Advertising
Advertising
11 Juin

Voyager sans quitter Paris au nouveau restaurant La Gare à la Muette

 

Nouvelle déoration, nouveau chef, et une carte aux saveurs du monde, le restaurant La Gare s'offre une transformation radicale.

Par Léa Zetlaoui

1/9
2/9
3/9
4/9
5/9
6/9
7/9
8/9
9/9
  • Si vous avez connu le célèbre établissement du 16ème, anciennement une gare devenue un bistrot élégant dans les années 90, la transformation va vous surprendre. Racheté par le Moma Group (Ran, Manko, Froufrou), La Gare a subi une métamorphose pour le moins radicale tant dans sa décoration que son concept culinaire.

     

    La carte confiée au chef péruvien Gaston Acurio est à elle-seule une invitation au voyage : tapas espagnols, dim-sum chinois, sushis et makis japonais, tacos mexicains, ceviche péruvien, woks asiatiques, viandes à l’argentine, rôtisserie française grill à l’américaine… c’est un véritable tourbillon de saveurs et tour du monde culinaire que nous offre cette Gare repensée. Bien évidemment, dans le contexte gastronomique actuel, difficile de s’imaginer autant d’influences pour une même cuisine. Et bien pour parfaitement maîtriser son concept culinaire, le restaurant se dote de différentes 4 (à vérifier) cuisines ouvertes sur la salle intérieure et le patio bien chauffé. un agencement bien pensé qui apporte un supplément d’authenticité et d’énergie à l’endroit. Les différents plats, loin d’être prétentieux, sont servis avec générosité et font de la gare l’endroit idéal pour de grands déjeuners et dîners entre amis ou en famille.

     

    Confiée à l’incontournable Laura Gonzalez (Brasserie Auteuil, Alcazar, Noto, La Lorraine), La Gare a abandonné son cadre intimiste et élégant au profit d’une ambiance méditerranéenne, chaleureuse et animée. Si le rez-de-chaussée est davantage un salon de thé et bar à cocktails, l’espace en rez-de-jardin, complètement agrandi, bénéficie d’un agencement et d’une architecture étonnante : une salle intérieure agrémentée d’un immense patio chauffé (encerclés donc des différentes cuisines ouvertes) et d’un verdoyant jardin, le tout pouvant accueillir près de 300 personnes (200 en intérieur et 100 en extérieur). Véritable explosion de matières et de couleurs, Laura Gonzalez a soigneusement choisi les artisans et maisons qui habillent ce nouvel espace :  un sol conçu par les Atelier Zelij et fabriqué en terre cuite Fornace Brioni, de larges et aériennes suspensions colorées, de longues banquettes en tissu Ikat provenant de la maison Le Manach, d’autres tissus dessinés par Laura Gonzalez pour Pierre Frey, des suspensions en céramique placées dans le grand escalier sont signées de Beatrice Markovitch. Tout est pensé pour offrir un véritable voyage tant gustatif, que visuel et olfactif.

     

    Loin d’être prétentieux sans être populaire, La Gare, qui dans son concept rappelé La Brasserie Auteuil, néo-pizzeria cool et branchée,  vient réveiller cette partie du 16ème arrondissement.

     

  • Si vous avez connu le célèbre établissement du 16ème, anciennement une gare devenue un bistrot élégant dans les années 90, la transformation va vous surprendre. Racheté par le Moma Group (Ran, Manko, Froufrou), La Gare a subi une métamorphose pour le moins radicale tant dans sa décoration que son concept culinaire.

     

    La carte confiée au chef péruvien Gaston Acurio est à elle-seule une invitation au voyage : tapas espagnols, dim-sum chinois, sushis et makis japonais, tacos mexicains, ceviche péruvien, woks asiatiques, viandes à l’argentine, rôtisserie française grill à l’américaine… c’est un véritable tourbillon de saveurs et tour du monde culinaire que nous offre cette Gare repensée. Bien évidemment, dans le contexte gastronomique actuel, difficile de s’imaginer autant d’influences pour une même cuisine. Et bien pour parfaitement maîtriser son concept culinaire, le restaurant se dote de différentes 4 (à vérifier) cuisines ouvertes sur la salle intérieure et le patio bien chauffé. un agencement bien pensé qui apporte un supplément d’authenticité et d’énergie à l’endroit. Les différents plats, loin d’être prétentieux, sont servis avec générosité et font de la gare l’endroit idéal pour de grands déjeuners et dîners entre amis ou en famille.

