386

Alexander McQueen, portrait d’un créateur audacieux au destin légendaire

 

À l’occasion de la sortie de la biographie d’Alexander McQueen, “Blood Beneath the Skin”, par Andrew Wilson, qui dévoile le parcours atypique et émouvant du créateur, Numéro revient sur l’univers de ce visionnaire tragiquement disparu.

386

Son crâne rasé, allié à son légendaire franc-parler, et son accent cockney lui ont valu les surnoms de “bad boy” ou de “hooligan”… Les bien-pensants se sont souvent offusqués de son esprit provocateur. Tout en se réjouissant secrètement du frisson d’interdit qu’il insufflait à une industrie de plus en plus policée. Alexander McQueen a essuyé, comme d’autres avant lui, les critiques qui sont le lot des esprits libres et avant-gardistes. Mais chaque saison, on se pressait pour voir son défilé dont la mise en scène, souvent audacieuse et spectaculaire, constituait un événement marquant, un moment de poésie qui allait au-delà d’une simple présentation de collection. Ses vêtements, proches de la haute couture, romantiques et sombres, auraient pourtant suffi à attirer l’attention sur lui. Mais pour Alexander McQueen, ils s’inséraient dans un message plus large, que formulait le défilé dans son ensemble.

 

McQueen artiste ? Orchestrateur de performances, indéniablement. Le créateur a scrupuleusement repoussé toutes les limites du défilé de mode traditionnel, secoué son public en intégrant dans ses présentations des éléments perturbateurs. Ou comment l’horreur infiltre le beau pour le guider vers le sublime. “J’utilise les choses que les gens cachent, la guerre, la religion, le sexe, et je les force à les regarder”, a-t-il un jour déclaré. En 1995, le sexe sert même de métaphore à la politique : dans sa collection Highland Rape, les vêtements déchirés et l’air hagard des mannequins font allusion, expliquera-t-il par la suite, au “viol de l’É​cosse par l’Angleterre”… En 1999, Aimee Mullins, athlète amputée des deux jambes, défile sur des prothèses de bois sculpté. Le handicap se frotte à la beauté idéale pour élargir sa définition. Au-delà de la volonté de choquer, c’est bien le corps que McQueen replace au centre de la problématique de la mode. Illustrant le caractère nécessairement morbide de la quête de beauté parfaite, la dialectique du fantasme s’inscrit violemment dans la chair. Jusqu’à la faire disparaître et la remplacer, comme en mars 2006, par un évanescent hologramme de Kate Moss, et jusqu’à la torturer sous l’œil terrifié des spectateurs, dans les vingt minutes de course folle et de dérapages du défilé Deliverance, inspiré du film On achève bien les chevaux. Sadisme et cruauté, voilà le programme : les loups sont dans la bergerie. Ou plutôt à la Conciergerie, où il présente, en mars 2002, sa collection hiver dans un décor constitué de canidés hurlants en cage. 

 

Démiurge à ses heures, McQueen expérimente avec la danse, la peinture, le théâtre, tous invités dans ses spectacles dantesques. Leurs tirs croisés produisent des étincelles. En 1999, Shalom Harlow se tient immobile sur un plateau tournant, pendant que deux immenses bras articulés aspergent sa robe blanche de peinture jaune et noire. Alexander McQueen étend alors le registre d’expression du mannequin en exigeant un vrai travail d’actrice : Shalom Harlow mime l’effroi, cache son visage entre ses mains, avant de rentrer en coulisses en vacillant… Mais le questionnement de McQueen est existentiel, et son énergie, viscérale et tragique. Et l’art, il faut le dire, ne se marie guère avec la vie, il cultive même une fâcheuse tendance à l’étouffer. Alors, encore et encore, les mannequins disparaissent, leurs corps remodelés par les corsets, les chaussures extrêmes, les coupes structurées absolument virtuoses du créateur. Diaphanes, presque exsangues, ils se laissent envahir par les roses grimpantes dans son défilé d’octobre 2006. Tableaux vivants ou gisants miraculeusement verticaux ? La poésie d’Alexander McQueen n’avait que faire de ces questions tranchées.

 

Par Delphine Roche

 

Alexander McQueen – Blood Beneath the Skin d’Andrew Wilson, publié aux éditions Hardcover.
 

Photo par Gianni Campalato

842

Rencontre avec Lasseindra Ninja, pionnière du voguing en France : “Les Blancs s'emparent d'un phénomène qu’ils ne connaissent pas.”

