9


Commandez-le
Numéro
20

Quand l'art s'invite sur les défilés : Prada et Rem Koolhaas

Mode

Dès l’apparition de la haute couture, la mode et l’art ont tissé des liens étroits, comme en témoignent la collaboration d’Elsa Schiaparelli avec Salvador Dali ou encore les robes Yves Saint Laurent en hommage à Piet Mondrian. Depuis une dizaine d’années, la relation entre ces deux disciplines s’intensifie avec pour nouveau terrain de rencontre les défilés de mode. Ainsi, au sein de ces espaces éphémères où sont présentées les nouvelles collections, artistes contemporains et designers signent des installations extraordinaires et mémorables. L'exemple de la relation entre la maison italienne Prada et l'architecte Rem Koolhaas demeure l'une des collaborations les plus prolifiques et marquantes de ces vingt dernières années. Par ailleurs, Miuccia Prada conviait également 6 artistes à réaliser une fresque pour son défilé printemps-été 2014

 

Prada printemps-été 2017

À l’instar de la relation entre Sterling Ruby et Raf Simons, celle qui unit depuis 2004 Miuccia Prada et Rem Koolhaas, via son studio de création OMA, est connue de tous. En plus de l’ultra célèbre flagship new-yorkais et de l’incontournable fondation milanaise de la maison italienne, l’implacable architecte a également conçu les scénographies homme et femme des défilés Prada du printemps-été 2004 jusqu’à aujourd’hui, alternant entre minimalisme radical et ambiance éthérée, installations technologiques ou féériques. Une collaboration aussi durable que fertile qui unit deux des plus grands esprits créatifs de notre époque et marque définitivement la mode contemporaine.

 

Autre collaboration mémorable pour la maison, à l'occasion de son défilé printemps-été 2014, Miuccia Prada convie six artistes – 4 muralistes (Miles Gregor, Gabriel Specter, Mesa, Stinkfish) et 2 illustrateurs (Jeanne Detallante, Pierre Mornet) à investir l’espace du hall d'exposition Via Fogazzaro à Milan. En résulte une fresque monumentale composée de figures féminines qui évoque avec puissance les visages naïfs issu de l’art muraliste mexicain de Diego Rivera, José Clement Orozco et David Alfaro Siqueiros. La collection de prêt-à-porter présentée, qui reprend d’ailleurs certaines œuvres ou détails de ce décor inédit, est à ce jour l’une des plus puissantes jamais imaginées par la créatrice italienne.

Prada printemps-été 2013