24 Mai

La brasserie et cinéma Beau Regard réveille Saint-Germain-des-Prés

Par Léa Zetlaoui

1/8
2/8
3/8
4/8
5/8
6/8
7/8
8/8
  • Dans la discrète rue Guillaume-Apollinaire, entre l’église Saint-Germain-des-Prés, les rues Bonaparte et Saint-Benoît, le mythique cinéma Étoile Saint-Germain-des-Prés et la brasserie mitoyenne ont fusionné pour former Beau Regard, un nouveau lieu de vie qui réveille le quartier. Entièrement repensé par le Studio KO à qui l’on doit également le musée Yves Saint Laurent, Beau Regard nous plonge dans un Paris fantasmé, entre les Années folles, les seventies et aujourd'hui. 

     

    Avec sa moquette façon tapisserie colorée, ses murs et son bar recouverts de nattes en bois, ses sièges noir brillant et son mobilier typique des brasseries parisiennes, la grande salle du restaurant (déclinée sur deux niveaux) dégage une ambiance propice à la fête. Le menu, pensé par le chef Mathieu Pacaud (à la tête des restaurants Divellec, Apicius, L’Ambroisie), se veut simple et propose des classiques. À partager, un très bon tarama à la truffe, des huîtres, une planche de charcuterie ou un saumon gravlax, en entrées, des asperges, un tourteau ou du foie gras ; en plats, des poissons comme le merlan, le bar ou la barbue ainsi qu’un homard ou un suprême de volaille rôti, une excellente entrecôte milanaise. C'est copieux et joliment préparé, et c’est encore meilleur accompagné d’un des cocktails du chef barman. 

     

    Beau Regard, c’est également une salle de cinéma qui fait le choix d’une programmation pointue. Ainsi, tous les jours, de 11 heures à 22 heures, sont projetés des films tels que Mommy, Tomboy ou La Part des anges. Cet hiver, Beau Regard accueillera également un club caché dans le plus pur esprit germanopratin.

     

    Beau Regard, 22, rue Guillaume-Apollinaire, Paris VIe, tél. 01 40 41 20 20.

     

  • Dans la discrète rue Guillaume-Apollinaire, entre l’église Saint-Germain-des-Prés, les rues Bonaparte et Saint-Benoît, le mythique cinéma Étoile Saint-Germain-des-Prés et la brasserie mitoyenne ont fusionné pour former Beau Regard, un nouveau lieu de vie qui réveille le quartier. Entièrement repensé par le Studio KO à qui l’on doit également le musée Yves Saint Laurent, Beau Regard nous plonge dans un Paris fantasmé, entre les Années folles, les seventies et aujourd'hui. 

     

    Avec sa moquette façon tapisserie colorée, ses murs et son bar recouverts de nattes en bois, ses sièges noir brillant et son mobilier typique des brasseries parisiennes, la grande salle du restaurant (déclinée sur deux niveaux) dégage une ambiance propice à la fête. Le menu, pensé par le chef Mathieu Pacaud (à la tête des restaurants Divellec, Apicius, L’Ambroisie), se veut simple et propose des classiques. À partager, un très bon tarama à la truffe, des huîtres, une planche de charcuterie ou un saumon gravlax, en entrées, des asperges, un tourteau ou du foie gras ; en plats, des poissons comme le merlan, le bar ou la barbue ainsi qu’un homard ou un suprême de volaille rôti, une excellente entrecôte milanaise. C'est copieux et joliment préparé, et c’est encore meilleur accompagné d’un des cocktails du chef barman. 

     

    Beau Regard, c’est également une salle de cinéma qui fait le choix d’une programmation pointue. Ainsi, tous les jours, de 11 heures à 22 heures, sont projetés des films tels que Mommy, Tomboy ou La Part des anges. Cet hiver, Beau Regard accueillera également un club caché dans le plus pur esprit germanopratin.

     

    Beau Regard, 22, rue Guillaume-Apollinaire, Paris VIe, tél. 01 40 41 20 20.

     

  • Dans la discrète rue Guillaume-Apollinaire, entre l’église Saint-Germain-des-Prés, les rues Bonaparte et Saint-Benoît, le mythique cinéma Étoile Saint-Germain-des-Prés et la brasserie mitoyenne ont fusionné pour former Beau Regard, un nouveau lieu de vie qui réveille le quartier. Entièrement repensé par le Studio KO à qui l’on doit également le musée Yves Saint Laurent, Beau Regard nous plonge dans un Paris fantasmé, entre les Années folles, les seventies et aujourd'hui. 

     

    Avec sa moquette façon tapisserie colorée, ses murs et son bar recouverts de nattes en bois, ses sièges noir brillant et son mobilier typique des brasseries parisiennes, la grande salle du restaurant (déclinée sur deux niveaux) dégage une ambiance propice à la fête. Le menu, pensé par le chef Mathieu Pacaud (à la tête des restaurants Divellec, Apicius, L’Ambroisie), se veut simple et propose des classiques. À partager, un très bon tarama à la truffe, des huîtres, une planche de charcuterie ou un saumon gravlax, en entrées, des asperges, un tourteau ou du foie gras ; en plats, des poissons comme le merlan, le bar ou la barbue ainsi qu’un homard ou un suprême de volaille rôti, une excellente entrecôte milanaise. C'est copieux et joliment préparé, et c’est encore meilleur accompagné d’un des cocktails du chef barman. 

