Numero

218


Commandez-le
Numéro

Quand Pedro Almodóvar collabore avec les plus grandes maisons

Mode

Dior, Chanel, Jean Paul Gaultier ou Azzedine Alaïa, nombreux sont les couturiers invités au cœur des décors colorés des films de Pedro Almodóvar. Retour sur trois moments où la mode a rencontré le cinéma éclatant du cinéaste espagnol.

Pénélope Cruz dans “Étreintes Brisées” dans une robe printemps-été 1992 de Chanel

Au-delà de ses symphonies chromatiques éclatantes et de son humour presque théâtral, le cinéma de Pedro Almodóvar présente également aux yeux des spectateurs attentifs des costumes travaillés, souvent signés par de prestigieux couturiers. Sexualité, pouvoir ou argent, la symbolique des vêtements est presque aussi importante que celle des couleurs pour le cinéaste espagnol. Retour sur trois collaborations inattendues qui l'ont lié aux plus grands créateurs de notre époque.

Pénélope Cruz dans “Étreintes Brisées”, portant une robe Chanel haute couture printemps-été 1992-1993

1. Le tailleur Chanel, symbole d’une ascension dans Étreintes Brisées

 

 

Réalisé en 2009, Étreintes Brisées réunit une nouvelle fois Pénélope Cruz et le réalisateur espagnol après Volver (2006), Tout sur ma mère (1999) ou encore En chair et en os (1997). Elle y interprète cette fois-ci le rôle de Lena, jeune secrétaire rêvant de devenir actrice qui tente de sauver son père malade en se prostituant. Son patron, l'homme d'affaires fortuné Ernesto Martel, propose de l'aider alors qu'il est follement amoureux d'elle. Commence alors une romance entre le financier et cette jeune femme très belle, que son amant couvre de cadeaux comme pour mieux la retenir. Symbole de cette ascension économique, les costumes sobres – néanmoins signés Azzedine Alaïa – cèdent la place à un vestiaire luxueux, riche de plusieurs pièces Chanel. 

 

Robe rose en tweed et tailleur blanc et noir forment le nouvel uniforme de Penelope Cruz. Pour ce film plongé dans le Madrid des années 1990, la maison de la rue Cambon a notamment prêtées ses archives des années 90, parmi lesquelles une magnifique robe noire parsemée de chaînes dorées extraite de la collection haute couture printemps-été 1992-1993.

Michelle Jenner portant un pull Dior automne-hiver 2015 dans “Julieta”

2. L’apparition inespérée d’un ange vêtu de Dior dans Julieta

 

 

À travers un scénario mêlant douleur d'une mère et secrets de famille, Julieta (2016) trace le récit d'une relation mère-fille brisée par la folie maternelle. Julieta, avec qui sa fille Antía a coupé tout lien depuis plus de 12 ans, s'apprête à quitter Madrid. Mais ces projets sont bouleversés lorsqu'elle rencontre l'amie d'enfance d'Antía, une élégante journaliste nommée Bea, qui lui confie avoir croisé sa fille une semaine auparavant. Naît alors dans le coeur de cette mère désoeuvrée l'espoir de renouer avec son enfant. 

 

Élément perturbateur du récit, Bea semble alors faire son entrée dans le film comme une apparition divine. Quasi mystique, sa présence se trouve appuyée par un vestiaire signé par la maison Dior. Habillée des pièces de la collection automne-hiver 2015, imaginées alors par le créateur Raf Simons, Bea arbore notamment un col roulé blanc et noir affichant à son bras le célèbre sac Diorama. Dans une autre séquence, on retrouve la jeune femme dans un tailleur rouge flamboyant de la même collection, comme l'incarnation de la passion dévorante d'une mère pour son enfant.

Elena Anaya en combinaison Jean Paul Gaultier dans “La Piel Que Habito”

3. Les combinaisons seconde peau de Jean Paul Gaultier dans La Piel Que Habito

 

 

Collaboration de deux artistes de génie – tous deux surnommés “enfants terribles” par la presse –, le film La Piel Que Habito réunit en 2011 Pedro Almodóvar et le créateur Jean Paul Gaultier. Alors que le couturier français avait déjà participé aux costumes du cinéaste pour son film Kika (1993), il imagine pour ce film onirique et menaçant d'étroites combinaisons beiges et noires.

 

Hanté par la mort de sa femme décédée des suites de brûlures dans un terrible accident, Robert, chirurgien esthétique de profession, tente de recréer une peau synthétique qui aurait pu sauver son épouse. Pour mener à bien ses expérimentations, le scientifique incarné par Antonio Banderas tient enfermée dans une chambre de sa demeure une femme cobaye : Vera. Étrange et prohibée, cette relation patient-docteur est alors perturbée par le désir que Robert éprouve pour sa captive. Soulignant ce désir interdit, les combinaisons délicatement sensuelles de Jean Paul Gaultier agissent comme une seconde peau licencieuse, soulignant avant tout la quête du savant fou portée sur cet épiderme miraculeux. 

Lire aussi

    5 documentaires sur la mode à (re)voir en ligne

    Des archives de la BBC à Arte en passant par Netflix, Internet regorge de documentaires de tous genres et de toutes époques. Numéro a retenu cette fois-ci cinq documentaires éclairants, touchants ou choquants au sujet de la mode, de ses créateurs et de ses personnalité majeures, pour en savoir plus sur ce monde passionnant sans quitter son canapé. 

