Advertising
9

La galaxie Versace

 

Donatella Versace et Anthony Vaccarello, duo de choc pour Versus

Blondissime madone de la mode italienne, Donatella Versace, vice-présidente du groupe Versace, propose depuis 2009 à de jeunes créateurs prometteurs de réaliser des collections pour Versus. Après Christopher Kane et J.W. Anderson, le Belge Anthony Vaccarello présentait donc, en septembre dernier, son interprétation de cette ligne iconique. Numéro a rencontré le duo de choc à New York pour un entretien croisé.

Pendant la dernière Fashion Week new-yorkaise, le défilé Versus figure dans le peloton de tête des événements les plus attendus : Anthony Vaccarello présente une première collection pour cette ligne créée en 1989 par Gianni Versace. Donatella Versace, blondissime vice-présidente du groupe Versace, a décidé en 2013 de placer Versus entre les mains du créateur belge. Ce rapprochement semble une évidence : le style sensuel de Vaccarello, nuancé d’une rigueur nordique, fait de lui le candidat idéal pour donner une interprétation contemporaine de Versus. Ce que confirme sa première collection, parfaitement aboutie : une vision de la femme Versace revue à l’aune des lignes droites et des découpes acérées propres à Anthony Vaccarello. Équilibrant les fentes, les profonds décolletés en V et les jupes très courtes qui sont autant de signatures du designer, des bermudas, des chemises d’inspiration masculine et des pantalons soulignent sa nonchalance parisienne. Numéro a rencontré Donatella Versace et Anthony Vaccarello pour recueillir leurs confidences.

 

Numéro : Donatella, vous suivez avec attention le travail d’Anthony depuis son diplôme de La Cambre. Qu’est-ce qui vous a immédiatement séduite ? Quels sont les points communs entre vos styles respectifs ?
Donatella Versace : 
J’ai été conquise par son talent dès son tout premier défilé. J’ai immédiatement pensé : “Mon Dieu! C’est tellement Versace!” Mais sa vision est très fraîche, très nouvelle. Ses lignes ont une précision clinique qui contrebalance la sensualité générale du vêtement. Ce que j’aime particulièrement chez lui, c’est que son style est très graphique. On peut comprendre la forme, la ligne, en un clin d’œil.
Anthony Vaccarello : Donatella et moi parlons tous les deux à une femme assumée et sensuelle. La mienne a simplement un côté plus français, plus nonchalant, que j’ai essayé de transposer chez Versus. À mes yeux, la femme Versace est une guerrière, qui porte le vêtement comme une arme de séduction, alors que chez moi, la femme prend le dessus sur ce qu’elle porte, sa personnalité domine toujours. Ma collection pour Versus est une synthèse de l’héritage de cette ligne mythique et de mon travail sous mon propre nom. J’aime l’idée qu’une femme puisse mêler, sur une même silhouette, des pièces d’Anthony Vaccarello et de Versus.

À mes yeux, la femme Versace est une guerrière, qui porte le vêtement comme une arme de séduction, alors que chez moi, la femme prend le dessus sur ce qu’elle porte, sa personnalité domine toujours.
Anthony Vaccarello

Les supermodels des années 90, photographiées par Richard Avedon dans ses campagnes iconiques, ont joué un rôle important dans la construction du mythe de Versace. Les top models contemporains se reconnaissent dans vos collections, Anthony, au premier rang desquels Anja Rubik, qui est aussi votre amie.
Est-ce un point commun essentiel entre l’univers de Versus et le vôtre?
Anthony Vaccarello :
 C’est un point commun essentiel, oui. Dans mes défilés, la fille qui porte le vêtement est cruciale, sa beauté doit être sublimée et non enterrée sous un déguisement. Le maquillage de mes shows est toujours très léger, la fille est prise pour être elle-même, tout est fait pour mettre en avant son énergie, sa personnalité.

