231


Commandez-le
Numéro
20 Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?

Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?

Food

Ouvert depuis peu en plein cœur du haut Marais, le petit frère d'Onii-San, l'excellent restaurant japonais situé rue des Archives, n'a rien à envier à son aîné…

  • Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais? Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?
  • Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais? Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?
  • Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais? Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?
  • Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais? Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?
  • Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais? Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?
  • Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais? Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?
  • Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais? Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?
  • Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais? Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?
  • Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais? Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?
  • Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais? Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?
  • Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais? Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?
  • Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais? Le meilleur sandwich de Paris est-il un sando japonais?

© Félix Dol Maillot

1/12

Qu'on se le dise : on ne vient pas chercher chez Ototo ce que l'on trouve chez Onii-San. Tandis que ce dernier, ouvert après le premier confinement par Arthur Cohen et Olivier Léone dans la rue des Archives, révèle une cuisine japonaise sophistiquée – tartare de thon gras et couteaux au saké, ail et soja étant de la partie – dans un cadre propre aux longs dîners (à la bougie) alcoolisés, son petit frère, lancé il y a peu par les deux amis, propose plutôt une expérience au prolongement de ce qu'ils ont déjà initié : un déjeuner sur le pouce dans une ruelle ensoleillée où on se désaltère avec une citronnade bio.

 

On pourrait se dire, de prime abord, que tout ça n'est pas très fun… mais c'est tout le contraire. Ototo affiche un cadre ultra coloré – tables jaunes, sculpture homemade de jouets au plafond – avec une cuisine ouverte et une équipe aux petits soins. Ici, on est à la fois dans une chambre d'ado, une cabane de street food tokyoïte et, il faut bien l'avouer, un restaurant branché aux allures de pop-up qui accueille, le weekend, des chefs (Julien Sebbag, le collectif The Social Food) à imaginer une carte éphémère. La semaine, le restaurant bâtit sa réputation sur un seul et unique met : le sando. Et quel sandwich ! Incontournables de la street food japonaise, ces tranches de pain toasté agrémenté d'à peu près tout ce qu'on veut – viande, poisson ou alternative végé – sont à faire tomber à la renverse. Ici, le chef Thomas Coupeau a imaginé une carte qui twiste les codes (il faut le dire) de la junk food et ceux de la cuisine nippone. Entre autres, on retrouve, et ils l'assument, la version Ototo du Filet-o-Fish de McDonald's – avec un délicieux cabillaud nacré frit au panko, chou, cheddar maturé et une sauce tartare maison au wakame et shiso – et la version disons japonaise du burger, le Smash Wagyu, avec son boeuf haché et smashé, sa laitue, son cheddar maturé et sa mayonnaise maison à la sauce teriyaki. En sortant, on se dit que l'un des meilleurs sandwichs de la capitale française est sans doute japonais…

 

Ototo

3, rue des Ecouffes

Paris IV