     

    Beau Regard, c’est également une salle de cinéma qui fait le choix d’une programmation pointue. Ainsi, tous les jours, de 11 heures à 22 heures, sont projetés des films tels que Mommy, Tomboy ou La Part des anges. Cet hiver, Beau Regard accueillera également un club caché dans le plus pur esprit germanopratin.

     

    Beau Regard, 22, rue Guillaume-Apollinaire, Paris VIe, tél. 01 40 41 20 20.

     

  • Dans la discrète rue Guillaume-Apollinaire, entre l’église Saint-Germain-des-Prés, les rues Bonaparte et Saint-Benoît, le mythique cinéma Étoile Saint-Germain-des-Prés et la brasserie mitoyenne ont fusionné pour former Beau Regard, un nouveau lieu de vie qui réveille le quartier. Entièrement repensé par le Studio KO à qui l’on doit également le musée Yves Saint Laurent, Beau Regard nous plonge dans un Paris fantasmé, entre les Années folles, les seventies et aujourd'hui. 

     

    Avec sa moquette façon tapisserie colorée, ses murs et son bar recouverts de nattes en bois, ses sièges noir brillant et son mobilier typique des brasseries parisiennes, la grande salle du restaurant (déclinée sur deux niveaux) dégage une ambiance propice à la fête. Le menu, pensé par le chef Mathieu Pacaud (à la tête des restaurants Divellec, Apicius, L’Ambroisie), se veut simple et propose des classiques. À partager, un très bon tarama à la truffe, des huîtres, une planche de charcuterie ou un saumon gravlax, en entrées, des asperges, un tourteau ou du foie gras ; en plats, des poissons comme le merlan, le bar ou la barbue ainsi qu’un homard ou un suprême de volaille rôti, une excellente entrecôte milanaise. C'est copieux et joliment préparé, et c’est encore meilleur accompagné d’un des cocktails du chef barman. 

     

    Beau Regard, c’est également une salle de cinéma qui fait le choix d’une programmation pointue. Ainsi, tous les jours, de 11 heures à 22 heures, sont projetés des films tels que Mommy, Tomboy ou La Part des anges. Cet hiver, Beau Regard accueillera également un club caché dans le plus pur esprit germanopratin.

     

    Beau Regard, 22, rue Guillaume-Apollinaire, Paris VIe, tél. 01 40 41 20 20.

     

  • Dans la discrète rue Guillaume-Apollinaire, entre l’église Saint-Germain-des-Prés, les rues Bonaparte et Saint-Benoît, le mythique cinéma Étoile Saint-Germain-des-Prés et la brasserie mitoyenne ont fusionné pour former Beau Regard, un nouveau lieu de vie qui réveille le quartier. Entièrement repensé par le Studio KO à qui l’on doit également le musée Yves Saint Laurent, Beau Regard nous plonge dans un Paris fantasmé, entre les Années folles, les seventies et aujourd'hui. 

     

    Avec sa moquette façon tapisserie colorée, ses murs et son bar recouverts de nattes en bois, ses sièges noir brillant et son mobilier typique des brasseries parisiennes, la grande salle du restaurant (déclinée sur deux niveaux) dégage une ambiance propice à la fête. Le menu, pensé par le chef Mathieu Pacaud (à la tête des restaurants Divellec, Apicius, L’Ambroisie), se veut simple et propose des classiques. À partager, un très bon tarama à la truffe, des huîtres, une planche de charcuterie ou un saumon gravlax, en entrées, des asperges, un tourteau ou du foie gras ; en plats, des poissons comme le merlan, le bar ou la barbue ainsi qu’un homard ou un suprême de volaille rôti, une excellente entrecôte milanaise. C'est copieux et joliment préparé, et c’est encore meilleur accompagné d’un des cocktails du chef barman. 

     

    Beau Regard, c’est également une salle de cinéma qui fait le choix d’une programmation pointue. Ainsi, tous les jours, de 11 heures à 22 heures, sont projetés des films tels que Mommy, Tomboy ou La Part des anges. Cet hiver, Beau Regard accueillera également un club caché dans le plus pur esprit germanopratin.

     

    Beau Regard, 22, rue Guillaume-Apollinaire, Paris VIe, tél. 01 40 41 20 20.

     

  • Dans la discrète rue Guillaume-Apollinaire, entre l’église Saint-Germain-des-Prés, les rues Bonaparte et Saint-Benoît, le mythique cinéma Étoile Saint-Germain-des-Prés et la brasserie mitoyenne ont fusionné pour former Beau Regard, un nouveau lieu de vie qui réveille le quartier. Entièrement repensé par le Studio KO à qui l’on doit également le musée Yves Saint Laurent, Beau Regard nous plonge dans un Paris fantasmé, entre les Années folles, les seventies et aujourd'hui. 

