16 Octobre

9 restaurants à découvrir pendant la FIAC 2018

 

Dès le 17 octobre, la FIAC va faire vibrer Paris au rythme de grandes manifestations artistiques et culturelles, découvrez 9 nouveaux restaurants parisiens pour déjeuner, dîner ou simplement prendre un verre.

Par Léa Zetlaoui, et Thibaut Wychowanok

Girafe © Adrien Dirand

Girafe © Adrien Dirand

Si vous êtes au Palais de Tokyo :

 

GIRAFE 

 

Niché au sein de la Cité de l’architecture et du design, sur la place du Trocadéro, Girafe s’est déjà imposé comme le restaurant de la rentrée avec sa vue imprenable sur la tour Eiffel et sa décoration années 30 imaginée par l’incontournable Joseph Dirand. Bar en marbre, terrasse ample, pilastres et tons beiges, crèmes et fumés accueillent déjà le Tout-Paris, qui vient y déguster la cuisine de Benoît Dargère, un chef dont le talent fait honneur aux produits de la mer sous toutes leurs formes, du turbot au homard en passant par le sashimi.

 

1, place du Trocadéro, Paris XVIe 01 40 62 70 61

Apicius

Apicius

Si vous êtes à Paris International :

 

APICIUS 

 

Niché dans un petit château du XIXe siècle, Apicius resplendit de nouveau depuis que Laurent de Gourcuff et Mathieu Pacaud (Divellec) ont repris les rênes de l’établissement. Pour magnifier les lieux, la légende de l’architecture d’intérieur François-Joseph Graf a soigné les trompe-l’œil. En cuisine, Mathieu Pacaud fait des merveilles avec des produits d’exception : homard bleu des îles Chausey, saint-pierre, jus de piperade à la marjolaine, pigeon de Bresse, mousseline de betteraves crapaudines à l’amarante fraîche... Et le jardin n’a pas d’équivalent à Paris.

 

20, rue d’Artois, Paris VIIIe 01 43 80 19 66.

Hôtel de Berri © Eric Laigniel

Si vous êtes au Grand Palais :

 

HOTEL DE BERRI 

 

Derrière sa façade protégée datant des années 70, cet hôtel raffiné mêle Art déco, service d’exception et charme flamboyant. Dans les chambres, tapisseries et meubles vintage côtoient des équipements high-tech élégamment dissimulés. Joyau du lieu : le bar capitonné donnant sur un immense jardin. Enfin, un restaurant italien, le Schiap, baptisé en hommage à Elsa Schiaparelli qui habita à cette adresse, sert une cuisine gourmande sous une fresque dédiée à la mode parisienne.

 

18-22, rue de Berri, Paris VIIIe 01 76 53 77 70.

 

 

L'Abysse au Pavillon Ledoyen © Nicolas Lobbestael

L'Abysse au Pavillon Ledoyen © Guillaume de Laubier

L’ABYSSE

Au sein de son prestigieux Pavillon Ledoyen, le chef Yannick Alléno inaugure son comptoir à sushis, avec le maître japonais Yasunari Okazaki. Cinq artistes ont été sollicités pour décorer cet espace de douze couverts, parmi lesquels Tadashi Kawamata, qui a imaginé une œuvre monumentale composée de 80 000 baguettes, et William Coggin, un mur corallien en céramique. Avec ces trois menus (Déjeuner, Rencontre et Omakase), Yannick Alléno propose de redécouvrir la cuisine japonaise à laquelle il associe des produits d’une fraîcheur extraordinaire, des recettes d’une précision extrême, son expertise de la sauce ainsi que les pâtisseries d’Aurélien Rivoire.

 

Carré des Champs- Élysées, 8, avenue Dutuit, Paris VIIIe.
Ouvert du mardi au samedi, au déjeuner
et au dîner.

Astair

Astair

Si vous êtes au jardin des Tuileries, remontez vers le Sentier et les Grand Boulevards....