Anthony, vos collections en nom propre déclinent principalement le noir et le blanc, et c’est aussi le cas de votre première collection Versus. Mais l’esprit pop de cette ligne a toujours été lié, entre autres, à l’usage de la couleur.
Donatella, Anthony, comment avez-vous résolu ensemble cette équation?
Donatella Versace :
 Le fait qu’Anthony n’emploie jamais de couleurs, à l’exception parfois d’un rouge ardent et presque électrique, m’a toujours plu. Ce choix radical appuie le caractère graphique de son style. Nous avons donc décidé que la première collection Versus d’Anthony déclinerait uniquement le noir. On oublie souvent que la première collection Versus, en 1989, était presque entièrement noire. Je l’ai d’ailleurs montrée à Anthony, qui était fasciné de la découvrir.
Anthony Vaccarello : J’ai voulu commencer cette collection comme une page blanche, concentrée sur la ligne, et Donatella m’a octroyé une totale liberté créative. Cependant j’ai proposé un imprimé, car cela me semblait incontournable. Il est inspiré d’un imprimé foulard que Gianni avait fait dans les années 90, mâtiné d’un esprit un peu BD, comme emprunté au fameux sitcom Sauvés par le gong, ce qui m’amène assez loin de mon territoire naturel [rires].
Pour la génération des trentenaires à laquelle vous appartenez, Versace représente un véritable fantasme. Nous avons grandi avec les photographies mythiques de Richard Avedon pour Versace, avec les stars habillées en Versace de pied en cap. Aviez-vous en tête toute la collection avant même de commencer à la dessiner?
Anthony Vaccarello : 
J’appartiens à la génération MTV. Lors des MTV Awards, des Grammy Awards, les stars portaient du Versace, qu’il s’agisse de Madonna, d’Elton John ou de Prince. Ce sont les images que j’ai en tête lorsque je pense à cette maison. La musique pop était alors indéfectiblement liée à la mode. Ces images m’ont tellement imprégné qu’au moment de la signature du contrat, j’avais déjà 50 croquis prêts à être réalisés. J’avais besoin d’exorciser ce souvenir de la femme des années 90, dans les campagnes mythiques d’Avedon ou de Bruce Weber.
Donatella Versace : J’étais sciée, car la collection était déjà presque terminée après notre première rencontre! En juillet, tout était fini. C’était parfait, car le fait de vendre les pièces online dès la fin du show exige cette rapidité.
Avez-vous tout de même jeté un coup d’œil aux archives?
Anthony Vaccarello :
 Oui, et c’était un vrai plaisir. J’ai découvert des pièces de Gianni que je ne connaissais pas. C’était très émouvant, car je décelais aussi des convergences entre son style et le mien.

Lady Gaga m’intriguait énormément par l’intelligence avec laquelle elle a construit son univers. Elle m’a abordée en me disant que j’étais son icône. Pour l’habiller, je lui ai ouvert les archives de Gianni.
Donatella Versace

Robe de cocktail sans manches en crêpe de soie avec piercings têtes de lion dorés, ANTHONY VACCARELLO x VERSUS VERSACE. Sandales à talons en cuir noir avec détails en métal doré, ANTHONY VACCARELLO x VERSUS VERSACE.

 