     

    Confiée à l’incontournable Laura Gonzalez (Brasserie Auteuil, Alcazar, Noto, La Lorraine), La Gare a abandonné son cadre intimiste et élégant au profit d’une ambiance méditerranéenne, chaleureuse et animée. Si le rez-de-chaussée est davantage un salon de thé et bar à cocktails, l’espace en rez-de-jardin, complètement agrandi, bénéficie d’un agencement et d’une architecture étonnante : une salle intérieure agrémentée d’un immense patio chauffé (encerclés donc des différentes cuisines ouvertes) et d’un verdoyant jardin, le tout pouvant accueillir près de 300 personnes (200 en intérieur et 100 en extérieur). Véritable explosion de matières et de couleurs, Laura Gonzalez a soigneusement choisi les artisans et maisons qui habillent ce nouvel espace :  un sol conçu par les Atelier Zelij et fabriqué en terre cuite Fornace Brioni, de larges et aériennes suspensions colorées, de longues banquettes en tissu Ikat provenant de la maison Le Manach, d’autres tissus dessinés par Laura Gonzalez pour Pierre Frey, des suspensions en céramique placées dans le grand escalier sont signées de Beatrice Markovitch. Tout est pensé pour offrir un véritable voyage tant gustatif, que visuel et olfactif.

     

    Loin d’être prétentieux sans être populaire, La Gare, qui dans son concept rappelé La Brasserie Auteuil, néo-pizzeria cool et branchée,  vient réveiller cette partie du 16ème arrondissement.

     

  • Si vous avez connu le célèbre établissement du 16ème, anciennement une gare devenue un bistrot élégant dans les années 90, la transformation va vous surprendre. Racheté par le Moma Group (Ran, Manko, Froufrou), La Gare a subi une métamorphose pour le moins radicale tant dans sa décoration que son concept culinaire.

     

    La carte confiée au chef péruvien Gaston Acurio est à elle-seule une invitation au voyage : tapas espagnols, dim-sum chinois, sushis et makis japonais, tacos mexicains, ceviche péruvien, woks asiatiques, viandes à l’argentine, rôtisserie française grill à l’américaine… c’est un véritable tourbillon de saveurs et tour du monde culinaire que nous offre cette Gare repensée. Bien évidemment, dans le contexte gastronomique actuel, difficile de s’imaginer autant d’influences pour une même cuisine. Et bien pour parfaitement maîtriser son concept culinaire, le restaurant se dote de différentes 4 (à vérifier) cuisines ouvertes sur la salle intérieure et le patio bien chauffé. un agencement bien pensé qui apporte un supplément d’authenticité et d’énergie à l’endroit. Les différents plats, loin d’être prétentieux, sont servis avec générosité et font de la gare l’endroit idéal pour de grands déjeuners et dîners entre amis ou en famille.

     

    Confiée à l’incontournable Laura Gonzalez (Brasserie Auteuil, Alcazar, Noto, La Lorraine), La Gare a abandonné son cadre intimiste et élégant au profit d’une ambiance méditerranéenne, chaleureuse et animée. Si le rez-de-chaussée est davantage un salon de thé et bar à cocktails, l’espace en rez-de-jardin, complètement agrandi, bénéficie d’un agencement et d’une architecture étonnante : une salle intérieure agrémentée d’un immense patio chauffé (encerclés donc des différentes cuisines ouvertes) et d’un verdoyant jardin, le tout pouvant accueillir près de 300 personnes (200 en intérieur et 100 en extérieur). Véritable explosion de matières et de couleurs, Laura Gonzalez a soigneusement choisi les artisans et maisons qui habillent ce nouvel espace :  un sol conçu par les Atelier Zelij et fabriqué en terre cuite Fornace Brioni, de larges et aériennes suspensions colorées, de longues banquettes en tissu Ikat provenant de la maison Le Manach, d’autres tissus dessinés par Laura Gonzalez pour Pierre Frey, des suspensions en céramique placées dans le grand escalier sont signées de Beatrice Markovitch. Tout est pensé pour offrir un véritable voyage tant gustatif, que visuel et olfactif.