    1. Franca Sozzani, révolutionnaire rédactrice en chef vue par son fils

     

    Après des études en théologie russe et allemande, Franca Sozzani n’imaginait pas que sa vie basculerait subitement dans le monde sans foi ni loi de la mode. Demeurant l’une des rédactrices en chef de Vogue à la carrière la plus pérenne (28 ans) après Grace Mirabella et Anna Wintour, Franca Sozzani se démarque en faisant du Vogue Italia un magazine de mode résolument engagé. Il est à ce titre l’un des premiers à faire paraître des mannequins noires en couverture, à prendre position pour l’écologie en dénonçant le phénomène des marées noires, à aborder de front l’addiction à la drogue… Dans le documentaire Franca : Chaos and Creation, Franca Sozzani confie avoir ses meilleures idées lorsqu’elle est révoltée. Nombre de ses idées engendrent d'ailleurs polémiques et controverses, comme une série de photographies par Steven Meisel datant de 2014, représentant les violences conjugales, dont la mise en scène s’inspire très fortement du cinéma d’horreur. La force du documentaire, réalisé par son fils Francesco Carrozzini, réside dans son parti pris de l’intime, semblant extraire quelques scènes volées de la vie privée de la rédactrice. Les discussions fleuves que mère et fils entretiennent à l’arrière d’une voiture constituent la pièce maîtresse du long-métrage, comme un éclairage inédit sur l'esprit affûté de l’Italienne. 

     

    Franca : Chaos & Creation, disponible sur Netflix

    2. L'industrie de la mode sous toutes ses coutures

     

    Diffusé pour la première fois en 1992 par la BBC 4, The Look est une série documentaire de 6 épisodes explorant le monde de la mode, des podiums aux créateurs, en passant par la presse. Rien n’échappe à la série, qui met en lumière le fonctionnement d'une industrie qui ne cesse de se transformer et de prendre de l'ampleur au début des années 1990. Près de trente ans après sa réalisation, le documentaire n’a pas pris une ride et demeure résolument éclairant. Ainsi dès son premier épisode, réalisé en pleine Fashion Week parisienne, les réalisateurs du documentaire ont le flair d’interroger tous les acteurs de la mode, des créateurs aux attachés-presse en passant par les journalistes, les mannequins, les acheteurs, les photographes de défilé. The Look met également en lumière les relations entre la presse et l’industrie de la mode, et notamment, les conséquences que pouvaient avoir les magazines sur les ventes d’un créateur. Anna Wintour y apparaît déjà, avec une réputation déjà toute faite : à l’époque, on la surnommait “Nuclear Wintour” (“La Wintour atomique”).

     

    The Look par BBC 4, disponible sur Youtube. 

    3. Karl Lagerfeld vu par ceux qui l'aimaient

     

    Disparu en février 2019, Karl Lagerfeld a marqué l'histoire de la mode en s'affirmant comme l'un des couturiers les plus marquants des XXe et XXIe siècles, tant par ses créations pour les maisons Chanel, Chloé et Fendi que par son image ou encore ses nombreuses déclarations sans langue de bois. Le documentaire de Christian Jakob, Karl Lagerfeld, une icône hors norme, revient sur la carrière du créateur allemand en partant d’un moment très personnel de sa vie : son histoire d’amour avec le Parisien Jacques de Bascher. Avec l’aide de la biographe et reporter pour Le Monde, Raphaëlle Bacqué, le documentaire se penche donc sur les personnes qui ont particulièrement compté dans la vie du créateur plutôt que d'établir une biographie classique. De ses parents à ses amours, en passant par ses collaborateurs, le film jette ainsi une nouvelle lumière sur celui qu'on appelle encore le “Kaiser de la mode”.

     

    Karl Lagerfeld, une icône hors norme, disponble sur Arte.tv.

    4. Atomique Anna Wintour

     

    Un livre et un film de fiction lui ont été consacré. Son personnage a été maintes et maintes fois parodié. Depuis son arrivée à la tête de Vogue américain en 1988, Anna Wintour règne en impératrice sur le monde de la mode. En 2000, BBC lui consacre un documentaire qui suit la préparation du numéro de Vogue, prévu pour paraître en février de la même année. Didactique, le film montre comment Anna Wintour travaille et dépeint certaines de ses relations les plus fertiles, comme celle avec le jeune John Galliano : au cours d’un déjeuner, Boss Women : Anna Wintour attrape à la volée des extraits de conversations évoquant la collection haute couture automne-hiver 1999 du créateur pour la maison Dior. En outre, le film d’environ 50 minutes met en lumière comment l'ingéniosité de la rédactrice en chef a fait de Vogue un véritable mastodonte de la presse, à travers notamment la mise en avant de stars en couverture du magazine. Une logique de ventes qui se vérifie encore aujourd’hui avec des couvertures récentes consacrées à Kim Kardashian, Kanye West, Beyoncé ou encore Cardi B.

     

    Boss Women : Anna Wintour, par la BBC, disponible sur Youtube. 

    5. Dans les souliers de Christian Louboutin

     

    Je ne voulais ni construire une marque, ni construire un nom. Je voulais faire des souliers, et que les femmes les portent. Figure aussi influente que modeste du monde de la mode, le créateur de chaussures Christian Louboutin – connu notamment pour ses escarpins iconiques aux semelles rouges – se dévoile dans un récent documentaire d'Olivier Garouste, actuellement disponible sur Arte alors que le Palais de la Porte Dorée s'apprête à accueillir sa première rétrospective majeure en France. Confortablement installé au fond d’un canapé, les bras croisés derrière le crâne, le Français répond en toute simplicité aux questions qui lui sont posées, décrivant avec humilité sa manière de dessiner, ses sources d’inspirations et l’origine de ses plus grands succès. 

     

    Sur les pas de Christian Louboutin, disponible sur Arte.tv. 

  • 23
    Mode

    Les podcasts Dior : entre art et féminisme

  • 24
    Mode

    Jean Paul Gaultier en 5 collections cultes

loading loading