Culture Figure de proue de la culture ballroom en France, Lasseindra Ninja a contribué en quelques années, à faire de Paris la capitale européenne du voguing, cette danse très codifiée née de l'oppression de la communauté noire LGBT aux Etats-Unis dans les années 1970. Le 24 février, elle sera au Carreau du Temple pour un ball exceptionnel – événement où les danseurs s'affrontent en équipes – qui se prolongera jusqu'à minuit. Portrait.  Figure de proue de la culture ballroom en France, Lasseindra Ninja a contribué en quelques années, à faire de Paris la capitale européenne du voguing, cette danse très codifiée née de l'oppression de la communauté noire LGBT aux Etats-Unis dans les années 1970. Le 24 février, elle sera au Carreau du Temple pour un ball exceptionnel – événement où les danseurs s'affrontent en équipes – qui se prolongera jusqu'à minuit. Portrait. 

Le défilé Prada automne-hiver 2019-2020
560

Le défilé Prada automne-hiver 2019-2020

Fashion Week Animée par une passion des dichotomies, des contraires et de leurs affinités électives étonnantes, Prada livre une collection solennelle et romantique. Alternant tons charbonneux, kaki et rouge sang, les pièces célèbrent les pouvoirs d’Éros et Thanatos. Par les alliages de dentelle, de soie et de laine, la femme Prada, tantôt guerrière, tantôt poétique, est multiple, complexe et sans aucune limite.    Animée par une passion des dichotomies, des contraires et de leurs affinités électives étonnantes, Prada livre une collection solennelle et romantique. Alternant tons charbonneux, kaki et rouge sang, les pièces célèbrent les pouvoirs d’Éros et Thanatos. Par les alliages de dentelle, de soie et de laine, la femme Prada, tantôt guerrière, tantôt poétique, est multiple, complexe et sans aucune limite.   

Le défilé Gucci automne-hiver 2019-2020
667

Le défilé Gucci automne-hiver 2019-2020

Fashion Week Profondément shakespearienne et délicieusement androgyne, la collection d’Alessandro Michele se déploie comme un hommage à la théâtralité de l’existence. Au style bigarré et fantasmagorique dont il continue à pousser les limites, il ajoute une brève peinture de l’histoire du vêtement. Quatre-vingt-dix-sept modèles lui suffisent pour superposer jabots, fraises, colliers de chien à piques et lourdes cravates. Curieusement cohérente, facétieuse, elle masque les hommes pour mieux les saisir.    Profondément shakespearienne et délicieusement androgyne, la collection d’Alessandro Michele se déploie comme un hommage à la théâtralité de l’existence. Au style bigarré et fantasmagorique dont il continue à pousser les limites, il ajoute une brève peinture de l’histoire du vêtement. Quatre-vingt-dix-sept modèles lui suffisent pour superposer jabots, fraises, colliers de chien à piques et lourdes cravates. Curieusement cohérente, facétieuse, elle masque les hommes pour mieux les saisir.   

Les collections Moncler automne-hiver 2019-2020
23

Les collections Moncler automne-hiver 2019-2020

Fashion Week À l'occasion de la fashion week de Milan, Moncler a dévoilé les secondes collections de son projet créatif Moncler Genius avec Pierpaolo Piccioli & Liya Kebede, Sergio Zambon et Veronica Leoni, Sandro Mandrino, Simone Rocha, Craig Green, Matthew Williams de 1017 ALYX 9SM, Richard Quinn, Fragment Hiroshi Fujiwara, Palm Angels Francesco Ragazzi et Poldo Dog Couture. À l'occasion de la fashion week de Milan, Moncler a dévoilé les secondes collections de son projet créatif Moncler Genius avec Pierpaolo Piccioli & Liya Kebede, Sergio Zambon et Veronica Leoni, Sandro Mandrino, Simone Rocha, Craig Green, Matthew Williams de 1017 ALYX 9SM, Richard Quinn, Fragment Hiroshi Fujiwara, Palm Angels Francesco Ragazzi et Poldo Dog Couture.

Après Kanye West, A.P.C. signe une collection capsule avec Kid Cudi
889

Après Kanye West, A.P.C. signe une collection capsule avec Kid Cudi

Mode Suite au succès des collections capsules réalisées avec Kanye West en 2013 et 2014, A.P.C signe une nouvelle collaboration avec le rappeur Kid Cudi… Suite au succès des collections capsules réalisées avec Kanye West en 2013 et 2014, A.P.C signe une nouvelle collaboration avec le rappeur Kid Cudi…

Hommage à mon grand ami Karl Lagerfeld
854

Hommage à mon grand ami Karl Lagerfeld

Mode Babeth Djian, directrice et fondatrice de Numéro, rend hommage à son ami Karl Lagerfeld, disparu aujourd’hui. Babeth Djian, directrice et fondatrice de Numéro, rend hommage à son ami Karl Lagerfeld, disparu aujourd’hui.