 

ASTAIR 

 

Dans le très animé passage des Panoramas, Jean Valfort, Charles Drouhaut et Jean-François Monfort inaugurent leur nouvelle adresse, Astair. C’est du côté de la cuisine traditionnelle française que les trois fondateurs et le chef étoilé Gilles Goujon ont pioché leur inspiration pour imaginer une carte qui invite au partage : œuf parfait aux champignons et brioche en entrée, suivi de “plats bourgeois” tels que la caille fermière rôtie, la souris d ’agneau, le cabillau demi-sel en tchoutchouka, et surtout la cocotte de poissons et fruits de mer à la rouille et au safran. Le décorateur et architecte d’intérieur Tristan Auer propose, quant à lui, une version chaleureuse, contemporaine et presque féminine de la brasserie, avec un sublime espace bar composé d’un mur arborant une sorte de paysage abstrait en laiton projeté et patiné, d’un bar de ferronnier d’art au dessin marbré orangé, de hauts sièges rouges et enfin d’un beau plafond fait de cercles concentriques lumineux.

 

19, passage des Panoramas, Paris IIe 09 81 29 50 95

Jòia  © Nicolas Buisson

Jòia  © Nicolas Buisson

JÒIA 

 

Délaissant la rive gauche, la cheffe originaire du Sud-Ouest Hélène Darroze installe Jòia, son nouveau restaurant, dans le IIe arrondissement. La salle du rez-de-chaussée, avec cuisine ouverte, fait rimer convivialité et créativité avec notamment ses raviolis au potiron et son merlu à partager. Le premier étage accueille un bar à cocktails avec des propositions surprenantes : gin Tanqueray infusé à l’huile de coco, rhum plantation à l’ananas, jus de citron vert et champagne brut… De plus, un happy hour, des plateaux de fruits de mer et des jeux de société sont proposés entre 17 et 19 heures.

 

39, rue des Jeûneurs, Paris IIe 01 40 20 06 06

La Poule au Pot © Nicolas Lobbestael

La Poule au Pot © Hervé Goluza

Si vous êtes au Centre Pompidou :

 

LA POULE AU POT

 

Après un livre sur la cuisine zéro gras, le chef Jean-François Piège reprend le célèbre bistrot La Poule au Pot fondé en 1935 dans le quartier des Halles, où, témoins de sa glorieuse histoire, de petites plaques sont gravées du nom des célébrités qui y avaient leurs habitudes. Conservant le décor authentique du lieu, le chef étoilé se réapproprie la cuisine bourgeoise, savamment rééquilibrée. Dans de jolis plats chinés en argent, on découvre escargots, cuisses de grenouille, asperges en entrée, suivis de plats traditionnels comme la blanquette de veau, le merlan frit ou le hachis parmentier. En dessert, la tarte et le clafoutis sont à l’honneur. Une brillante célébration du patrimoine culinaire français.

 

9, rue Vauvilliers, Paris Ier 01 42 36 32 96

Le Salon Marais

Le Salon Marais

Si vous êtes dans le Marais :

 

SALON MARAIS

Dans une ambiance aussi chaleureuse que conviviale, Salon Marais réinvente les recettes levantines à coups d’épices et de bonne humeur. On déguste, dans de petites assiettes à partager, le duo de houmous parfumé et coloré, la délicieuse aubergine au quinoa, grenades, Chraimeh et Djajik, des artichauts poivrade à la levantine, des plats généreux comme un tartare et sa sauce secrète, un “Magret Royal” : orange et figues rôties, sur lit de patates douces au Tahini ou encore un shawarma qui pleure, inspiré de la célèbre recette asiatique. On se laisse aussi tenter par les bowls sains et savoureux et par les desserts gourmands et surprenants.

 

 3, rue du Roi Doré, Paris IIIe 01 40 27 85 31

 

 

Perruche

Perruche

Si vous faites une pause shopping :

 

PERRUCHE

 

Sur le toit du Printemps de l’Homme, ambiance festive et décontractée, avec une vue sur Paris à couper le souffle, 500 m2 de terrasse végétale, des horaires allongés, une carte fraîche et colorée et des cocktails signés Nicolas de Soto, sacré meilleur bartender 2014. Au menu : tataki de thon, tartare de dorade ou salade d’aubergines fumées en entrées, queue de homard à la braise, coquelet de Bresse et filet de bar de ligne en plats, et, en desserts, des créations aux accents exotiques.

 

Printemps de l’Homme, 9e étage. 2, rue du Havre, Paris IXe 01 42 82 60 00

NuméroNews