Nous sommes en 1997 quand Merce Cunningham imagine sa vingt-deuxième pièce, Scenario. Interprétée pour la première fois à New York – où il a toujours vécu –, la mise en scène est fidèle à l'univers du chorégraphe américain : les danseurs sont athlétiques et leurs corps, à la fois souples et rigides, leur permettent des sauts remarquablement hauts. Après avoir travaillé avec Andy Warhol pour la scénographie de son sublime spectacle Rain Forest en 1968 – où les interprètes évoluaient au milieu des coussins argenté du père du pop art – et fait appel au plasticien Robert Rauschenberg pour imaginer les décors et les costumes  – faits de d'une infinité de points de couleurs – de sa pièce Summerspace (1958), le pionnier de la danse moderne américaine initie une autre collaboration prestigieuse, avec la créatrice de mode japonaise Rei Kawakubo. 

 

Si la danse de Merce Cunningham représente un tournant dans le paysage chorégraphique mondial, la mode de Rei Kawakubo est tout aussi visionnaire et trangressive depuis son arrivée à Paris dans les années 80. Avec ses vêtements déconstruits – dont les “bumps dresses” qui rendent les mannequins bossues – la fondatrice du label japonais Comme des Garçons vient habiller les danseurs de Merce Cunningham pour sa pièce Scenario. Pour l'occasion, elle réinvente ses robes bouffantes qui entourent les corps des danseurs comme des bouées, et dont la rondeur contraste avec leur posture élancée. Couleurs saturées, carreaux, rayures… Les créations de Rei Kawakubo sont un véritable choc visuel pour les amateurs de danse contemporaine. Bien plus tard, la Japonaise imaginera les costumes d'un autre spectacle : Orlando, présenté en décembre de cette année à l'Opéra de Vienne.