231


Commandez-le
Numéro
31 4 lieux parisiens incontournables pour se téléporter dans les années 2000

4 lieux parisiens incontournables pour se téléporter dans les années 2000

Lifestyle

Crop top à strass Dior, jean taille basse révélant le tatouage dauphin d'une fille qui se déhanche au son de Toxic de Britney Spears écouté sur un baladeur... Tel est le genre de silhouette que l'on peut aujourd'hui croiser dans certains lieux en vue de la capitale. Que cela passe par les soirées à thème ou les tendances dans la mode, le constat est clair : les années 2000 reviennent en force dans la culture pop. Zoom sur quatre évènements parisiens qui ont de quoi réconcilier avec l'ère Y2K (à prononcer "waï tou kè" pour “year 2000”) : les soirées La Darude, l’évènement Britney Market et les boutiques Chez Snow Bunny et Acid Violette.

  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo
  • ©Oriane Robaldo

    ©Oriane Robaldo ©Oriane Robaldo

1/45

1. Aux soirées de La Darude… looks fluo, glamour et verres teintés exigés

 

 

Les billets se vendent en moins de cinq minutes, les créateurs sont passionnés et le public survolté… depuis plusieurs années Alexia Petit, Karl Dié et Romaric Gouali, né.e.s au début des années 90, sont aux commandes des soirées La Darude, parmi les plus prisées de la capitale française ces dernières années. Leur nom est un hommage à une figure tutélaire de la nuit, le mythique producteur et DJ de dance et house progressive finlandais Darude, auteur du tube Sandstorm. Après leur première soirée en novembre 2018 à la Java, les trois fondateurs ont tenu bon durant les périodes de confinement, pour revenir plus forts que jamais en juin 2021. Depuis, les Darude ont lieu une fois par mois, dans des salles comme Le Trabendo ou à La Machine du Moulin Rouge. Elles affichent toujours "complet", et si les tickets partent comme des petits pains pour le plus grand bonheur des organisateurs, c'est aussi pour le plus grand malheur des lofteurs n’ayant pas réussi à dégoter une place. "Les lofteurs", c’est comme ça que les équipes de La Darude appellent leur communauté. Leur marque de fabrique ? Un sens du style extrêmement travaillé : hauts transparents, lunettes de vitesse, paillettes sur le visage, combinaisons multicolores… chaque détail est minutieusement étudié. Pour faire monter la mayonnaise, les DJ mettent le feu au dance-floor en mixant de l’eurodance, de la trance, de la nightcore et évidemment des titres phares des années 2000 comme Evacuate The Dancefloor du groupe allemand Cascada ou Seek Bromance de Tim Berg.

 

Pourquoi avoir choisi les années 2000 comme point d'ancrage ? Pour Romaric Gouali, la réponse est simple : "Les gens sont nostalgiques de cette période, cette époque hyper créative, intense, accessible où nous étions complètement insouciants." Les beats euphorisants invitent chacun à lâcher prise pour se laisser entraîner dans la fête. "Tu partages un moment et une expérience, tout le monde chante en même temps, les gens se désinhibent complètement, c’est unique", commente Karl Dié. Les stars, ici, ce sont les lofteurs : le DJ est placé au milieu de la salle, partageant l'énergie des danseurs déchaînés qui se trémoussent autour de lui. Chaque mois, les soirées ont un thème différent. Le 19 février, c'était “Loft des cœurs brisés”, en référence à l’émission Loft Story, et le 26 mars, “Spring break”. "Kikou les lofteurs, ça baigne ? Ambiance boys and girlz au cœur de la villetta beach, le loft du Trabendo accueillera la sunday night la plus barrée du printemps. Attention aux excès de vitesse car ce Spring break vous rendra complètement zinzin", annonçait, avant l'événement, l'équipe de La Darude sur sa page Instagram. Et les lofteurs n'ont pas été déçus. La peur de la "faute de goût" ne guette personne puisque l'équipe de La Darude elle-même ne recule devant rien pour mettre le feu aux poudres… plus c'est kitsch, plus on aime ! Pluie de sucettes Chupa Chups, "roue des folies" où chacun peut tenter sa chance et gagner shots, cocktails, lunettes de soleil, tee-shirts… ou encore loftpass. Le succès est tel que La Darude va désormais s’étendre à travers la France et sera notamment présente dans certains festivals comme le Panoramas, le 16 avril à Morlaix. 