     

    Loin d’être prétentieux sans être populaire, La Gare, qui dans son concept rappelé La Brasserie Auteuil, néo-pizzeria cool et branchée,  vient réveiller cette partie du 16ème arrondissement.

     

  • Si vous avez connu le célèbre établissement du 16ème, anciennement une gare devenue un bistrot élégant dans les années 90, la transformation va vous surprendre. Racheté par le Moma Group (Ran, Manko, Froufrou), La Gare a subi une métamorphose pour le moins radicale tant dans sa décoration que son concept culinaire.

     

    La carte confiée au chef péruvien Gaston Acurio est à elle-seule une invitation au voyage : tapas espagnols, dim-sum chinois, sushis et makis japonais, tacos mexicains, ceviche péruvien, woks asiatiques, viandes à l’argentine, rôtisserie française grill à l’américaine… c’est un véritable tourbillon de saveurs et tour du monde culinaire que nous offre cette Gare repensée. Bien évidemment, dans le contexte gastronomique actuel, difficile de s’imaginer autant d’influences pour une même cuisine. Et bien pour parfaitement maîtriser son concept culinaire, le restaurant se dote de différentes 4 (à vérifier) cuisines ouvertes sur la salle intérieure et le patio bien chauffé. un agencement bien pensé qui apporte un supplément d’authenticité et d’énergie à l’endroit. Les différents plats, loin d’être prétentieux, sont servis avec générosité et font de la gare l’endroit idéal pour de grands déjeuners et dîners entre amis ou en famille.

     

    Confiée à l’incontournable Laura Gonzalez (Brasserie Auteuil, Alcazar, Noto, La Lorraine), La Gare a abandonné son cadre intimiste et élégant au profit d’une ambiance méditerranéenne, chaleureuse et animée. Si le rez-de-chaussée est davantage un salon de thé et bar à cocktails, l’espace en rez-de-jardin, complètement agrandi, bénéficie d’un agencement et d’une architecture étonnante : une salle intérieure agrémentée d’un immense patio chauffé (encerclés donc des différentes cuisines ouvertes) et d’un verdoyant jardin, le tout pouvant accueillir près de 300 personnes (200 en intérieur et 100 en extérieur). Véritable explosion de matières et de couleurs, Laura Gonzalez a soigneusement choisi les artisans et maisons qui habillent ce nouvel espace :  un sol conçu par les Atelier Zelij et fabriqué en terre cuite Fornace Brioni, de larges et aériennes suspensions colorées, de longues banquettes en tissu Ikat provenant de la maison Le Manach, d’autres tissus dessinés par Laura Gonzalez pour Pierre Frey, des suspensions en céramique placées dans le grand escalier sont signées de Beatrice Markovitch. Tout est pensé pour offrir un véritable voyage tant gustatif, que visuel et olfactif.

     

    Loin d’être prétentieux sans être populaire, La Gare, qui dans son concept rappelé La Brasserie Auteuil, néo-pizzeria cool et branchée,  vient réveiller cette partie du 16ème arrondissement.

     

  • Si vous avez connu le célèbre établissement du 16ème, anciennement une gare devenue un bistrot élégant dans les années 90, la transformation va vous surprendre. Racheté par le Moma Group (Ran, Manko, Froufrou), La Gare a subi une métamorphose pour le moins radicale tant dans sa décoration que son concept culinaire.

     

    La carte confiée au chef péruvien Gaston Acurio est à elle-seule une invitation au voyage : tapas espagnols, dim-sum chinois, sushis et makis japonais, tacos mexicains, ceviche péruvien, woks asiatiques, viandes à l’argentine, rôtisserie française grill à l’américaine… c’est un véritable tourbillon de saveurs et tour du monde culinaire que nous offre cette Gare repensée. Bien évidemment, dans le contexte gastronomique actuel, difficile de s’imaginer autant d’influences pour une même cuisine. Et bien pour parfaitement maîtriser son concept culinaire, le restaurant se dote de différentes 4 (à vérifier) cuisines ouvertes sur la salle intérieure et le patio bien chauffé. un agencement bien pensé qui apporte un supplément d’authenticité et d’énergie à l’endroit. Les différents plats, loin d’être prétentieux, sont servis avec générosité et font de la gare l’endroit idéal pour de grands déjeuners et dîners entre amis ou en famille.

