1129

Qui est Yoon, la créatrice découverte dans le clip “LSD” d’A$AP Rocky ?

 

Le grand public européen l’a découverte dans le clip “LSD” du rappeur A$AP Rocky, mais Yoon, moitié du duo Ambush, est une créatrice de mode et une figure incontournable au Japon. Rencontre à Paris.

Propos recueillis par Delphine Roche

Depuis 2008, le label japonais Ambush propose des bijoux imposants détournants des symboles culturels : crânes gothiques, yeux ésotériques, onomatopées évoquant la BD ou le pop art, bustes sculptés… sont, au fil des saisons, tour à tour soumis à un traitement de choc. Arborés sur des bagues, des boucles d’oreilles ou des colliers sculpturaux de taille XXL, ces symboles trouvent une nouvelle signification en s’inscrivant dans les cultures du XXIe siècle. Au carrefour du hip-hop (qui assume son goût pour le bling), et de l’ironie acidulée de la J-pop et de la K-pop, les bijoux d’Ambush font le bonheur des musiciens de tous horizons, qui suivent le label et arborent volontiers les pièces dans leurs clips vidéo. Un succès dû également à la qualité des pièces fabriquées intégralement au Japon, mais aussi à la personnalité de leurs créateurs : Verbal, rappeur japonais qui a porté la bonne parole du hip-hop au Japon, et Yoon, originellement graphiste, sont des figures importantes à Tokyo, et des amis de l’élite mondiale du cool.

 

Figurant depuis 2015 dans le classement établi par Business of Fashion des 500 principaux influenceurs de la mode mondiale, Verbal et Yoon s’apprêtent à ouvrir leur première boutique à Tokyo à l’automne 2016. 

 

Au-delà des bijoux, Ambush propose depuis un an un prêt-à-porter unisexe, pour constituer de façon plus nette un véritable univers. Numéro a rencontré la splendide Yoon dans le showroom parisien où elle présentait la collection printemps-été 2017 intitulée Surplus Sound System.

Numéro : Quelle est l’idée directrice de cette collection ?

Yoon : La collection dans son ensemble recrée la rencontre de la scène punk et de la scène reggae, qui a eu lieu dans les années 70. Elle représente ce moment où la jeunesse a créé un son nouveau, a trouvé une expression originale. Je me suis inspirée du côté DIY du punk, qui utilisait des objets trouvés tels que les épingles de nourrice. Et je l’ai combiné avec le côté militant des cultures rasta et reggae. 

Vous avez souvent travaillé des nuances incroyables de couleurs dans vos bijoux métalliques, vous revenez ici aux couleurs classiques que sont le doré et l’argent. Pourquoi ce choix ?

Cette fois, les couleurs se sont emparées du prêt-à-porter, et les bijoux, pour évoquer le punk, devaient rester plus bruts. Nous avons imaginé des versions plus sophistiquées de grosses chaînes à cadenas, de fils barbelés, et d’épingles de nourrice – devenues des boucles d’oreilles très sculpturales traversant toute l’oreille. Les pièces sont transformables et peuvent être portées de plusieurs façons. Certains chokers en métal doré ont des charms XXL. Les maillons des chaînes sont brisés, les grosses chevalières semblent coupées en deux, et on retrouve cet esprit dans les boutons d’une veste en denim, qu’on dirait écrasés au marteau.   

Pourquoi avoir lancé des pièces de prêt-à-porter ?

Nos bijoux sont des statement pieces assez avant-gardistes, le prêt-à-porter est une façon plus facile d’expliquer notre univers. Originellement, nous avions simplement besoin de vêtements pour présenter les bijoux dans nos lookbooks. Nous avons commencé avec des tops, et les acheteurs les ont adorés. Nous avons donc lancé de vraies collections. Ici, je me suis inspirée du vêtement militaire. J’ai taillé une chemise d’officier dans du denim, au lieu d’une toile kaki. Les vestes deviennent des capes oversized, les trenchs sont exagérément longs, je propose aussi des jumpsuits, des mailles XXL. Les câbles qui servent à relier des instruments de musique à une enceinte deviennent ici des motifs pour de grands foulards. Le tout, je l’espère, propose une vision novatrice des inspirations punk, militaires et reggae, avec des proportions nouvelles, des matières plus belles. Simplement une interprétation contemporaine. Je travaille comme les musiciens qui, à partir de samples, produisent un son qui semble juste pour notre époque. 

 

www.ambushdesign.com

Lucas Ossendrijver quitte la maison Lanvin
850

Lucas Ossendrijver quitte la maison Lanvin

Mode Le designer néerlandais Lucas Ossendrijver quitte la direction artistique des collections homme de Lanvin, après quatorze ans au sein de la maison parisienne. Retour sur un créateur discret au parcours sans faute.  Le designer néerlandais Lucas Ossendrijver quitte la direction artistique des collections homme de Lanvin, après quatorze ans au sein de la maison parisienne. Retour sur un créateur discret au parcours sans faute. 

Marc Jacobs réédite sa célèbre collection Grunge qui a fait scandale
123

Marc Jacobs réédite sa célèbre collection Grunge qui a fait scandale

Mode Vingt-cinq ans après avoir présenté la collection “Grunge” qui l'avait immédiatement fait renvoyer de Perry Ellis, Marc Jacobs propose à la vente vingt-six looks réédités à l’identique. Vingt-cinq ans après avoir présenté la collection “Grunge” qui l'avait immédiatement fait renvoyer de Perry Ellis, Marc Jacobs propose à la vente vingt-six looks réédités à l’identique.

Qui est l'artiste Juno Calypso, révélée par la dernière campagne Burberry de noël ?
850

Qui est l'artiste Juno Calypso, révélée par la dernière campagne Burberry de noël ?

Mode Pour la dernière campagne Burberry, la photographe londonienne Juno Calypso propose une version fantasmée de l’esprit de Noël avec Naomi Campbell, Kristin Scott Thomas et M.I.A entre autres. Pour la dernière campagne Burberry, la photographe londonienne Juno Calypso propose une version fantasmée de l’esprit de Noël avec Naomi Campbell, Kristin Scott Thomas et M.I.A entre autres.

Alexander Wang puise dans les archives d'Adidas pour sa quatrième collaboration
132

Alexander Wang puise dans les archives d'Adidas pour sa quatrième collaboration

Mode Pour sa quatrième collection avec Adidas, le designer américain Alexander Wang réutilise des anciennes créations du label sportswear  qu'il déconstruit et réassemble pour créer 18 nouvelles pièces et 5 paires de chaussures. Pour sa quatrième collection avec Adidas, le designer américain Alexander Wang réutilise des anciennes créations du label sportswear  qu'il déconstruit et réassemble pour créer 18 nouvelles pièces et 5 paires de chaussures.