2. Chez Snow Bunny, la boutique qui ressuscite les années 2000

 

 

Victoria Sapet a toujours eu un goût prononcé pour l'ambiance kitsch, rebelle et féministe des années 2000. Une passion qui conduit en 2021 la Parisienne à fonder Chez Snow Bunny, boutique de référence de cette période nichée au cœur du Marais. Bercée par la chaîne musicale MTV, Skyblog, la messagerie MSN, le magazine pour adolescents Fan 2, les posters et le R’n’B, la fondatrice évoque ses icônes de l'époque avec des étoiles plein les yeux : "J'adorais Gwen Stefani pour son côté garçon manqué, portant des baggys et teinte en blond platine. Et aussi Fergie, des Black Eyed Peas, avec ses looks reconnaissables entre tous et son énergie trop bad." Mais comment est née sa passion pour la mode de cette époque ? “Le début des années 2000 représente pour moi tous les looks que je rêvais de porter, mais qu’il m’était impossible d’avoir parce que j'étais trop jeune", confie la jeune femme née en 1995. Pour elle, "l’étymologie du mot 'vintage'  – signifiant "vingt ans d'âge" ne ment pas  : le début des années 2000 est maintenant vintage, et tous les 20 ans, la mode forme une boucle." Dans sa boutique trônent ainsi les pièces cultes de ces années-là, principalement de seconde main : des lunettes de soleil, les pantalons taille basse et les chaussures à plateforme. Sa sélection est dictée par son regard pointu. Maquilleuse de formation, Victoria est en effet une véritable experte du look. Elle est d'ailleurs intervenue comme maquilleuse et coiffeuse sur le tournage de divers clips, comme Démons d’Angèle et Damso et La Lune et le Soleil de Bonnie Banane. Elle espère, à terme, ouvrir une boutique plus grande que celle qui existe déjà.

 

 

Chez Snow Bunny, 12 rue Dupetit-Thouars, 75003 Paris.

3. La Britney Market, premier évènement 100% années 2000

 

 

Nouvel événement en vogue à Paris, la Britney Market a été conçu pour les fans des années 2000. Britney Spears c’est l’icône des années 2000, explique-t-elle. Elle est pour moi l'incarnation de cette époque. Le nom de l'événement s'est donc imposé de lui-même", confie sa fondatrice Juliette Rocheteau. Créatrice en 2020 de la friperie en ligne Dark Sisters, cette experte de la mode observe elle aussi le retour en force, aujourd'hui, de "la liberté du sexy des années 2000, avec les poils et les bourrelets qui dépassent du pantalon taille basse. C’est aussi l’état d’esprit girl power, provocant, bling-bling, exubérant, mais aussi underground". Constatant qu'il n'existe pas de boutique ciblée exclusivement sur la mode des années 2000 pour les 15-25 ans nostalgiques de cette période, elle décide donc de se lancer et crée un événement centré sur ces années qui ont bercé son enfance Lancé en octobre 2021, la Britney Market se tient une fois par mois, sur une ou deux journées dans des lieux qui changent au fil des éditions, du Consulat à la Floréal de Belleville. Sur le principe d’un marché, la manifestation met en avant une trentaine d’exposants. Vêtements, bijoux, tatouages, piercings, gems, nail art, tout est possible au Britney Market tant que l’identité des années Y2K est respectée. Fan de Buffy contre les vampires comme des anciens looks d’Angelina Jolie arborés sur les tapis rouge, la jeune femme de 26 ans met tout en œuvre pour que ses clients voyagent dans le passé, l'espace d'une après-midi. "J'ai envie que les clients ressortent en étant des bad bitches, les cils refaits, un tatouage 2000 sur le corps, des strass sur les dents, le tout avec le taille basse et le crop-top de leurs rêves." Un événement qu'elle espère bien étendre prochainement à d'autres villes de France…

4. Acid Violette : corsets et accessoires bling-bling, le cocktail glamour des Y2K

 

 

Âgée de seulement 20 ans, la jeune Margaux Jeanjean met fin à ses études de mode et ouvre, en novembre 2021, Acid Violette. Sise dans le nord du Marais, sa boutique vintage fait déjà un carton auprès des fans de crop-tops, hauts à strass, pantalons taille basse, corsets, bijoux multicolores, sacs  bling-bling et manteaux de fourrure de toutes les couleurs. "J’aime l’esthétique des années 2000, raconte-t-elle. Que les femmes prennent le contrôle sur leurs corps avec des fringues à la limite du vulgaire et du kitsch”. Son icône à elle, c’est Musa, la fée de la musique dans les Winx (2004). "Je m’inspire des films et séries des années 2000 et avant de me rendre chez mes fournisseurs, je fais un moodboard sur Pinterest et je regarde beaucoup de vidéos TikTok, c’est une bonne source d’inspiration". Chaque semaine, Margaux Jeanjean renouvelle son offre et chine également à la pièce, chez Emmaüs, par exemple. Toute la difficulté de sa mission et l'intérêt de sa boutique réside dans la précision de l'offre. Proposer un assortiment cohérent dans ce style ultra spécifique demande énormément de temps, afin de choisir au mieux les pièces qui seront mises en vente. Le public qu’elle vise va de 15 à 25 ans pour des hauts vendus entre 5 et 20 euros et des pantalons coûtant de 10 à 25 euros. Selon elle, "ça fait déjà deux-trois ans que les années 2000 reviennent en force et je pense que ce n’est pas qu’une simple phase éphémère. Je suis persuadée que ce mouvement va perdurer".

 

 

Acid Violette, 29 rue Notre-Dame-de-Nazareth, 75003 Paris