     

    Confiée à l’incontournable Laura Gonzalez (Brasserie Auteuil, Alcazar, Noto, La Lorraine), La Gare a abandonné son cadre intimiste et élégant au profit d’une ambiance méditerranéenne, chaleureuse et animée. Si le rez-de-chaussée est davantage un salon de thé et bar à cocktails, l’espace en rez-de-jardin, complètement agrandi, bénéficie d’un agencement et d’une architecture étonnante : une salle intérieure agrémentée d’un immense patio chauffé (encerclés donc des différentes cuisines ouvertes) et d’un verdoyant jardin, le tout pouvant accueillir près de 300 personnes (200 en intérieur et 100 en extérieur). Véritable explosion de matières et de couleurs, Laura Gonzalez a soigneusement choisi les artisans et maisons qui habillent ce nouvel espace :  un sol conçu par les Atelier Zelij et fabriqué en terre cuite Fornace Brioni, de larges et aériennes suspensions colorées, de longues banquettes en tissu Ikat provenant de la maison Le Manach, d’autres tissus dessinés par Laura Gonzalez pour Pierre Frey, des suspensions en céramique placées dans le grand escalier sont signées de Beatrice Markovitch. Tout est pensé pour offrir un véritable voyage tant gustatif, que visuel et olfactif.

     

    Loin d’être prétentieux sans être populaire, La Gare, qui dans son concept rappelé La Brasserie Auteuil, néo-pizzeria cool et branchée,  vient réveiller cette partie du 16ème arrondissement.

     

  • Si vous avez connu le célèbre établissement du 16ème, anciennement une gare devenue un bistrot élégant dans les années 90, la transformation va vous surprendre. Racheté par le Moma Group (Ran, Manko, Froufrou), La Gare a subi une métamorphose pour le moins radicale tant dans sa décoration que son concept culinaire.

     

    La carte confiée au chef péruvien Gaston Acurio est à elle-seule une invitation au voyage : tapas espagnols, dim-sum chinois, sushis et makis japonais, tacos mexicains, ceviche péruvien, woks asiatiques, viandes à l’argentine, rôtisserie française grill à l’américaine… c’est un véritable tourbillon de saveurs et tour du monde culinaire que nous offre cette Gare repensée. Bien évidemment, dans le contexte gastronomique actuel, difficile de s’imaginer autant d’influences pour une même cuisine. Et bien pour parfaitement maîtriser son concept culinaire, le restaurant se dote de différentes 4 (à vérifier) cuisines ouvertes sur la salle intérieure et le patio bien chauffé. un agencement bien pensé qui apporte un supplément d’authenticité et d’énergie à l’endroit. Les différents plats, loin d’être prétentieux, sont servis avec générosité et font de la gare l’endroit idéal pour de grands déjeuners et dîners entre amis ou en famille.

     

    Confiée à l’incontournable Laura Gonzalez (Brasserie Auteuil, Alcazar, Noto, La Lorraine), La Gare a abandonné son cadre intimiste et élégant au profit d’une ambiance méditerranéenne, chaleureuse et animée. Si le rez-de-chaussée est davantage un salon de thé et bar à cocktails, l’espace en rez-de-jardin, complètement agrandi, bénéficie d’un agencement et d’une architecture étonnante : une salle intérieure agrémentée d’un immense patio chauffé (encerclés donc des différentes cuisines ouvertes) et d’un verdoyant jardin, le tout pouvant accueillir près de 300 personnes (200 en intérieur et 100 en extérieur). Véritable explosion de matières et de couleurs, Laura Gonzalez a soigneusement choisi les artisans et maisons qui habillent ce nouvel espace :  un sol conçu par les Atelier Zelij et fabriqué en terre cuite Fornace Brioni, de larges et aériennes suspensions colorées, de longues banquettes en tissu Ikat provenant de la maison Le Manach, d’autres tissus dessinés par Laura Gonzalez pour Pierre Frey, des suspensions en céramique placées dans le grand escalier sont signées de Beatrice Markovitch. Tout est pensé pour offrir un véritable voyage tant gustatif, que visuel et olfactif.

     

    Loin d’être prétentieux sans être populaire, La Gare, qui dans son concept rappelé La Brasserie Auteuil, néo-pizzeria cool et branchée,  vient réveiller cette partie du 16ème arrondissement.

