333

Quels sont les nouveaux clubs parisiens ?

 

Réouverture du Palace, nouveaux clubs underground et boîtes de nuit à la décoration tropicale, la vie nocturne parisienne sort des sentiers battus pour mieux retrouver son statut de “Ville Lumière”.

Le Salò

 

À la place du Social Club, fermé en juin, se tient désormais un club artistique célébrant l'underground et la contre-culture. Créé par les propriétaires du Social, l’agence Manifesto, également responsable du Silencio et du Wanderlust, le lieu provoque déjà la polémique puisque le nom de Salò, référence au brûlot de Pasolini demeure aussi un symbole du fascisme mussolinien. L'endroit (proche du Silencio dans sa configuration) se rattrape avec son concept, séduisant de résistance, prônant la liberté créative, et sa direction artistique assurée par la sémillante équipe des soirées Flash Cocotte. Abel Ferrara a ainsi ouvert le bal de 120 nuits orchestrées par 40 artistes. Un trailer prometteur.

 

142, rue Montmartre, Paris IIe.

www.salo-club.com

Le Macumba

 

L'ancien Slow Club rouvre ses portes sous le nom d'un club de province, mais c'est bien les branchés qu'il veut séduire. Repris en mains par l'agence Walt (Le Comptoir Général, le Marché Noir), son grand point fort réside dans sa décoration dépaysante, inspirée autant par l’Égypte antique (sarcophages compris) que par les grandes pop stars d'un autre siècle (tels Prince ou Madonna). Le noctambule pénétrera dans un antre exotique digne d'Indiana Jones qui change de l'uniformisation mondiale du clubbing. Au programme, dj sets funk/hip hop, concerts, cours de moonwalk, danses en talons aiguilles, et sélection de ses propres morceaux. En 2017, le Macumba prévoit même un musée ouvert le jour dédié à la “mythologie de la pop”. Ambitieux.

 

130, rue de Rivoli, Paris Ier.

www.macumba.club

Le Jangal

 

Il fut un temps où le Paris Paris était le meilleur club parisien, animé par la French touch 2.0. Depuis, beaucoup d'organisateurs de soirées se sont succédé dans l'antre du 5, avenue de l'Opéra, sans réussir à rallumer la flamme d'antan. Le Jangal réussit à redonner un peu de chaleur aux murs en optant pour une décoration de jungle chic (feuillages descendant du plafond, masques tribaux, gorille), une programmation hip-hop oldschool et des cocktails racés comme un whisky-pop corn.

 

5, avenue de l'Opéra, Paris Ier.

www.jungle.paris

Le Palace Club

 

Après les Bains Douches, c'est un autre club mythique des années 80 qui renaît de ses cendres. Si le nouvel ADN du lieu (disco, funk, house plutôt mainstream) est loin de Grace Jones et des soirées costumées de l'âge d'or du cultissime repaire de Karl Lagerfeld et d'Alain Pacadis, la nostalgie fonctionne. Ceux qui sont nés avec Internet découvriront ainsi, émus, le Privilège, rebaptisé Le Palace Club, et réanimé depuis le 20 octobre.

 

8, rue du Faubourg-Montmartre, Paris IXe.

Le Prism

 

À partir du 18 novembre, le Prism s'évertuera à mettre en lumière toutes les facettes de la jeune génération house et techno venue de Paris, Londres et Berlin. Dans un lieu intimiste situé en sous-sol (et gratuit le week-end), 400 noctambules férus de musique électronique pointue pourront profiter du dancefloor rectangulaire et du fumoir vitré en découvrant des talents alternatifs émergents.  

 

5 rue de Dunkerque, Paris Xe.

Le Kabukichō

 

Autoproclamé premier microclub de la capitale, cet ancien bar à hôtesses de South Pigalle, un temps baptisé L’Isolé (ex-club karaoké), doit son nom au quartier chaud de Tokyo. Dans ce bar à cocktails japonisant, la température monte grâce aux photos d'Araki et aux sculptures érotiques d’Inès Longevial qui s'acoquinent avec des DJ sets électro/house/disco/rap de qualité dans une luminosité idéalement feutrée.

 

14, rue Frochot, Paris IXe.

www.kabukicho.fr

 

 

 

Par Violaine Schütz

L’institution parisienne Le Laurent nomme le jeune chef Justin Schmitt
123

L’institution parisienne Le Laurent nomme le jeune chef Justin Schmitt

Food Le jeune chef Justin Schmitt prend la direction des cuisines du Laurent, véritable institution parisienne située sur les Champs-Élysées et récompensée d'une étoile au Guide Michelin. Le jeune chef Justin Schmitt prend la direction des cuisines du Laurent, véritable institution parisienne située sur les Champs-Élysées et récompensée d'une étoile au Guide Michelin.

Le plus beau rooftop de Paris vient d'ouvrir
930

Le plus beau rooftop de Paris vient d'ouvrir

Food La Maison Perrier-Jouët dévoile un restaurant éphémère sur un rooftop à Paris où les champagnes se dégustent avec les créations du Chef étoilé Akrame Benallal au milieu d’une nature luxuriante et colorée. À découvrir jusqu’au 23 juin 2019. La Maison Perrier-Jouët dévoile un restaurant éphémère sur un rooftop à Paris où les champagnes se dégustent avec les créations du Chef étoilé Akrame Benallal au milieu d’une nature luxuriante et colorée. À découvrir jusqu’au 23 juin 2019.

L’Hôtel de Crillon inaugure son yacht club pour célèbrer les 100 ans du Negroni
123

L’Hôtel de Crillon inaugure son yacht club pour célèbrer les 100 ans du Negroni

Food L’Hôtel de Crillon fête les 100 ans du Negroni avec un yacht club signé Alexandre Benjamin Navet dans sa cour intérieure. Jusqu’au 4 octobre 2019, le yacht club propose des recettes italiennes accompagnées, bien sûr, du célèbre cocktail florentin. L’Hôtel de Crillon fête les 100 ans du Negroni avec un yacht club signé Alexandre Benjamin Navet dans sa cour intérieure. Jusqu’au 4 octobre 2019, le yacht club propose des recettes italiennes accompagnées, bien sûr, du célèbre cocktail florentin.

Gainsbourg inspire un bar à cocktails à Opéra
1

Gainsbourg inspire un bar à cocktails à Opéra

Food Inspiré des mémorables soirées qu'a vécu l'agitateur Serge Gainsbourg, le bar à cocktails et club privé Baby Doll nous plonge dans l'ambiance noctambule du Paris des années 70 et 80.  Inspiré des mémorables soirées qu'a vécu l'agitateur Serge Gainsbourg, le bar à cocktails et club privé Baby Doll nous plonge dans l'ambiance noctambule du Paris des années 70 et 80. 

Matsuhisa Niwa, un restaurant japonais ultra zen au Royal Monceau
788

Matsuhisa Niwa, un restaurant japonais ultra zen au Royal Monceau

Food Le Royal Monceau s’associe à la Maison Ruinart et ouvre Matsuhisa Niwa, un restaurant éphémère au cœur d’un jardin japonais. Jusqu’à fin juillet 2019, tous les jeudis et vendredis, le restaurant accueille 8 convives sur réservation. Le Royal Monceau s’associe à la Maison Ruinart et ouvre Matsuhisa Niwa, un restaurant éphémère au cœur d’un jardin japonais. Jusqu’à fin juillet 2019, tous les jeudis et vendredis, le restaurant accueille 8 convives sur réservation.