222


Commandez-le
Numéro
25

Gucci célèbre le flower power dans sa collection capsule avec Ken Scott

Mode

Fasciné par les années 70 et les imprimés multicolores, Alessandro Michele a puisé pour la nouvelle collection capsule de Gucci dans les archives d'un grand maître des motifs floraux de ces années : Ken Scott. Fourmillant de coquelicots, pivoines et marguerites, ceux-ci s'invitent sur des ensembles élégants et des accessoires rappelant fortement l'esprit du “flower power”.

1/18

“Jardinier de la mode” ou “maestro des imprimés floraux” : les surnoms donnés à Ken Scott sont autant l’écho de son style que de son talent. Dès les années 50, ce créateur américain et peintre de formation a apposé sa touche colorée et ses myriades de fleurs sur des tissus qu’il se plaisait à imprimer. Alors que l’un d’entre eux séduit un jour un certain Christian Dior, qui coupe dedans une collection de robes, l’Américain ne tarde pas à quitter son pays pour s’installer à Milan et lancer sa propre marque de textile Falconetto. Mais c’est véritablement la décennie 1960 qui signera l’avènement de ses incontournables créations : marquée par une mode joyeuse, un amour des couleurs et des motif, psychédéliques ou floraux, l’époque du “flower power” débordant sur les années 70 est tout à fait propice au succès grandissant de ses imprimés. Trente ans après sa mort, l’héritage de de Ken Scott pourrait bien trouver un nouveau souffle grâce à un très célèbre nom de la mode : Gucci.


Depuis son arrivée à la direction artistique de sa maison italienne en 2015, Alessandro Michele ne cache pas son amour pour l’esprit et la mode qui caractérisaient les années 60 et 70, jusqu’à le revendiquer fièrement collection après collection. Nullement surprenant, donc, que le travail de ce maître des fleurs ait trouvé grâce à ses yeux : passionné par les motifs floraux, le créateur italien a imaginé une collection capsule à partir des créations de Ken Scott, puisant dans ses riches archives d’imprimés. Mêlant comme à son habitude des silhouettes féminines et masculines, Alessandro Michele propose un vestiaire haut en couleurs qui évoque l’âge d’or de la mode hippie. Entre pantalons taille haute et pattes d’éléphant, chemises et hauts fluides, blazers cintrés à larges cols et vestes en jean, l’esprit seventies est bien là, réveillé par le talent de Ken Scott qui appose à ces pièces une signature unique. Pivoines roses, jaunes et blanches, roses rouges, pensées, coquelicots et marguerites s’invitent ainsi sur des robes, jupes, vestes à zip et costumes jusqu’à s’associer au fameux monogramme de la maison italienne pour égayer des ensembles estivaux, aussi affûtés dans leurs coupe que décontractés et confortables dans leurs matières. L’accessoire n’y est pas en reste : à l’occasion de cette collaboration inédite, Gucci décline ses mocassins cultes à boucles dorées, des mules à bouts pointus et plusieurs modèles de sacs à chaîne et pochettes, tous ornés des jardins multicolores du créateur américain.