567

Hommage à Sonia Rykiel

 

La grande Sonia Rykiel nous a quittés. Dans les rangs de la mode, l’émoi est vif, car plus que tout autre, l’iconique rousse de Saint-Germain-des-Prés...

Portrait Pierre Even.

 

 

La grande Sonia Rykiel nous a quittés. Dans les rangs de la mode, l’émoi est vif, car plus que tout autre, l’iconique rousse de Saint-Germain-des-Prés a su insuffler à ses créations le goût de la vie, qui transformait tout ce qu’elle touchait en purs instants de joie, pétillants et légers comme des bulles de champagne. Irrévérencieuse, flamboyante et unique, celle qui revendiquait de ne pas porter de dessous sous ses fameux pull-overs seconde peau labellisés “poor boy sweaters”, a toujours conçu sa mode comme un cadeau aux femmes assumées, libres et indépendantes, à son image. “En faisant des trous à la place des manches, en supprimant les ourlets, en notant des inscriptions sur les pulls et en positionnant les coutures à l’extérieur, je me suis rendu compte que j’étais en train d’écrire une histoire : celle d’une femme en mai 68”, confiait-elle il y a une dizaine d’années à Numéro.

 

Son désir infini de célébrer et libérer le corps féminin inspirait au couturier Jean Paul Gaultier un portrait facétieux de Sonia Rykiel  agrémenté de ces quelques mots : “Et je la voudrais nue. Et je te voudrais nue.”  Les mots, justement, l'ont toujours accompagnée, car c’est à la manière d’un écrivain (elle a écrit une douzaine d’ouvrages), avec toute sa passion pour les livres qui permettent de vivre sa vie plus pleinement, que Sonia Rykiel abordait la mode pour en faire un “art du temps”. “À Saint-Germain-des-Prés, il y a des libraires, il y a des cinémas, il y a des cafés et il y a Sonia Rykiel qui met des livres dans ses vitrines parmi des robes, comme dans des films, qui sait que derrière le paraître, il y a l’être”, déclarait ainsi à son sujet Isabelle Huppert dans l’ouvrage collectif La Femme Rykiel paru en 2008. 

 

Depuis son fief de Saint-Germain-des-Prés, la pétulante rousse imaginait saison après saison cette femme Rykiel véritablement universelle qui mêle le noir parisien aux rayures multicolores et aux strass, tout en contrastes, à son image, telle que la décrivait l’écrivain Dan Franck : “Elle est sérieuse et élégante, tumultueuse, passionnée, charmante séductrice. Elle est un rêve en velours, une danseuse vertige, lumière de Paris sa ville, marchant, noire et majestueuse, un livre en main, le rire aux lèvres, l’esprit brûlant.” Muse autant que créatrice, cette femme absolue inspirait à un autre écrivain, Ivry Giltis, ces paroles si justes : “Sonia – soleil fait femme, cheveux au vent, écho de vallées infinies, œil, ouïe et coeur, plante éternelle.” Ou encore, dans les mots de Philippe Starck : “Elle est une ligne droite qui mène à l’élégance.” Avec sa disparition, cette ligne droite qu'elle dessinait comme le plus court chemin de l’intellect au cŒur, de l’intellect au corps, relie désormais également la Terre au ciel, comme le souligne Babeth Djian : "L’étoile rousse la plus iconique de la mode brillera désormais dans le ciel.”

 

Par Delphine Roche

Qui est l'artiste Juno Calypso, révélée par la dernière campagne Burberry de noël ?
850

Qui est l'artiste Juno Calypso, révélée par la dernière campagne Burberry de noël ?

Mode Pour la dernière campagne Burberry, la photographe londonienne Juno Calypso propose une version fantasmée de l’esprit de Noël avec Naomi Campbell, Kristin Scott Thomas et M.I.A entre autres. Pour la dernière campagne Burberry, la photographe londonienne Juno Calypso propose une version fantasmée de l’esprit de Noël avec Naomi Campbell, Kristin Scott Thomas et M.I.A entre autres.

Alexander Wang puise dans les archives d'Adidas pour sa quatrième collaboration
132

Alexander Wang puise dans les archives d'Adidas pour sa quatrième collaboration

Mode Pour sa quatrième collection avec Adidas, le designer américain Alexander Wang réutilise des anciennes créations du label sportswear  qu'il déconstruit et réassemble pour créer 18 nouvelles pièces et 5 paires de chaussures. Pour sa quatrième collection avec Adidas, le designer américain Alexander Wang réutilise des anciennes créations du label sportswear  qu'il déconstruit et réassemble pour créer 18 nouvelles pièces et 5 paires de chaussures.

L'esprit de Saint Laurent capturé par le photographe Daido Moriyama
978

L'esprit de Saint Laurent capturé par le photographe Daido Moriyama

Mode Anthony Vaccarello, directeur artistique de la maison Saint Laurent, lance un nouveau projet artistique intitulé Self, programme d’exposition à l’occasion de la foire Paris Photo. Il a donné carte blanche au photographe japonais Daido Moriyama dont les 77 images sont à découvrir dans les jardins du Palais Royal du 9 au 11 novembre 2018. Anthony Vaccarello, directeur artistique de la maison Saint Laurent, lance un nouveau projet artistique intitulé Self, programme d’exposition à l’occasion de la foire Paris Photo. Il a donné carte blanche au photographe japonais Daido Moriyama dont les 77 images sont à découvrir dans les jardins du Palais Royal du 9 au 11 novembre 2018.

Balmain imagine une collection en tweed blanc pour MyTheresa
867

Balmain imagine une collection en tweed blanc pour MyTheresa

Mode Après avoir annoncé son grand retour au sein du calendrier de la haute couture, la maison Balmain propose une collection capsule autour du tweed blanc sur le site MyTheresa.com.   Après avoir annoncé son grand retour au sein du calendrier de la haute couture, la maison Balmain propose une collection capsule autour du tweed blanc sur le site MyTheresa.com.  

547

Hugo Boss célèbre Michael Jackson et réédite son légendaire costume blanc

Mode À l'occasion de l'exposition Michael Jackson : On the Wall, du 23 novembre au 14 février 2019 au Grand Palais, Hugo Boss réédite l'iconique costume blanc de Michael Jackson, aperçu sur la pochette de “Thriller”, album le plus vendu de tous les temps. Une collection capsule complétée par quelques pièces unisexes sur lesquelles trône le roi de la pop.   À l'occasion de l'exposition Michael Jackson : On the Wall, du 23 novembre au 14 février 2019 au Grand Palais, Hugo Boss réédite l'iconique costume blanc de Michael Jackson, aperçu sur la pochette de “Thriller”, album le plus vendu de tous les temps. Une collection capsule complétée par quelques pièces unisexes sur lesquelles trône le roi de la pop.