niché dans une allée secrète en plein cœur de Montmartre, l’Hôtel Particulier se refait une beauté, sous l'impulsion de l'architecte d'intérieur Pierre Lacroix.

par Antoine Ruiz

Vue sur le rez-de-chaussée de l'Hôtel Particulier Montmartre, Paris, designé par Pierre Lacroix
1/5
Vue sur le rez-de-chaussée de l'Hôtel Particulier Montmartre, Paris, designé par Pierre Lacroix
2/5
Vue sur le restaurant au rez-de-chaussée de l'Hôtel Particulier Montmartre, Paris, designé par Pierre Lacroix
3/5
Vue sur le bar au rez-de-chaussée de l'Hôtel Particulier Montmartre, Paris, designé par Pierre Lacroix
4/5
Vue sur le restaurant au rez-de-chaussée de l'Hôtel Particulier Montmartre, Paris, designé par Pierre Lacroix
5/5
Vue sur le rez-de-chaussée de l'Hôtel Particulier Montmartre, Paris, designé par Pierre Lacroix
Vue sur le rez-de-chaussée de l'Hôtel Particulier Montmartre, Paris, designé par Pierre Lacroix
Vue sur le restaurant au rez-de-chaussée de l'Hôtel Particulier Montmartre, Paris, designé par Pierre Lacroix
Vue sur le bar au rez-de-chaussée de l'Hôtel Particulier Montmartre, Paris, designé par Pierre Lacroix
Vue sur le restaurant au rez-de-chaussée de l'Hôtel Particulier Montmartre, Paris, designé par Pierre Lacroix
  • On s'y pressait déjà pour se délecter au Très Particulier, bar au cadre verdoyant ouvert en 2015. Désormais, l'Hôtel Particulier Montmartre, en collaboration avec l'architecte d'intérieur Pierre Lacroix, souffle un vent nouveau sur son rez-de-chaussée. Dans une ambiance empruntant au glamour hollywoodien des années 30, le directeur Oscar Comtet a réuni les anciennes petites pièces pour laisser place à un grand espace décloisonné et aéré, où trône un mobilier en velours gratté aux teintes rosées. À l’extérieur, un cadre toujours aussi bucolique où règnent végétation généreuse et calme olympien.

     

    Raffiné et intimiste, le nouvel aménagement se prête aussi bien à leur formule tea-time l'après-midi qu'à un dîner confidentiel le soir. Concocté par un ancien du Pré Catelan, le nouveau menu du restaurant a été remis au goût du jour. Les couleurs fraîches des assiettes s'accordent à la subtilité des saveurs, dont la cuisson est réalisée sous vide à basse température. 

     

    Rendez-vous au pavillon D, 23 Avenue Junot, 75018 Paris.

  • On s'y pressait déjà pour se délecter au Très Particulier, bar au cadre verdoyant ouvert en 2015. Désormais, l'Hôtel Particulier Montmartre, en collaboration avec l'architecte d'intérieur Pierre Lacroix, souffle un vent nouveau sur son rez-de-chaussée. Dans une ambiance empruntant au glamour hollywoodien des années 30, le directeur Oscar Comtet a réuni les anciennes petites pièces pour laisser place à un grand espace décloisonné et aéré, où trône un mobilier en velours gratté aux teintes rosées. À l’extérieur, un cadre toujours aussi bucolique où règnent végétation généreuse et calme olympien.

     

    Raffiné et intimiste, le nouvel aménagement se prête aussi bien à leur formule tea-time l'après-midi qu'à un dîner confidentiel le soir. Concocté par un ancien du Pré Catelan, le nouveau menu du restaurant a été remis au goût du jour. Les couleurs fraîches des assiettes s'accordent à la subtilité des saveurs, dont la cuisson est réalisée sous vide à basse température. 

     

    Rendez-vous au pavillon D, 23 Avenue Junot, 75018 Paris.

  • On s'y pressait déjà pour se délecter au Très Particulier, bar au cadre verdoyant ouvert en 2015. Désormais, l'Hôtel Particulier Montmartre, en collaboration avec l'architecte d'intérieur Pierre Lacroix, souffle un vent nouveau sur son rez-de-chaussée. Dans une ambiance empruntant au glamour hollywoodien des années 30, le directeur Oscar Comtet a réuni les anciennes petites pièces pour laisser place à un grand espace décloisonné et aéré, où trône un mobilier en velours gratté aux teintes rosées. À l’extérieur, un cadre toujours aussi bucolique où règnent végétation généreuse et calme olympien.

     

    Raffiné et intimiste, le nouvel aménagement se prête aussi bien à leur formule tea-time l'après-midi qu'à un dîner confidentiel le soir. Concocté par un ancien du Pré Catelan, le nouveau menu du restaurant a été remis au goût du jour. Les couleurs fraîches des assiettes s'accordent à la subtilité des saveurs, dont la cuisson est réalisée sous vide à basse température. 

     

    Rendez-vous au pavillon D, 23 Avenue Junot, 75018 Paris.

  • On s'y pressait déjà pour se délecter au Très Particulier, bar au cadre verdoyant ouvert en 2015. Désormais, l'Hôtel Particulier Montmartre, en collaboration avec l'architecte d'intérieur Pierre Lacroix, souffle un vent nouveau sur son rez-de-chaussée. Dans une ambiance empruntant au glamour hollywoodien des années 30, le directeur Oscar Comtet a réuni les anciennes petites pièces pour laisser place à un grand espace décloisonné et aéré, où trône un mobilier en velours gratté aux teintes rosées. À l’extérieur, un cadre toujours aussi bucolique où règnent végétation généreuse et calme olympien.

     

    Raffiné et intimiste, le nouvel aménagement se prête aussi bien à leur formule tea-time l'après-midi qu'à un dîner confidentiel le soir. Concocté par un ancien du Pré Catelan, le nouveau menu du restaurant a été remis au goût du jour. Les couleurs fraîches des assiettes s'accordent à la subtilité des saveurs, dont la cuisson est réalisée sous vide à basse température. 

     

    Rendez-vous au pavillon D, 23 Avenue Junot, 75018 Paris.

  • On s'y pressait déjà pour se délecter au Très Particulier, bar au cadre verdoyant ouvert en 2015. Désormais, l'Hôtel Particulier Montmartre, en collaboration avec l'architecte d'intérieur Pierre Lacroix, souffle un vent nouveau sur son rez-de-chaussée. Dans une ambiance empruntant au glamour hollywoodien des années 30, le directeur Oscar Comtet a réuni les anciennes petites pièces pour laisser place à un grand espace décloisonné et aéré, où trône un mobilier en velours gratté aux teintes rosées. À l’extérieur, un cadre toujours aussi bucolique où règnent végétation généreuse et calme olympien.

     

    Raffiné et intimiste, le nouvel aménagement se prête aussi bien à leur formule tea-time l'après-midi qu'à un dîner confidentiel le soir. Concocté par un ancien du Pré Catelan, le nouveau menu du restaurant a été remis au goût du jour. Les couleurs fraîches des assiettes s'accordent à la subtilité des saveurs, dont la cuisson est réalisée sous vide à basse température. 

     

    Rendez-vous au pavillon D, 23 Avenue Junot, 75018 Paris.

Advertising
Advertising
Advertising

NuméroNews