Numérique : Mary Gebhardt. Retouche : Maria Fimmano

Qu’apporte le fait de défiler à New York?
Anthony Vaccarello :
 Paris correspond à la haute couture. La Fashion Week de Milan est commerciale. Versus a toujours défilé à New York. Cette ville incarne une fraîcheur, une jeunesse qui ne sont pas trop strictement codifiées. C’est cette Fashion Week qui correspond naturellement à Versus.
Donatella, pourquoi cette décision visionnaire de vendre la collection en ligne dès la fin du défilé?
Donatella Versace :
 Pour être fidèle à son esprit originel, Versus doit aujourd’hui être lié au monde digital. Pouvoir se faire livrer la collection entière deux jours après qu’elle a défilé, c’est tout simplement essentiel, car il est absurde de devoir attendre. On a ainsi le sentiment de s’approprier une partie du défilé, quelque chose d’iconique, ce qui souligne le caractère festif de Versus.
Comment délimitez-vous les territoires respectifs de Versus et de Versace?
Donatella Versace :
 Versus montre simplement un autre aspect de la femme Versace, qui peut être tour à tour bourgeoise, audacieuse, cool ou rock’n’roll. J’aime favoriser la rencontre de différentes énergies, d’où cette collaboration entre la chanteuse M.I.A. et Versus en 2013. M.I.A. est une star incroyable, si créative.
Qu’il s’agisse de Lady Gaga ou de Jennifer Lopez, les pop stars font aujourd’hui encore partie de la famille Versace. Avez-vous le sentiment d’être vous-même une icône pop?
Donatella Versace :
 [Rire timide.] Je ne sais pas ce que je représente pour J. Lo ou Lady Gaga. J. Lo est adorable, une vraie personne et un vrai talent. Quant à Lady Gaga, elle m’intriguait énormément par l’intelligence avec laquelle elle a construit son univers. Elle m’a abordée en me disant que j’étais son icône. Pour l’habiller, je lui ai ouvert les archives de Gianni, car n’importe qui peut habiller une pop star de nos jours, il faut donc se montrer un peu plus audacieux. J’aime réellement travailler avec ces pop stars, je serais d’ailleurs incapable de faire quoi que ce soit pour des raisons de pur marketing.
Avez-vous pour le moins le sentiment d’incarner cet esprit festif que vous mentionnez souvent, qui a quelque peu disparu de la mode?
Donatella Versace :
 La mode n’est plus une fête parce que les managers ne laissent plus de place à la créativité. Or, sans les créatifs, ils ne sont rien.

Spike Lee nommé président du jury du 73e Festival de Cannes
561

Spike Lee nommé président du jury du 73e Festival de Cannes

Cinéma Quelques heures après l’annonce des nominations aux Oscars – immédiatement critiquées pour leur manque de diversité tant au niveau des genres que des nationalités – le Festival de Cannes se démarque en annonçant le nom du président du jury de sa 73e édition : celui du réalisateur afro-américain Spike Lee. Quelques heures après l’annonce des nominations aux Oscars – immédiatement critiquées pour leur manque de diversité tant au niveau des genres que des nationalités – le Festival de Cannes se démarque en annonçant le nom du président du jury de sa 73e édition : celui du réalisateur afro-américain Spike Lee.

Awkwafina, la rappeuse new-yorkaise qui perce à Hollywood
589

Awkwafina, la rappeuse new-yorkaise qui perce à Hollywood

Cinéma À 31 ans, la chanteuse américaine Awkwafina vient de gagner le prix de la Meilleure actrice dans un film comique ou musical pour son dernier rôle au cinéma dans le film L’Adieu (The Farewell) de Lulu Wang, sorti dans les salles françaises aujourd'hui. Portrait d’une artiste-interprète engagée. À 31 ans, la chanteuse américaine Awkwafina vient de gagner le prix de la Meilleure actrice dans un film comique ou musical pour son dernier rôle au cinéma dans le film L’Adieu (The Farewell) de Lulu Wang, sorti dans les salles françaises aujourd'hui. Portrait d’une artiste-interprète engagée.

