Gros comme une balle de tennis et lourd comme un pot de confiture. Sowelô ou “découverte rare” dans la langue bantoue des Tswanas, est le doux nom du dernier caprice de Louis Vuitton. Le malletier a annoncé avoir acheté le deuxième plus gros diamant du monde, d’un poids hors du commun de 1758 carats, ou environ 350 gramme, découvert dans la mine de Karowe Botswana en avril 2019.

 

Seul risque : le Sowelô est recouvert d’une pellicule noire, qui empêche de prévoir exactement sa qualité et sa couleur définitive. Il s’agit donc d’un diamant de spéculation, qui sera évalué entre mai et juillet 2020.

 

Cet achat intervient deux mois après le rachat du joaillier Tiffany par le groupe LVMH. Le groupe de Bernard Arnault marque donc sa volonté de renforcer sa présence dans l’industrie de la joaillerie. Parmi les maisons de couture parisienne, Louis Vuitton ne fait cependant pas partie du sérail des diamantaires : la maison a présenté ses premières collections de haute joaillerie en 2009. La directrice artistique de la branche joaillerie Francesca Amfitheatrof, qui a rejoint le groupe LVMH en mars 2018, aura la charge de mettre en valeur ce diamant brut.