     

  • Si vous avez connu le célèbre établissement du 16ème, anciennement une gare devenue un bistrot élégant dans les années 90, la transformation va vous surprendre. Racheté par le Moma Group (Ran, Manko, Froufrou), La Gare a subi une métamorphose pour le moins radicale tant dans sa décoration que son concept culinaire.

     

    La carte confiée au chef péruvien Gaston Acurio est à elle-seule une invitation au voyage : tapas espagnols, dim-sum chinois, sushis et makis japonais, tacos mexicains, ceviche péruvien, woks asiatiques, viandes à l’argentine, rôtisserie française grill à l’américaine… c’est un véritable tourbillon de saveurs et tour du monde culinaire que nous offre cette Gare repensée. Bien évidemment, dans le contexte gastronomique actuel, difficile de s’imaginer autant d’influences pour une même cuisine. Et bien pour parfaitement maîtriser son concept culinaire, le restaurant se dote de différentes 4 (à vérifier) cuisines ouvertes sur la salle intérieure et le patio bien chauffé. un agencement bien pensé qui apporte un supplément d’authenticité et d’énergie à l’endroit. Les différents plats, loin d’être prétentieux, sont servis avec générosité et font de la gare l’endroit idéal pour de grands déjeuners et dîners entre amis ou en famille.

     

    Confiée à l’incontournable Laura Gonzalez (Brasserie Auteuil, Alcazar, Noto, La Lorraine), La Gare a abandonné son cadre intimiste et élégant au profit d’une ambiance méditerranéenne, chaleureuse et animée. Si le rez-de-chaussée est davantage un salon de thé et bar à cocktails, l’espace en rez-de-jardin, complètement agrandi, bénéficie d’un agencement et d’une architecture étonnante : une salle intérieure agrémentée d’un immense patio chauffé (encerclés donc des différentes cuisines ouvertes) et d’un verdoyant jardin, le tout pouvant accueillir près de 300 personnes (200 en intérieur et 100 en extérieur). Véritable explosion de matières et de couleurs, Laura Gonzalez a soigneusement choisi les artisans et maisons qui habillent ce nouvel espace :  un sol conçu par les Atelier Zelij et fabriqué en terre cuite Fornace Brioni, de larges et aériennes suspensions colorées, de longues banquettes en tissu Ikat provenant de la maison Le Manach, d’autres tissus dessinés par Laura Gonzalez pour Pierre Frey, des suspensions en céramique placées dans le grand escalier sont signées de Beatrice Markovitch. Tout est pensé pour offrir un véritable voyage tant gustatif, que visuel et olfactif.

     

    Loin d’être prétentieux sans être populaire, La Gare, qui dans son concept rappelé La Brasserie Auteuil, néo-pizzeria cool et branchée,  vient réveiller cette partie du 16ème arrondissement.

     

  • Si vous avez connu le célèbre établissement du 16ème, anciennement une gare devenue un bistrot élégant dans les années 90, la transformation va vous surprendre. Racheté par le Moma Group (Ran, Manko, Froufrou), La Gare a subi une métamorphose pour le moins radicale tant dans sa décoration que son concept culinaire.

     

    La carte confiée au chef péruvien Gaston Acurio est à elle-seule une invitation au voyage : tapas espagnols, dim-sum chinois, sushis et makis japonais, tacos mexicains, ceviche péruvien, woks asiatiques, viandes à l’argentine, rôtisserie française grill à l’américaine… c’est un véritable tourbillon de saveurs et tour du monde culinaire que nous offre cette Gare repensée. Bien évidemment, dans le contexte gastronomique actuel, difficile de s’imaginer autant d’influences pour une même cuisine. Et bien pour parfaitement maîtriser son concept culinaire, le restaurant se dote de différentes 4 (à vérifier) cuisines ouvertes sur la salle intérieure et le patio bien chauffé. un agencement bien pensé qui apporte un supplément d’authenticité et d’énergie à l’endroit. Les différents plats, loin d’être prétentieux, sont servis avec générosité et font de la gare l’endroit idéal pour de grands déjeuners et dîners entre amis ou en famille.