Advertising
Pourquoi “Magdalene” de FKA twigs est l'album de l'année
765

Pourquoi “Magdalene” de FKA twigs est l'album de l'année

Musique Après presque cinq ans d’absence et une sortie repoussée plusieurs fois, FKA twigs a enfin dévoilé vendredi dernier son deuxième album : Magdalene. En neuf titres, l’auteure-compositrice-interprète britannique prouve sans hésitation que le résultat valait l’attente, transportant les auditeurs dans une odyssée émotionnelle où elle apparaît plus vulnérable et puissante que jamais. Retour sur les ingrédients qui font le succès d'un nouvel opus aussi surprenant que magistral. Après presque cinq ans d’absence et une sortie repoussée plusieurs fois, FKA twigs a enfin dévoilé vendredi dernier son deuxième album : Magdalene. En neuf titres, l’auteure-compositrice-interprète britannique prouve sans hésitation que le résultat valait l’attente, transportant les auditeurs dans une odyssée émotionnelle où elle apparaît plus vulnérable et puissante que jamais. Retour sur les ingrédients qui font le succès d'un nouvel opus aussi surprenant que magistral.

Sofiane Pamart, le virtuose qui sidère les rappeurs
978

Sofiane Pamart, le virtuose qui sidère les rappeurs

Musique À 28 ans, le pianiste Sofiane Pamart a collaboré avec les deux tiers des rappeurs français. Pur produit du Conservatoire, le virtuose est pourtant seul sur “Planet”, un album de musique classique disponible le 22 novembre prochain. Entre souvenirs de voyage et destinations fantasmées, il transcrit en musique les panoramas du monde et chacun des douze morceaux de ce disque porte le nom d’une ville. À 28 ans, le pianiste Sofiane Pamart a collaboré avec les deux tiers des rappeurs français. Pur produit du Conservatoire, le virtuose est pourtant seul sur “Planet”, un album de musique classique disponible le 22 novembre prochain. Entre souvenirs de voyage et destinations fantasmées, il transcrit en musique les panoramas du monde et chacun des douze morceaux de ce disque porte le nom d’une ville.

Rencontre avec Djebril Zonga, star du film “Les Misérables”
873

Rencontre avec Djebril Zonga, star du film “Les Misérables”

Cinéma Dans “Les Misérables”, le film du réalisateur Ladj Ly, qui représentera la France dans la course aux Oscars, Djebril Zonga incarne Gwada, un policier toujours sur la brèche, officiant à Montfermeil. Au sein d’un trio infernal, l’acteur campe son personnage avec une justesse unanimement saluée par la critique. Découvrez en avant-première des extraits de l'entretien à paraître dans le Numéro de décembre-janvier. Dans “Les Misérables”, le film du réalisateur Ladj Ly, qui représentera la France dans la course aux Oscars, Djebril Zonga incarne Gwada, un policier toujours sur la brèche, officiant à Montfermeil. Au sein d’un trio infernal, l’acteur campe son personnage avec une justesse unanimement saluée par la critique. Découvrez en avant-première des extraits de l'entretien à paraître dans le Numéro de décembre-janvier.

“Les Misérables” : confessions du réalisateur Ladj Ly
973

“Les Misérables” : confessions du réalisateur Ladj Ly

Cinéma Avant d’investir le cinéma, sa caméra a d’abord été pour lui un outil de vigilance citoyenne. Habitant d’une cité de Montfermeil et membre du collectif Kourtrajmé, le réalisateur Ladj Ly a commencé son parcours en filmant la vie de son quartier. Vingt ans plus tard, son film “Les Misérables”, qui raconte une bavure policière dont il a été le témoin, a été sélectionné à la surprise générale en compétition à Cannes et a décroché le prix du Jury. Ce film engagé, essentiel aujourd’hui, est désormais en lice pour la course aux Oscars, où il représente la France.  Avant d’investir le cinéma, sa caméra a d’abord été pour lui un outil de vigilance citoyenne. Habitant d’une cité de Montfermeil et membre du collectif Kourtrajmé, le réalisateur Ladj Ly a commencé son parcours en filmant la vie de son quartier. Vingt ans plus tard, son film “Les Misérables”, qui raconte une bavure policière dont il a été le témoin, a été sélectionné à la surprise générale en compétition à Cannes et a décroché le prix du Jury. Ce film engagé, essentiel aujourd’hui, est désormais en lice pour la course aux Oscars, où il représente la France. 



Advertising