     

    Avec sa moquette façon tapisserie colorée, ses murs et son bar recouverts de nattes en bois, ses sièges noir brillant et son mobilier typique des brasseries parisiennes, la grande salle du restaurant (déclinée sur deux niveaux) dégage une ambiance propice à la fête. Le menu, pensé par le chef Mathieu Pacaud (à la tête des restaurants Divellec, Apicius, L’Ambroisie), se veut simple et propose des classiques. À partager, un très bon tarama à la truffe, des huîtres, une planche de charcuterie ou un saumon gravlax, en entrées, des asperges, un tourteau ou du foie gras ; en plats, des poissons comme le merlan, le bar ou la barbue ainsi qu’un homard ou un suprême de volaille rôti, une excellente entrecôte milanaise. C'est copieux et joliment préparé, et c’est encore meilleur accompagné d’un des cocktails du chef barman. 

     

    Beau Regard, c’est également une salle de cinéma qui fait le choix d’une programmation pointue. Ainsi, tous les jours, de 11 heures à 22 heures, sont projetés des films tels que Mommy, Tomboy ou La Part des anges. Cet hiver, Beau Regard accueillera également un club caché dans le plus pur esprit germanopratin.

     

    Beau Regard, 22, rue Guillaume-Apollinaire, Paris VIe, tél. 01 40 41 20 20.

     

  • Dans la discrète rue Guillaume-Apollinaire, entre l’église Saint-Germain-des-Prés, les rues Bonaparte et Saint-Benoît, le mythique cinéma Étoile Saint-Germain-des-Prés et la brasserie mitoyenne ont fusionné pour former Beau Regard, un nouveau lieu de vie qui réveille le quartier. Entièrement repensé par le Studio KO à qui l’on doit également le musée Yves Saint Laurent, Beau Regard nous plonge dans un Paris fantasmé, entre les Années folles, les seventies et aujourd'hui. 

     

    Avec sa moquette façon tapisserie colorée, ses murs et son bar recouverts de nattes en bois, ses sièges noir brillant et son mobilier typique des brasseries parisiennes, la grande salle du restaurant (déclinée sur deux niveaux) dégage une ambiance propice à la fête. Le menu, pensé par le chef Mathieu Pacaud (à la tête des restaurants Divellec, Apicius, L’Ambroisie), se veut simple et propose des classiques. À partager, un très bon tarama à la truffe, des huîtres, une planche de charcuterie ou un saumon gravlax, en entrées, des asperges, un tourteau ou du foie gras ; en plats, des poissons comme le merlan, le bar ou la barbue ainsi qu’un homard ou un suprême de volaille rôti, une excellente entrecôte milanaise. C'est copieux et joliment préparé, et c’est encore meilleur accompagné d’un des cocktails du chef barman. 

     

    Beau Regard, c’est également une salle de cinéma qui fait le choix d’une programmation pointue. Ainsi, tous les jours, de 11 heures à 22 heures, sont projetés des films tels que Mommy, Tomboy ou La Part des anges. Cet hiver, Beau Regard accueillera également un club caché dans le plus pur esprit germanopratin.

     

    Beau Regard, 22, rue Guillaume-Apollinaire, Paris VIe, tél. 01 40 41 20 20.

     

  • Dans la discrète rue Guillaume-Apollinaire, entre l’église Saint-Germain-des-Prés, les rues Bonaparte et Saint-Benoît, le mythique cinéma Étoile Saint-Germain-des-Prés et la brasserie mitoyenne ont fusionné pour former Beau Regard, un nouveau lieu de vie qui réveille le quartier. Entièrement repensé par le Studio KO à qui l’on doit également le musée Yves Saint Laurent, Beau Regard nous plonge dans un Paris fantasmé, entre les Années folles, les seventies et aujourd'hui. 

     

    Avec sa moquette façon tapisserie colorée, ses murs et son bar recouverts de nattes en bois, ses sièges noir brillant et son mobilier typique des brasseries parisiennes, la grande salle du restaurant (déclinée sur deux niveaux) dégage une ambiance propice à la fête. Le menu, pensé par le chef Mathieu Pacaud (à la tête des restaurants Divellec, Apicius, L’Ambroisie), se veut simple et propose des classiques. À partager, un très bon tarama à la truffe, des huîtres, une planche de charcuterie ou un saumon gravlax, en entrées, des asperges, un tourteau ou du foie gras ; en plats, des poissons comme le merlan, le bar ou la barbue ainsi qu’un homard ou un suprême de volaille rôti, une excellente entrecôte milanaise. C'est copieux et joliment préparé, et c’est encore meilleur accompagné d’un des cocktails du chef barman. 

     

    Beau Regard, c’est également une salle de cinéma qui fait le choix d’une programmation pointue. Ainsi, tous les jours, de 11 heures à 22 heures, sont projetés des films tels que Mommy, Tomboy ou La Part des anges. Cet hiver, Beau Regard accueillera également un club caché dans le plus pur esprit germanopratin.

     

    Beau Regard, 22, rue Guillaume-Apollinaire, Paris VIe, tél. 01 40 41 20 20.

     

NuméroNews