806

Wim Wenders fait revivre le cinéma italien des années 50 pour Persol

La maison Persol ressuscite l’âge d’or du cinéma italien des années 50 dans un court-métrage signé du cinéaste culte Wim Wenders.

Pour accompagner la nouvelle version de son mythique modèle Cellor, né en 1955, la maison Persol a voulu rendre hommage à l’âge d’or du cinéma italien, dont ces lunettes sont devenues un symbole. Nul ne semblait mieux choisi que Wim Wenders pour tourner le court-métrage mettant en scène ses nouvelles montures. “Peut-être parce que je porte des Persol depuis quarante ans”, ou peut-être aussi parce que j’ai connu Federico Fellini, Marcello Mastroianni et écrit un film avec Michelangelo Antonioni [Par-delà les nuages, 1995].”

 

C’est au studio Cinecittà de Rome que le réalisateur allemand s’est installé pour tourner Vai, Paparazzo!, un mini-film qui reprend les codes esthétiques chers au cinéma italien des années 50. Dans un jeu de noir et blanc vibrant et de lumière brûlante et glamour (obtenu grâce à une caméra ultra sophistiquée) Francesca Pasquini, Filippo Giusti et Giulio Berruti, jeunes acteurs romains en vogue, font revire l’esprit de La Dolce Vita en même temps que Wim Wenders livre sa vision de cette période dorée. “La maison m’a vraiment laissé carte blanche, et c’était important pour moi. Je devais être libre pour retranscrire ce qui a rendu cette époque si brillante : la liberté”, confie le maître. Incarnant un personnage de ce court-métrage, le metteur en scène devient également le visage des lunettes Cellor, puisque c’est lui qui pose en personne devant l’objectif de Tom Craig pour la campagne. Une rencontre évidente.

 

 

www.persol.com

 

 

 

Par Louis Bompard

 

Pourquoi faut-il dîner chez Takaramono?
1

Pourquoi faut-il dîner chez Takaramono?

Food Ouvert il y a an, le restaurant Takaramono fusionne les gastronomies japonaise et méditerranéenne avec une subtilité rarement vue. Ce printemps, il s'associe à La Compagnie Française de l’Orient et de la Chine et imagine une association mets/vaisselle aussi belle que bonne.  Ouvert il y a an, le restaurant Takaramono fusionne les gastronomies japonaise et méditerranéenne avec une subtilité rarement vue. Ce printemps, il s'associe à La Compagnie Française de l’Orient et de la Chine et imagine une association mets/vaisselle aussi belle que bonne. 

Découvrir l'authentique café à la française chez Verlet
1

Découvrir l'authentique café à la française chez Verlet

Food À quelques mètres du musée Louvre, une des plus vieilles brûleries de Paris propose toujours des cafés et thés d'exception, accompagnés de délicieuses pâtisseries.  À quelques mètres du musée Louvre, une des plus vieilles brûleries de Paris propose toujours des cafés et thés d'exception, accompagnés de délicieuses pâtisseries. 

CoCo, le restaurant de l’Opéra de Paris à découvrir absolument
1

CoCo, le restaurant de l’Opéra de Paris à découvrir absolument

Food En 2019, l'Opéra de Paris fête ses 350 ans et inaugure son tout nouveau restaurant, CoCo, à l'esprit Art déco façon Gatsby le Magnifique.  En 2019, l'Opéra de Paris fête ses 350 ans et inaugure son tout nouveau restaurant, CoCo, à l'esprit Art déco façon Gatsby le Magnifique. 

Un brunch en terrasse dans un cadre idyllique avec Apicius
945

Un brunch en terrasse dans un cadre idyllique avec Apicius

Lifestyle Non loin des Champs-Élysées, le restaurant Apicius dévoile fin mai sa nouvelle terrasse accompagnée d’une nouvelle carte de brunch. Découvrez ce précieux morceau de nature en plein cœur de Paris. Non loin des Champs-Élysées, le restaurant Apicius dévoile fin mai sa nouvelle terrasse accompagnée d’une nouvelle carte de brunch. Découvrez ce précieux morceau de nature en plein cœur de Paris.

Redécouvrir la cuisine israélienne chez Blitz
763

Redécouvrir la cuisine israélienne chez Blitz

Food Blitz est le nouveau temple de la cuisine israélienne à Paris : Charleli Frati, son propriétaire, y propose des spécialités ashkénazes et séfarades qui invitent à l’évasion. Blitz est le nouveau temple de la cuisine israélienne à Paris : Charleli Frati, son propriétaire, y propose des spécialités ashkénazes et séfarades qui invitent à l’évasion.