     

    Confiée à l’incontournable Laura Gonzalez (Brasserie Auteuil, Alcazar, Noto, La Lorraine), La Gare a abandonné son cadre intimiste et élégant au profit d’une ambiance méditerranéenne, chaleureuse et animée. Si le rez-de-chaussée est davantage un salon de thé et bar à cocktails, l’espace en rez-de-jardin, complètement agrandi, bénéficie d’un agencement et d’une architecture étonnante : une salle intérieure agrémentée d’un immense patio chauffé (encerclés donc des différentes cuisines ouvertes) et d’un verdoyant jardin, le tout pouvant accueillir près de 300 personnes (200 en intérieur et 100 en extérieur). Véritable explosion de matières et de couleurs, Laura Gonzalez a soigneusement choisi les artisans et maisons qui habillent ce nouvel espace :  un sol conçu par les Atelier Zelij et fabriqué en terre cuite Fornace Brioni, de larges et aériennes suspensions colorées, de longues banquettes en tissu Ikat provenant de la maison Le Manach, d’autres tissus dessinés par Laura Gonzalez pour Pierre Frey, des suspensions en céramique placées dans le grand escalier sont signées de Beatrice Markovitch. Tout est pensé pour offrir un véritable voyage tant gustatif, que visuel et olfactif.

     

    Loin d’être prétentieux sans être populaire, La Gare, qui dans son concept rappelé La Brasserie Auteuil, néo-pizzeria cool et branchée,  vient réveiller cette partie du 16ème arrondissement.

     

  • Si vous avez connu le célèbre établissement du 16ème, anciennement une gare devenue un bistrot élégant dans les années 90, la transformation va vous surprendre. Racheté par le Moma Group (Ran, Manko, Froufrou), La Gare a subi une métamorphose pour le moins radicale tant dans sa décoration que son concept culinaire.

     

    La carte confiée au chef péruvien Gaston Acurio est à elle-seule une invitation au voyage : tapas espagnols, dim-sum chinois, sushis et makis japonais, tacos mexicains, ceviche péruvien, woks asiatiques, viandes à l’argentine, rôtisserie française grill à l’américaine… c’est un véritable tourbillon de saveurs et tour du monde culinaire que nous offre cette Gare repensée. Bien évidemment, dans le contexte gastronomique actuel, difficile de s’imaginer autant d’influences pour une même cuisine. Et bien pour parfaitement maîtriser son concept culinaire, le restaurant se dote de différentes 4 (à vérifier) cuisines ouvertes sur la salle intérieure et le patio bien chauffé. un agencement bien pensé qui apporte un supplément d’authenticité et d’énergie à l’endroit. Les différents plats, loin d’être prétentieux, sont servis avec générosité et font de la gare l’endroit idéal pour de grands déjeuners et dîners entre amis ou en famille.

     

    Confiée à l’incontournable Laura Gonzalez (Brasserie Auteuil, Alcazar, Noto, La Lorraine), La Gare a abandonné son cadre intimiste et élégant au profit d’une ambiance méditerranéenne, chaleureuse et animée. Si le rez-de-chaussée est davantage un salon de thé et bar à cocktails, l’espace en rez-de-jardin, complètement agrandi, bénéficie d’un agencement et d’une architecture étonnante : une salle intérieure agrémentée d’un immense patio chauffé (encerclés donc des différentes cuisines ouvertes) et d’un verdoyant jardin, le tout pouvant accueillir près de 300 personnes (200 en intérieur et 100 en extérieur). Véritable explosion de matières et de couleurs, Laura Gonzalez a soigneusement choisi les artisans et maisons qui habillent ce nouvel espace :  un sol conçu par les Atelier Zelij et fabriqué en terre cuite Fornace Brioni, de larges et aériennes suspensions colorées, de longues banquettes en tissu Ikat provenant de la maison Le Manach, d’autres tissus dessinés par Laura Gonzalez pour Pierre Frey, des suspensions en céramique placées dans le grand escalier sont signées de Beatrice Markovitch. Tout est pensé pour offrir un véritable voyage tant gustatif, que visuel et olfactif.

     

    Loin d’être prétentieux sans être populaire, La Gare, qui dans son concept rappelé La Brasserie Auteuil, néo-pizzeria cool et branchée,  vient réveiller cette partie du 16ème arrondissement.

     

Advertising
Advertising

NuméroNews


Advertising